La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

galderisi (2016) La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

 Turnhout : Brepols, 2016 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 3), 200 p.


ISBN: 978-2-503-56726-6

Les différentes contributions du présent volume sujets révèlent toutes un rapport problématique à la mémoire, à la « littera » en tant que imago du passé et sème premier de la lettre vernaculaire.

Après un premier volume consacré à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, ce deuxième ouvrage d’un projet en trois volets, portant sur des aspects peu étudiés de la translatio studii médiévale, se propose d’aborder dans une même réflexion les questions de la traduction empêchée et de la traduction manipulée. Les chapitres qui le composent étudient selon des approches complémentaires aussi bien des sources manipulées que des sources non traduites. Ils permettent de révéler des différences typologiques et génériques et de distinguer plus clairement ces deux frontières de la traduction médiévale.

Se dégage ainsi de la diversité des approches et des sujets un enseignement majeur : l’activité de sélection, de philtre, de mystification, de dissimulation est à la fois le résultat d’un acte individuel et d’une stratégie plurielle. Celle-ci n’est pas seulement le fruit d’un oubli plus ou moins volontaire, plus ou moins conscient, de pans entiers de la culture, des sciences, des lettres exprimées dans d’autres langues et qui ne franchissent pas le seuil de leur idiome d’origine. Elle est aussi à l’origine d’un certain nombre d’ouvrages revendiquant une filiation littérale qui apparaît aujourd’hui comme fantaisiste ou fictive, comme c’est le cas avec le « topos du livre source ». Comment interpréter cette disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Comment expliquer que ces auteurs ne manifestent aucune réserve critique devant les supercheries qu’ils accumulent avec une évidente délectation ou une peur inquiète du vide ? Comment analyser le recours évident au stéréotype propre à l’art littéraire de leur temps : la « nostalgie du passé » ?

Au terme de ce parcours critique, on constate que la traduction empêchée et la traduction manipulée font apparaître plus clairement les confins et les différences structurelles entre une translatio studii identitaire et une traduction en français savante.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

Table of Contents

Le livre absent et son simulacre. Essai de définition
Claudio Galderisi, Le miroir de la source et les seuils de la traduction médiévale
Jean-Jacques Vincensini, Les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention des sources. Nostalgie littéraire, horror vacui et pensée magique

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 1. Les sources cachées
Anna Maria Babbi, La source cachée du Roman d’Eneas
Julie Métois, Sources revendiquées et modèles souterrains de deux traductions françaises médiévales du De excidio Troiae historia

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 2. Manipulations et falsifications
Olivier Delsaux, Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français
Jean-Marie Fritz, Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

La source entre mirage et recherche
Vladimir Agrigoroaei, La traduction perdue de la Bible faite pour l’usage de Valdès : supercherie savante involontaire?
Daniel E. O’Sullivan, Supercheries lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum d’Adam de la Bassée
Françoise Laurent, Le manuscrit volé de la Vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *