La voix à Issoire : petit aperçu du 26e colloque d’art roman

Les 21 et 22 octobre 2016, la ville d’Issoire a accueilli pour la 26e année, son colloque international d’art roman. Ce rendez-vous, bien connu des médiévistes, est l’occasion de se confronter au grand public et d’échanger avec des non spécialistes. Les enjeux de cette rencontre sont donc scientifiques mais également pédagogiques.

Cliché P. Nourrigeon
Cliché P. Nourrigeon

Le thème retenu cette année était celui de « Parler, chanter, crier. La voix à l’époque romane ». Après une introduction rappelant que la voix médiévale ne nous est aujourd’hui plus perçue que par des sources écrites ou visuelles, et qu’il est parfois difficile d’appréhender les différentes formes et usages qu’elle a pu revêtir (Marie Charbonnel), les conférences se sont succédées pour offrir un beau panorama des recherches actuelles sur les usages vocaux au Moyen Âge. C’est ainsi qu’ont été traitées les questions de la voix en contexte liturgique (Océane Boudeau), de ses usages profanes (Laurent Hablot), de son emploi dans la prédication (Anne-Zoé Rillon-Marne), de son rôle comme marqueur identitaire (Fabien Vivier), de ses représentations iconographiques (Martine Jullian, Chrystel Lupant, Raphäel Demes, Pamela Nourrigeon) et de sa présence dans la littérature (Eléonore Andrieu, Patrick Del Duca, Julien Muzard)[1]. Les belles conclusions d’Isabelle Marchesin rappellent que la voix, si elle est une extension du corps qui interagit avec le monde physique, possède également une qualité signifiante qui déborde le langage pour indiquer une réelle intention.

Les interventions de Bruno Phalip, de David Morel et de Nicolas Clément ont clôturé ces deux jours de colloque en montrant le dynamisme de la recherche archéologique en Auvergne, notamment à travers la présentation de deux chantiers de fouilles que sont ceux de l’abbaye Saint-Robert de la Chaise-Dieu et du monastère de Saint-Géraud d’Aurillac. Chrystel Lupant a également présenté la base Romane du CESCM, donnant une meilleure visibilité de cet outil d’une grande richesse documentaire.

Public et communicants ont également apprécié deux moments forts de cette rencontre. Le premier est le superbe concert donné par l’ensemble Dialogos dans l’abbatiale de Saint-Austremoine d’Issoire le vendredi soir. L’échange qui a suivi la représentation a permis une meilleure compréhension du travail d’interprétation proposé par les deux chanteuses. Le second s’est déroulé le dimanche 23 octobre avec la découverte de quatre petits édifices romans au cours d’une excursion menée dans la région des Combrailles (visite des églises de Montfermy et ses peintures murales du XIVe siècle, de Comps, de Saint-Bonnet de Miremont et de Saint-Pierre de Biollet avec ses chapiteaux sculptés pour le moins énigmatiques).

Il ne reste plus qu’à attendre patiemment la publication des Actes du colloque afin de lire ou de relire la grande richesse et les belles découvertes offertes par ces journées…

[1] Helene Debax, qui devait communiquer sur « La voix des vassaux : oral et écrit dans les actes languedociens des XIe et XIIe siècles) n’a malheureusement pas pu être présente au colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *