Ivan Foletti et le projet international et expérimental « Historiens de l’art migrateurs »

Ivan Foletti était invité au CESCM le 16 décembre dans le cadre d’une conférence au sujet de son dernier livre sur les portes de Sainte-Sabine1 et pour présenter son nouveau projet « Historiens de l’art migrateurs ».

Le projet « Historiens de l’art migrateurs » est une expérience pédagogique et scientifique itinérante, qui prendra la forme d’un cours-pèlerinage de 4 mois et de 1500km autour de la France et la Suisse médiévales, de Lausanne au Mont-Saint-Michel, du XIe au XIIIe siècle. Dirigé par Ivan Foletti, professeur associé à l’université Masaryk de Brno et Maître Assistant Ambizione à celle de Lausanne, ce projet souhaite aborder avec un regard nouveau le patrimoine médiéval français et suisse. Onze étudiants universitaires marcherons le long de routes de pèlerinage médiévales, avec des arrêts de 3 semaines dans différents centres importants de la culture monastique : l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, avant d’arriver au Mont-Saint-Michel en Normandie. Au cours de ces séjours, des cours (également accessibles au grand public online) seront donnés par d’importants médiévistes tels que Éric Palazzo et Cécile Voyer (CESCM, Université de Poitiers), Hans Belting, Bissera Pentcheva, ou encore Herbert L. Kessler. 

Cliquer sur la photo pour voir la video :

yvan-1

L’originalité de ce projet est représenté également par son financement, qui ne sera pas recherché auprès d’une institution, mais auprès de toute personne intéressée par une campagne de crowdfunding. Grâce à des centaines de dons cet important projet pourra ainsi être réalisé.

Chacun peut être moteur du projet  sur indiegogo

Voici le projet, présenté par Ivan Foletti et ses étudiants, sur le site Migrating Art Historians

 

Le projet « Historiens de l’art migrateur » propose un regard nouveau sur le Moyen Âge. Nous allons marcher 1500 km le long des routes de pèlerinage médiévales et recueillir des expériences que nous allons partager avec vous. Nous allons préparer des cours online pour vous, 12 court-métrages, une monographie collective, des dizaines de conférences accessibles online, des photos merveilleuses et bien plus encore.

Au sein du projet des étudiants avec des professeurs d’universités de France, d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, des États-Unis et de la République tchèque vont participer. Ils souhaitent ouvrir la question des arts et du pèlerinage au Moyen Âge au grand public.

Notre but est de changer la manière dont l’université est perçue. Elle ne doit plus être simplement une institution théorique, mais devenir une véritable expérimentation. Le projet est une expérience unique qui pourrait changer l’histoire de l’art.

Pour le réaliser nous avons besoin de votre aide.

« Historiens de l’art migrateurs » est un projet unique, basé sur notre but d’étudier les œuvres d’art à travers l’expérience physique de notre corps.

Nous allons quitter les salles de cours de notre université pour marcher pendant tout un semestre, afin d’approcher les œuvres d’art personnellement et de les étudier dans leur contexte naturel.

Parmi nos grands supporteurs il y a, en dehors de Hans Belting, gagnant du prix Balzan ; des autorités telles que Bissera Pentcheva de l’université de Stanford ; Herbert L. Kessler de l’université John Hopkins.

Nous sommes soutenus par l’université Masaryk de Brno, qui couvre ce projet et nous supporte en partie financièrement. De plus, l’université a approuvé d’un plan d’étude spécial pour les étudiants qui participeront à ce projet.

Mais il y a aussi nos autres supporteurs importants – les monastères, qui ont accepté de nous accueillir et de nous permettre d’étudier et de nous reposer dans leurs complexes.

À ce projet vont participer également des chercheurs tels que Michele Bacci de l’université de Fribourg ; Stefano D’Ovidio, Bibliotheca Hertziana, Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte ; Daniela Mondini, Università della Svizzera italiana ; Éric Palazzo et Cécile Voyer du CESCM (Université de Poitiers).

Ce projet est expérimental et exceptionnel par bien des aspects.

Suivant l’exemple des pèlerins médiévaux, nous allons voyager à pied. Après des semaines de marche, à dormir sans abri et sans l’aide des commodités modernes, nous seront fatigués et auront à surmonter les obstacles physiques et la douleur. En renonçant aux moyens de transport modernes, nous vivrons le ralentissement du temps.

Tout cela modifiera notre perception des œuvres d’art.

Bien sûr, nous sommes parfaitement conscients que nous ne pouvons pas revivre les expériences et sentiments d’une personne vivant au Moyen Âge. D’un autre côté, nous pensons qu’il est possible – à travers différents aspects – de se rapprocher de la réception pré-moderne des œuvres d’art. De nos jours, nous sommes habitués à voir les objets rapidement et d’une perspective rapprochée. Le pèlerinage au rythme naturel des pas offre un point de vue nouveau, comme nous l’avons déjà remarqué durant nos marches d’été que nous avons effectuées durant les cinq dernières années.

« Historiens de l’art migrateurs » représente une approche innovatrice des études. Après une préparation théorique, les étudiants vont étudier les objets personnellement in situ, à travers tous les aspects précédemment mentionnés. Leur tâche sera de présenter leurs résultats non seulement au sein du cadre universitaire habituel, mais également au grand public.

Bien qu’expérimental et innovant, le projet « Historiens de l’art migrateurs » est basé sur des expériences déjà acquises. Il est issu de nos observations recueillies sur les routes de pèlerinage françaises et italiennes durant les cinq dernières années. Ces cinq marches estivales ont complètement modifié notre point de vue sur les objets médiévaux. C’est pourquoi un groupe de douze historiens de l’art a décidé d’élargir l’expérience tout en la contextualisant au sein d’un cadre scientifique spécifique et, à l’aide de technologies modernes, de la transmettre au grand public.

C’est pour cela que nous avons besoin de vous !

Nous avons invité des spécialistes pour donner des cours et écrire des articles au sein de la monographie conclusive. Nous allons nous-mêmes écrire au sujet des œuvres d’art que nous allons rencontrer au long du chemin. Notre équipe est composée de graphistes habitués à produire des ouvrages, de même que de réalisateurs qui travaillent pour la plateforme e-learning de l’université Masaryk de Brno, habitués à préparer du matériel d’enseignement.

Nous avons besoin de supporteurs enthousiastes.

Nous voulons intégralement partager cette expérience avec vous. Afin d’ouvrir le champ apparemment fermé de l’histoire de l’art, nous voulons transmettre nos expériences au grand public.

C’est pour cette raison que nous avons besoin de financement.

 

Avec la somme de 6300€ que le département d’histoire de l’art de l’université de Brno offre au projet, nous pouvons partiellement couvrir les coûts de l’organisation des conférences dans les monastères. De la part de sponsors privés, nous avons obtenu 3000€ dans le même but.

Afin de pouvoir vous transmettre les résultats de notre voyage, nous avons besoin de votre aide pour couvrir les dépenses liées au tournage et à la post-production. La somme, en incluant les équipements techniques, est estimée à 15 965 .  La production du second résultat, la monographie finale, est estimée à 6000.

Malgré le fait nous allons vivre avec des frais limités, nous allons avoir besoin d’un petit soutien pour vivre durant la marche. L’estimation du coût de la vie minimal est de 7€/jour/personne, pour un total de 10 080€.

Certains de nos étudiants gagnent leur vie. Pour cette raison, nous avons besoin de couvrir leurs nécessités durant la marche puisqu’ils vont interrompre leur activité professionnelle entièrement pour se consacrer entièrement au projet.

Puisque nous avons déjà entrepris des marches cinq fois durant les dernières années, nous n’avons pas besoin d’acheter l’équipement de base. En revanche, cette fois nous allons commencer la marche à la fin de l’hiver, et pour cette raison nous aurons besoin de compléter notre équipement. Les coûts estimés par personne sont de 550€, une somme difficile à réunir pour certains étudiants.

 

Nous vous serions très reconnaissant si vous décidez de nous soutenir.

Si vous aimez le projet mais que vous ne pouvez pas nous soutenir financièrement, nous voudrions vous demander de faire passer le message à toute personne qui pourrait être intéressée.

 

L’itinéraire

 

De Lausanne au Mont-Saint-Michel, nous allons parcourir 1500 kilomètres à pied en quatre mois (du premier mars à la fin de juin), en suivant et en croisant trois des principales routes de pèlerinage médiévales (Via Turonensis, Via Lemovicensis, Via Podiensis).

Nous allons traverser les villes où se trouvent les monuments importants, sujets de notre étude, telles que Genève, Lyon, Conques, Nevers, Fleury, Tours et Rennes. Nous allons marcher trois semaines, qui seront suivies de pauses de trois semaines au sein des monastères (Conques, Saint-Benoît-sur-Loire, Mont-Saint-Michel).

C’est à ces endroits que d’importants chercheurs de la discipline vont nous rejoindre. À travers une série de conférences et de discussions, ces chercheurs vont nous aider à avancer dans nos recherches, qui résulteront en des mémoires de master ainsi qu’en une monographie finale. C’est également à ces endroits que nous allons préparer les films pour vous, et d’où nous allons diffuser en live online les conférences grâce à la plateforme e-learning de l’université Masaryk.

Plus à notre sujet

La plupart des étudiants font partie du Center for Early Medieval Studies (Centre d’études sur le Haut Moyen Âge) de l’Université Masaryk de Brno (CZ), fondé en 2012 par Ivan Foletti. Le projet est l’une des nombreuses activités du centre.

Depuis sa fondation, le centre a organisé de nombreuses conférences internationales, invité les chercheurs les plus importants du domaine, fondé le prestigieux périodique international Convivium, et publié plusieurs ouvrages. À travers ses conférences régulières StredoveC JinaX, le centre cherche aussi le contact avec un public non-académique.

Ces activités ont attiré l’attention de l’un des plus importants historiens de l’art, Hans Belting, qui, avec Christa Belting-Ihm, ont offert en don leur collection de livres au sujet de l’art médiéval au centre. Grâce à la qualité de la collection acquise, le centre se hisse au niveau des meilleures institutions européennes.

D’autre membre du projet, responsables de la réalisation et du support technologique, sont membres du team e-learning de la Faculté des Lettres de l’université Masaryk de Brno.

Si vous voulez en savoir plus sur les participants, visitez notre site web.

Pour soutenir le projet : site indiegogo

  1. Ivan FOLETTI, Manuela GIANANDREA – Zona liminare: Il nartece di Santa Sabina a Roma, la sua porta e l’iniziazione cristiana, Collana: I libri di Viella, 2015 (Arte / Studia Artium Medievalium Brunensia []

Une réflexion au sujet de « Ivan Foletti et le projet international et expérimental « Historiens de l’art migrateurs » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *