Elisa Pallottini et les inscriptions

Elisa Pallottini, dost-doctorante, est au CESCM pour 1 mois : elle nous explique dans quel cadre elle est invitée par Estelle Ingrand-Varenne et Martin Aurell au CESCM.

Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM

Dans quel cadre votre séjour s’inscrit-il ?

Je suis actuellement en post-doctorat à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas). Je travaille dans le cadre d’un projet VIDI financé par le Conseil néerlandais de la recherche scientifique, consacré à l’étude des débats concernant les reliques dans l’Occident médiéval à travers l’analyse des sources écrites et de la culture matérielle. Ce projet est dirigé à Utrecht par Janneke Raaijmakers, maître de conférences en histoire médiévale, et rassemble une équipe de trois chercheurs (Janneke Raaijmakers, Jelle Visser et moi-même). Parce que ce projet comporte une dimension épigraphique essentielle, l’Université d’Utrecht a établi au commencement du travail une collaboration avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale en raison de son expertise dans le domaine et de la documentation à disposition. Mon séjour s’inscrit dans le cadre de ce partenariat et bénéficie des ressources matérielles et humaines du CESCM.

En quoi consistent vos recherches ?

À l’intérieur de ce programme, mon projet de post-doctorat concerne l’étude des inscriptions en lien avec les traces de la culture matérielle de la vénération des saints et du culte des reliques. Il s’agit donc d’une approche épigraphique des reliquaires et des artefacts utilisés dans la pratique dévotionnelle. Pour mener à bien cette recherche, qui prend une place de plus en plus importante au sein du projet VIDI, je rassemble et j’analyse les témoignages épigraphiques qui me permettent d’entrevoir le statut, la fonction et la réception des reliques dans la culture médiévale. Mon travail est donc celui d’un recensement, mais surtout d’une interprétation historique, sociale et religieuse des traces écrites sur ou près des reliquaires. Il s’inscrit dans les tendances actuelles de la recherche en histoire et en histoire de l’art concernant ces objets et j’espère pouvoir apporter des éléments de réponse à propos du rôle de ces inscriptions dans la pratique du culte des reliques.

De façon plus générale, je cherche aussi à comprendre quel est le rôle de l’écriture épigraphique au sein de la literacy médiévale.

Pourquoi Poitiers ?

En Europe, les études épigraphiques sont aujourd’hui très dispersées et peu de centres de recherche offrent les moyens documentaires pour mener à bien une étude comme la mienne. Poitiers, grâce à l’expérience et aux activités de l’équipe de recherche sur l’écriture épigraphique, fait partie de ces centres documentaires, et c’est tout naturellement que mes pas se sont dirigés vers le CESCM, un lieu que j’avais déjà eu l’occasion de fréquenter dans le cadre d’un post-doctorat précédent.

La bibliothèque spécialisée présente une collection unique pour les études épigraphiques ; le recensement de toutes les inscriptions françaises et le fonds photographiques sont également de précieux outils pour mener à bien ma recherche. Je profite également des échanges quotidiens avec les membres du CESCM, en particulier avec Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Vincent Debiais.

C’est donc un retour ?

En effet. Et je pense que les chercheurs qui travaillent aujourd’hui en épigraphie médiévale sont amenés à venir et revenir à Poitiers. Les conditions de travail, la tradition épigraphique du lieu et les possibilités d’échanger sur les questions de culture écrite sont autant de points d’intérêt pour qui mène des recherches comme la mienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *