International Bibliography of Humanism and the Renaissance

La Bibliographie internationale de l’Humanisme et de la Renaissance (BIHR) constitue la référence internationale pour la bibliographie académique couvrant le début de l’époque moderne. Sous le patronage de la Fédération internationale des sociétés et instituts pour l’étude de la Renaissance, la Librairie Droz a depuis 1965 coordonné et publié la BIHR en version papier. À partir de cette année, un total de dix-huit pays ont collaboré dans le projet. Tous les ans les volumes imprimés recensaient tout ce qui paraissait dans ces pays, notamment, les monographies et les articles contenus dans des revues et des ouvrages collectifs tels que les mélanges ou les actes de congrès. Les comptes rendus n’intégraient pas le contenu de la publication.

Afin de proposer une bibliographie complète, Droz a compris les termes Humanisme et Renaissance dans leur sens le plus large. Tout sujet lié à l’activité humaine fut ainsi inclut dans leur thesaurus : économie, droit, science, technologie, littérature, philosophie, religion et art. Bien que les limites chronologiques de ce projet se situaient entre le XVe et le XVIe siècles, ils ont gardé une certaine souplesse en raison des variations temporelles dans le développement de ces différents mouvements culturels.

En 2013, Brepols Publishers a acquis les droits de la BIHR et depuis, cette maison éditoriale travaille dans l’actualisation du contenu, élargissant les zones de couverture de la base. En créant un software approprié, Brepols a privilégié le support numérique à celui du papier afin d’adapter la bibliographie aux méthodes modernes de consultation et ainsi la rendre accessible à un plus large nombre d’usagers. Cette base est ainsi hébergée dans la même plateforme que l’International Medieval Bibliographie (IMB) et la Bibliographie de Civilisation Médiévale (BCM). Dans cette nouvelle perspective, la BIHR est devenue la International Bibliography of Humanism and the Renaissance (IBHR).

Les objectifs de l’IBHR se montrent plus ambitieux que ceux de Droz. La base bibliographique met l’accent sur l’histoire et la culture européenne couvrant non seulement le XVIe siècle mais également le XVIIe siècle (sachant que l’IMB et la BCM couvrent du IVe au XVe siècle). De plus, elle englobe une gamme de matières plus large que la BIHR allant de l’histoire religieuse à travers la philosophie, les sciences et l’art, l’histoire militaire et politique, les études sociales et de genre. Les délimitations géographiques et chronologiques sont plus étendues que celles établies par la BIHR. La base comprend également des publications sur les interactions européennes avec le reste du monde à travers les explorations, la colonisation, l’esclavage ou les missions chrétiennes. Elle inclut des études de réception et l’enseignement au XXIe des textes écrits pendant la période chronologique concernée par l’IBHR, ainsi que l’herméneutique moderne. L’IBHR incorpore des publications écrites en différentes langues, comme l’anglais, le français, l’allemand, le grecque, l’espagnol, l’italien, le portugais, l’hongrois, le roumain, le néerlandais et le japonais. De la même manière, les disciplines abordées par l’IBHR sont plus vastes, elles reprennent en partie les sujets généraux qui conforment le thesaurus de l’IMB : langage, droit, droit canon, histoire militaire, études juives, etc. Une autre caractéristique innovatrice de cette base est l’intégration des liens vers les comptes rendus.

Les principales caractéristiques de la base :

  1. 000 notices interrogeables (Décembre 2015).
  2. 000 nouvelles références annuelles.
  3. 900 journaux sont régulièrement vérifiés.
  4. Le système de catalogage et d’indexation est vaste et utilise une terminologie familiale et multilingue : il est possible de faire une recherche en écrivant plus d’un terme, par exemple, « découverte Amérique ».
  5. 120,000 termes conforment le thesaurus.
  6. Le thesaurus est disponible en anglais et en français.
  7. Nombreuses possibilités de recherche, par auteur, titre, année de publication, sujet, etc.
  8. Différentes formats sont disponibles pour exporter les notices (EndNote, Zotero, RefWorks, Microsoft Office Word et Excel).
  9. L’interface est multilingue afin de facilité la recherche : français, anglais, allemand, espagnol et italien.
  10. La interface propose des opérateurs booléens : NOT, OR, AND ; ainsi que des caractères de remplacement : * pour 0, 1 ou plusieurs.
  11. Liens directs vers des encyclopédies et outils de recherche, comme : Lexikon des Mittelalters, International Encyclopaedia for the Middle Ages et Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques.
  12. La base, compatible avec OpenURL, permet d’accéder directement au texte intégral.
  13. Les liens DOI (Digital Object Identifier) sont disponibles.
  14. L’Alerte Email est très pratique car elle permet d’enregistrer les recherches et d’être tenu informé lorsque des nouvelles notices sont disponibles.
  15. Certaines notices comportent des liens vers les comptes-rendus.

Quelques conseils d’utilisation :

L’interface de l’IBHR est assez ergonomique et intuitive. Elle est identique à celle de l’IMB-BCM, pour ceux qui sont déjà familiarisés avec cette base. On peut sentir que ces deux bases se complémentent.

  • Il est possible de choisir la langue de l’interface.
  • Introduction : on trouve de manière succincte l’histoire et les objectifs de l’IBHR, ainsi que les noms des membres du projet et des contributeurs organisés par pays.
  • La recherche simple : cette manière est conseillée quand on a besoin, par exemple, de connaître l’état de la question d’un sujet spécifique, ou bien, quand on connaît le nom de l’auteur ou le titre d’un article.

Il faut toutefois mettre en évidence que la langue des termes utilisés pour la recherche peut modifier le nombre de résultats (par ailleurs, un phénomène qu’on trouve aussi dans l’IMB) :

  1. conquista: 862 réponses,[1]
  2. conquête: 223 réponses,
  3. conquest : 206 résultats.

Plusieurs formes de recherche sont possibles en utilisant deux rubriques : la recherche libre et la générale. Il faut garder à l’esprit qu’aucune notice n’est identique en raison de différentes informations obtenues dans chaque article.

  1. a) La rubrique recherche libre : permet de chercher le nom d’une figure importante de la histoire, d’un pays, d’un événement, d’un terme spécifique, etc. Par exemple, si on cherche par « de Vinci » on obtient 514 résultats ; mais si on fait une recherche comme « Da Vinci » le système nous donne 1188 réponses.

Si dans ce même thématique on ajoute le nom de l’auteur « BERNARDONI, Andrea » la recherche se réduit à 4 réponses. La deuxième notice, par exemple, nous permet d’accéder à l’article via l’accès au texte. Certains liens permettent de télécharger l’article en formats PDF et XML.

1

Les notices ont été conçues pour donner l’accès direct aux autres articles de ou des auteurs, d’une collection, d’une discipline, les autres notices des articles de l’ouvrage, etc. L’option « résultats nouveaux seulement » est mise à disposition pour affiner la recherche avec un seul click.

  1. b) Recherche générale : cette recherche peut se faire par discipline, zone géographique ou siècles, mais on peut toujours inclure le nom de l’auteur ou une autre spécification dans l’espace « tous les champs » :

2

  • Recherche avancée : Cette recherche permet de trouver rapidement le ou les articles d’un auteur, par exemple : Dodds Gregory + Erasmus + 2013.

3

  1. Affiner la recherche : on peut supprimer certaines informations de la recherche précédente et en ajouter d’autres afin d’obtenir de différents réponses. Par exemple, on peut remplacer l’ANNÉE pour « Iles Britanniques » dans la section de « zone géographique ».

4

  • Liens vers les comptes rendus : l’une des particularités de la base qui permet d’avoir accès direct à certains comptes rendus.
  • Revues dépouillées : liste non interactive des revues.
  • Historique des recherches : cette option permet de sauvegarder une sélection de réponses obtenues lors de la recherche sur la base : De Vinci, Erasmus, etc… L’historique peut être effacé afin de établir un nouveau avec d’autres recherches. Cette rubrique propose également de créer une alerte e-mail en cliquant sur « voir sélection », puis sur « alerte e-mail ». Un mail est envoyé à l’adresse mail de l’usager pour confirmer la sauvegarde de sa requête.
  • Mes alertes e-mail : cela permet de recevoir la liste de toutes les requêtes sauvegardées. Très pratique car elle permet d’éviter de se perdre dans la masse d’articles, savoir où on est et de connaître les nouveautés !
  • Aide: elle est disponible uniquement en anglais.

[1] Les nombre de réponses présentées dans ce billet correspondent à celles obtenues le 9 novembre 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *