Soutenance de thèse de Marie-Cécile Diamidia, CESCM (12 juillet 2016)

Le mardi 12 juillet 2016, Marie-Cécile Diamidia a soutenu sa thèse de doctorat d’Histoire médiévale dans la salle Crozet du CESCM. Le titre de la thèse est : « Les Croisés et Constantinople. Étude comparée des récits de Geoffroy de Villehardouin et de Robert de Clari ». Le jury de la soutenance est ainsi composé : Stéphane Boissellier (Université de Poitiers, directeur de thèse), René Allou Kouamé (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, co-directeur), Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil, rapporteur), Nathalie Bouloux (Université François-Rabelais de Tours, rapporteur), Simon-Pierre M’Bra Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody).

 

Les croisés assiègent Constantinople (1204) Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle (65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)
Les croisés assiègent Constantinople (1204)
Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle
(65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)

Dans sa thèse de 447 pages, Marie-Cécile Diamidia présente un travail qui relève d’une histoire culturelle, littéraire et politique de la quatrième Croisade. Cette dernière a eu pour résultat significatif la prise de Constantinople par les Croisés en avril 1204. Prenant la parole après l’exposé liminaire de l’impétrante, Stéphane Boissellier a relevé « l’exigence du sujet qui pose des problèmes complexes et dont la résolution méthodique participe de l’originalité de l’étude ». Ainsi, deux œuvres majeures ont été exploitées pour mener à bien la compréhension de la quatrième croisade : La conquête de Constantinople, de Geoffroy de Villehardouin, et du même titre l’œuvre de Robert de Clari. Ces sources ont été analysées et comparées du point de vue de la perception et des formes de représentations littéraires et culturelles, à partir de thèmes dûment sélectionnés, et qui contribuent à ouvrir de nouvelles perspectives sur l’événement en question.

Trois parties structurent la thèse de Marie-Cécile. Ainsi, dans la première partie, elle analyse la nature et la portée des sources sous l’angle de l’apport ethnographique. À ce niveau, elle souligne des points intéressants sur l’origine sociale des auteurs et la caractérisation de leur œuvre, l’examen de l’armée des croisés et des peuples rencontrés. La deuxième partie traite de la perception de la ville de Constantinople et de ses habitants. Elle s’ouvre sur l’étude architecturale et urbanistique de la ville pour ensuite décrire la vie politique des Byzantins. Aussi, sont développées les circonstances et les conséquences de la mainmise des Latins sur Constantinople. La troisième partie insiste sur l’idéologie providentialiste qui permet aux auteurs de montrer la prise de Constantinople et la constitution d’un empire latin d’Orient comme le résultat de la volonté de Dieu. En effet, Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari offrent des justifications d’ordre religieux et laïque qui ont été analysées avec beaucoup de minutie.

En termes de critique, le jury a par exemple reproché à Marie-Cécile Diamidia la structuration du plan général de la thèse, un style parfois épique et une tendance à la surinterprétation. Dans l’ensemble, elle offre « un travail sérieux, alliant approche littéraire et historique, qui donne un éclairage intéressant sur les récits de Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari » (Jacques Paviot).

Le jury, après délibération, a décerné à Marie-Cécile Diamidia le titre de docteur en histoire médiévale avec la mention très honorable.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *