Soutenance de thèse d’Astrid Noterman, CESCM (21 décembre 2016)

Le 21 décembre 2016, Astrid Noterman soutenait sa thèse de Doctorat en Sciences du temps et de l’espace, intitulée « Violation, pillage, profanation : la perturbation des sépultures mérovingiennes au haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles) dans la moitié nord de la France », en salle Crozet du CESCM. Le jury était composé de Cécile Treffort (CESCM-Université de Poitiers) et Cécile Chapelain de Sereville-Niel, (CRAHAM-Université de Caen) co-directrices de thèse, Brigitte Boissavit-Camus (Université Paris X, Nanterre), Dominique Castex (CNRS), Alain Dierkens (Président, Université libre de Bruxelles), Laurent Verslype (Université catholique de Louvain).

Le président ouvre la soutenance  puis l’impétrante prend la parole et expose son sujet, son parcours commencé en 2010 avec un Master recherche, sa double rencontre, avec Cyrille Le Forestier et avec une publication  « La nécropole mérovingienne de Hordain »1. Elle explique au jury qu’elle s’est rendue compte qu’il n’y avait pas d’études récentes sur le sujet, quelques études étrangères mais qui n’ont que peu évoluées depuis le XIXe siècle et que le développement récent de l’archéothanatologie et les résultats possibles de cette méthode lui donnèrent l’idée de son sujet de thèse. D’emblée s’imposa pour elle la confrontation entre les données du XIXe siècle avec celles contemporaines. Il fallut donc reprendre l’ensemble de ces sources : les données textuelles, les données archéologiques et les données anthropologiques. Ce travail fut d’une grande richesse pour l’impétrante malgré les difficultés rencontrées (la reprise multiple des plans par exemple) et déboucha sur cinq ans d’intense activité réalisée en même temps que son activité professionnelle. Mme Noterman réalisa dès lors de nouveaux modèles de fiches anthropologiques de terrain mais également des fiches spécifiques et des fiches utilisées en fouille programmée par le CRAHAM de Caen puis décida ensuite de construire une base de données.

Ces travaux donnèrent des résultats : des pillages au VIe siècle avec une apogée au VIIe siècle, un pourcentage de pillage de plus ou moins 50% (ce qui paraît élevé et questionne), un lien à faire entre architecture funéraire et aménagement de surface qui peut également entrainer des désordres, une partition entre l’est et l’ouest de la France pour le type de récupération. L’intérêt du sujet ouvre de nombreuses perspectives : sont là pour le prouver les journées d’études, séminaires et colloques dans lesquels l’impétrante est intervenue et l’idée de réaliser des journées de recherches dans le cadre d’un PCR qui permettrait d’affiner la base de données.

Lors de sa prise de parole, Mme Treffort reconnaît avoir eu initialement des doutes sur l’existence d’informations archéologiques et sur l’accès possible aux données archéologiques récentes : le défi est bien relevé, le phénomène de pillage existe et cette thèse de 2 volumes, l’un de 571 pages et l’autre de 260 pages est là pour le prouver. Elle relève deux phrases importantes de la thèse : « le bouleversement d’une tombe ne semble pas être un problème à son étude » (p. 12) et, en parlant des outils d’analyse, qu’il faut « replacer l’humain au centre de l’étude sur les réouvertures de tombes » (p. 11). Mme Treffort précise que Mlle Noterman a ouvert, avec sa thèse, un vaste champ de recherche, c’est donc un travail dynamique et prometteur.

Mme Chapelain de Seréville-Niel prend à son tour la parole pour évoquer avec émotion et fierté cette première co-direction avec une de ses premières étudiantes. Selon elle, l’élément à souligner dans la thèse est la création de la base de données avec sa fiche de travail évolutive testée par les archéologues. Elle insiste sur son investissement au sein du CRAHAM et de. Elle est d’autre part très impliquée dans la recherche tant pour des articles, son expertise sur le chantier, sa participation à des groupes de travail internationaux, dans des communications et des colloques et la co-organistion de la 9e Rencontre du GAAF.

Pour la co-directrice ainsi que les autres intervenants du jury, le plan peut paraître complexe et donner une impression de redondance ; mais il fut choisi suite à des discussions avec les deux co-directrices ; Mlle Noterman a de plus eu de nombreux contacts avec des collègues étrangers afin de confronter les différents points de vue. S’il lui est conseillé de faire des tableaux contextualisés et des statistiques sur les gros sites, Mlle Noterman souligne que par rapport aux statistiques, ses limites étaient atteintes mais que cela sera repris ultérieurement car le sujet va être continué. Finalement, après une après-midi de riches échanges scientifiques, le jury déclare A. Noterman admise au grade de docteur, en la félicitant non seulement pour le travail accompli mais également pour la qualité de sa prestation orale et de la soutenance.

[1] Demolon Pierre (Dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècles après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, direction de l’archéologie, 2006, 269 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *