Après-midi histoire de l’art aux Semaines d’études médiévales

Deux approches, deux objets, deux styles très différents que ceux de Michele Bacci et d’Éric Palazzo. Les deux conférences prononcées en ce lundi après-midi, dans le cadre des Semaines d’études médiévales, ont pourtant suscité un même intérêt parmi les stagiaires et les auditeurs.

Nativity_Grotto_Star

 Michele Bacci, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Fribourg, a proposé une conférence consacrée à l’évocation des lieux saints de Jérusalem en dehors de Palestine. En explorant un vaste territoire, de l’Éthiopie à l’Inde, de la Géorgie à la Péninsule Ibérique, Michele Bacci a montré comment l’art médiéval a su créer des « lieux alternatifs » dans lesquels pouvaient s’exercer les pratiques dévotionnelles des fidèles, par rivalité, promotion, analogie, mimétisme ou synecdoque. S’intéressant aussi bien aux formes architecturales qu’aux décors de ces édifices, nouveaux saints sépulcres d’Occident, Michele Bacci a attiré l’attention sur la complexité de ces phénomènes de reprise qui ne furent pas toujours synonymes de translation en dehors de Palestine de la sacralité des traces néotestamentaires.

Sacr_Gellone_1v

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers (CESCM) et membre sénior de l’IUF, a quant à lui entraîné les stagiaires, en seconde partie d’après-midi, dans une exploration des cinq sens dans l’art médiéval. Si ce thème très large est au cœur de ses recherches actuelles et le sujet d’un livre à paraître prochainement, l’auteur a choisi de se concentrer, pour cette Session d’été, aux images du sacramentaire gélasien, en particulier les lettres ornées du rituel baptismal dans le sacramentaire de Gellone. Après une introduction très riche sur la question des sens au Moyen Âge et sur le contexte liturgique de production et d’utilisation du sacramentaire, Éric Palazzo a invité le public à regarder ces images dans la perspective d’une activation par les sens du contenu de la représentation et du texte placé en regard. Fondée sur la théologie de l’Incarnation et l’exégèse du rituel d’une part, et sur une lecture fine de l’élaboration savante de la figure des évangélistes d’autre part, la conférence d’Éric Palazzo soulève de nouvelles questions très prometteuses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *