Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *