Constant Mews au CESCM, l’Australie à l’honneur

Nous accueillons avec plaisir pour 3 semaines le Professeur Constant Mews, Directeur du Centre for Religious Studies de L’université de Monash (Australie) …. Un nom de chercheur qui nous est familier.

constant

Cher Constant Mews, dans quel cadre êtes-vous au CESCM ?

Je suis invité par le Professeur Éric Palazzo et par Marika Rasanen, chercheure finlandaise invitée au CESCM, pour participer à la journée d’étude Space and Sanctity: Sensory experience of devotion (1000-1500) le 20 mai 2016 et surtout, je travaille avec M. Palazzo pour un projet sur le culte de Thomas d’Aquin et l’histoire du transfert de ses reliques d’Italie vers la France … et l’histoire commence en Australie.

Il existe une belle collection de manuscrits médiévaux en Australie, dont un qui se nomme l’antiphonaire de Poissy, et un collègue, Jeff Richards (Université de Wuppertal), a découvert au cours d’une visite au State Library of Victoria, qu’il y existe le plus ancien témoin de la liturgie de la translation des reliques de Thomas d’Aquin ; j’en ai parlé à Patrick Geary à Los Angeles (UCLA) qui m’a dit qu’une chercheure finlandaise s’intéresse au sujet, c’est ainsi que j’ai connu Marika Räsänen : Jeff Richards, Marika Räsänen et moi-même sommes devenus une équipe.

Puis j’ai découvert un autre manuscrit à Bologne que j’ai donné à Marika en 2008 dans le cadre de sa thèse, ça l’a aidé à la terminer. J’ai été dans le jury pour la soutenance de sa thèse à l’université de Turku. Ces jours-ci nous terminons une édition de ce texte, c’est une des raisons de ma venue au CESCM.

La deuxième raison est que je termine une monographie sur mon sujet principal qui est « la révolution de la scolastique », l’évolution de la pensée religieuse au Moyen Âge. Et saint Thomas d’Aquin est l’un des principaux penseurs des XIIIe et XIVe siècles. Nous cherchons principalement autour des conditions sociales et politiques ayant permis l’évolution de cette pensée religieuse, et autour des critiques de la période de la patristique comme Augustin.

Mais on vous connaît plutôt pour vos travaux sur Abélard et Héloïse ?

Oui, c’est le sujet qui m’intéresse depuis très longtemps, cela a commencé avec mes études à l’Université de Auckland, en Nouvelle-Zélande de 1972 à 1976. Ensuite, à Oxford (1977 à 1980), j’ai fait une thèse de doctorat sur l’évolution de la dialogia, texte de Pierre Abélard dont j’ai fait une édition critique. Puis, j’ai vécu 5 années à Paris (1980 à 1985) où j’ai enseigné la civilisation britannique tout en faisant des recherches sur Abélard. Ensuite, après deux ans  à Sheffield, travaillant avec Prof. David Luscombe sur une édition de la Theologia de Pierre Abélard (1985-1987), j’ai par la suite obtenu un poste à Monash University en Australie en 1987. Là, j’ai découvert qu’on aimait pas trop Pierre Abélard à cause de son comportement envers Héloïse. Je me suis intéressé au sujet d’Hildegarde de Bingen, abbesse visionnaire du XIIe siècle. Pendant que j’écrivais un petit ouvrage sur Abélard, je suis tombé sur les Epistolae duorum amantium, une collection de lettres d’amour du XIIe siècle, lettres qui pourraient être une correspondance entre Pierre Abélard et Héloïse, mais personne n’a poursuivi cette question. En les lisant, j’ai été frappé par le vocabulaire spécialisé, par exemple : la femme, qui est une élève d’un philosophe célèbre, utilise l’expression si une « guttula scibilitatis (un néo-logisme, qui signifie « un goût de connaissabilité »)  puisse tomber de ta bouche, elle ne pouvait jamais trouver mots pour déclarer son amour pour lui. De mes études, je me suis rendu compte que la seule personne ayant utilisée ce terme c’est Abélard.

Ces lettres sont maintenant traduites en français par Sylvain Piron1 qui me suit dans l’hypothèse que ces lettres sont de vrais échanges de leur liaison. Le livre que j’ai écrit sur ces lettres, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France2 a été traduit en français : La voix d’Héloïse chez les éditions du Cerf en 20053. J’ai provoqué un grand débat sur l’authenticité de ces lettres.

J’ai aussi écrit sur la culture philosophique, religieuse et historique du XIIe siècle et je commence à beaucoup travailler sur les XIIIe et XIVe siècles.

D’où vous vient cet attachement pour le CESCM ?

J’ai beaucoup de respect pour les travaux effectués au centre. J’avais invité le professeur Éric Palazzo en Australie, et nous nous sommes découverts des intérêts communs car je m’intéresse beaucoup  à l’histoire de la liturgie et de la musique au Moyen Âge. En Australie nous avons une équipe qui travaille sur les textes de la théorie de la musique des XIIIe et XIVe siècles. J’aime beaucoup ce côté interdisciplinaire du CESCM qui me paraît très important : le fait de mettre en lien art, musique, histoire, littérature … c’est rare en France de faire de tel. J’aimerais beaucoup voir se développer des contacts avec les chercheurs australiens et ceux de Poitiers.

Je suis venu à Poitiers en mars 2015, donner une conférence pour rendre l’invitation faite à Éric Palazzo, sur invitation de ce dernier et du Professeur Martin Aurell. De plus, Martin Aurell m’a invité à donner une conférence pour les Semaines d’études médiévales 2017, encore une occasion dont je me réjouis pour revenir à Poitiers, en compagnie de mon épouse.

Pour finir, la semaine prochaine nous allons tourner un film avec le documentariste Jean-Pierre Gibrat à Troyes à l’abbaye du Paraclet, abbaye qu’Abélard a créé pour Héloïse.

 

  1. Sylvain PIRON, Lettres des deux amants attribuées à Héloïse et Abélard, Paris, Gallimard, 2005, 217 p. []
  2. Constant MEWS, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France, New York, Saint-Martin press, 1999, 378 p. []
  3. Constant MEWS, Émilie CHAMPS (trad.), La voix d’Héloïse : un dialogue de deux amants, Fribourg, Acad. Press, Paris,  éditions du Cerf, 2005, 347 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *