[21 mai] : concert « Felix Thomas lumen mundi » par Vox Silentii

Felix Thomas lumen mundi : Chants pour les fêtes de  saint Thomas d’Aquin, par Vox Silentii 

Lieu : Église Saint-Porchaire de Poitiers

Date : le samedi 21 mai à 11h

Entrée libre et gratuite

Avec la collaboration du CESCM et de M. Robert Favreau, professeur émérite en histoire.

Fondé en 1992, l’ensemble Vox Silentii (Johanna Korhonen et Hilkka-Liisa Vuori) chante, enseigne et étudie la musique des couvents et monastères du Moyen Âge. Le duo ne donne pas de concerts au sens courant du terme : leur répertoire est fait de musique liturgique. Il s’agit donc de prière, par la voix et par le chant. Le silence dans le nom du duo (Vox Silentii – La Voix du Silence) ne se rapporte pas seulement au silence qui précède toute musique, mais au silence du cœur : un espace pour l’écoute et la prière.

Vox Silentii 2016_pienennetty

Vox Silentii utilise les gammes médiévales, appelées modes, dont les écarts entre notes sont naturels. Ces gammes, qui diffèrent des gammes modernes selon le tempérament égal, sont fondées sur des rapports harmoniques naturels. La technique de chant mise en œuvre par Vox Silentii donne à entendre et reconnaître ces harmoniques sous la forme d’un son ténu de flûte entre les notes de la mélodie. Les gestes simples de la main rappellent les siècles passés et les neumes (notes) du chant grégorien, tout en évoquant une forme traditionnelle de prière. La troisième fonction de ces gestes est d’accompagner la résonance du chant dans le corps des chanteurs. Depuis 1992, Vox Silentii a enregistré 11 disques.

Ce concert, ainsi que l’étude des chants qui les composent font partie d’un projet plus large de recherche sur les fêtes médiévales de Thomas d’Aquin, soutenu par la fondation Kone (entreprise finlandaise). Ce projet, hébergé par l’Université de Turku (Finlande), est placé sous la direction de Marika Räsänen, et l’équipe de chercheurs se compose de Hilkka-Liisa Vuori, Seppo Heikkinen, Johanna Korhonen et Antti Lampinen.

Pour plus d’informations sur ce projet, voir ossagloriosa.org.

Colmar, Bibliothèque municipale, Ms. 310, f. 227v.
Colmar, Bibliothèque municipale, Ms. 310, f. 227v.

Vox Silentii chante des pièces de l’office des deux fêtes de saint Thomas d’Aquin (1224/5-1274) d’après des manuscrits des 14e et 15e siècles : il s’agit de la fête de saint Thomas d’Aquin (fête le 7 mars) et de la fête de la Translation de ses reliques (le 28 janvier). Les chants des fêtes de saint Thomas sont rarement présentés au public de manière aussi large.

Il y a au total près de 60 pièces dans l’office de ces deux fêtes, et le concert en présente environ 16. Le texte de ces pièces n’évoque pas du tout la théologie de saint Thomas d’Aquin (Docteur de l’Église), mais composent une image du saint pleine de respect, évoquant ses miracles et sa sagesse de professeur, ainsi que sa béatitude alors qu’il entre dans la vie éternelle. Une joie certaine se donne à entendre dans l’office de la fête de la Translation de ses reliques, puisqu’enfin les frères dominicains purent recouvrer les restes de leur vénéré frère et saint, et les installer dans un de leurs couvents.

Du point de vue de la musique, la liturgie procède en faisant entendre successivement les 8 modes grégoriens (de I à VIII). Au moyen âge, la composition liturgique se situait à la frontière de la prière et de la tradition. Cet enracinement dans la tradition dominicaine se retrouve dans la liturgie des fêtes de saint Thomas d’Aquin. Les mélodies pour la fête de la Translation nous sont aussi connues par l’usage qui en est déjà fait dans l’office pour la fête de saint Dominique. L’utilisation d’une mélodie préexistante indiquait au moyen âge un profond respect pour cette musique et pour le saint auquel elle se rattachait. L’état d’esprit était tout à fait différent de notre monde actuel, car c’était alors un hommage que d’utiliser la même mélodie dans un nouveau contexte. De plus, dans certaines pièces de l’office de la saint Dominique, on retrouve des similarités avec des mélodies utilisées dans l’office pour la fête de Corpus Christi, dont les textes furent composés par saint Thomas d’Aquin. On peut ainsi dire que les mélodies, et donc les pièces de ces offices, sont doublement enracinées dans la tradition dominicaine.

Sources des pièces : Colmar, Bibliothèque Municipale Ms. 134, Ms. 137, Ms. 303, Ms. 309; Melbourne, Poissy, Ms. *096.1 R66A  f. 243V; Perugia, Biblioteca Comunale ”Augusta” Ms. 2799 f. 45R–V; Vat. lat. 10771 f. 283R. Orvieto, Archivio del Duomo, Ms. 190; British Library BL Add 23935; Bologna, Biblioteca dei domenicani, Ms. 39.


 

Dies natalis
Vesper
  1. Felix Thomas 1. antiphon I mode

Heureux Thomas, docteur de l’Église, lumière du monde, splendeur de l’Italie, vierge et fleur resplendissante de pureté, la double couronne de gloire fait ta joie.

  1. Scandit doctor 2. antiphon VII

Il s’élève le docteur, le citoyen des cieux, le joyau de l’univers, guide et lumière des fidèles ; la norme, la borne et la loi de toute conduite, le vase de vertu, il accède à la récompense de sa vie.

Matutinum
  1. Mentis 2. antiphon. II

La candeur de son âme et la fleur de sa pureté nous conduisent dans la lumière de la vérité.

  1. Christi 2. responsorium prolixum II

R = Attiré par la sainte douceur du Christ, il est pris dans un tourbillon alors qu’il quitte le monde, lui le courageux combattant, de premier ordre, vainqueur en tout, repoussant toute convoitise. V. Il prie, en tenant la croix miraculeuse, et des anges ceignent ses reins.

  1. O anima sanctissima 3. responsorium prolixum III

R = Ô âme très sainte, dont la douce méditation permit au corps de quitter la terre en s’élevant admirablement. V. Sans aucun appui, il s’élevait ravi en extase. R. V. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.

  1. O munus 4. antiphon  IV

Ô don de la grâce de Dieu qui surpasse tous les miracles, il n’a jamais senti l’aiguillon du mortel orgueil.

  1. Felix doctor 5. responsorium prolixum V

R = Bienheureux docteur, à qui les anges apportaient réconfort et que Pierre et Paul honoraient de leur présence : la mère de Dieu le consolait de ses paroles. V. On le vit s’élever de terre, et un crucifix lui parler.

  1. Stella 6. antiphon. VI

Une étoile brillante apparut, causant une grande stupeur : elle indiquait l’instant du départ du bienheureux Thomas.

  1. Seminavit 8. antiphon. VII

Le vertueux docteur a semé ici abondamment, et glorieux en sa victoire, moissonne là-haut dans la joie.

  1. Beati Thome 8. responsorium prolixum VIII

R = Un miracle divin rehaussa la gloire du bienheureux Thomas, lorsqu’une bonne odeur s’échappa de son tombeau. Resplendissant de pureté, il vécut sans péché. V. L’œil de son esprit fut objet d’une grâce exceptionnelle : des oracles célestes l’enseignaient alors qu’il se penchait sur les divins mystères.

  1. Sertum 9. responsorium prolixum I

R = Portant une couronne et un double torque, il se présente revêtu d’un habit orné de joyaux. De son collier de feu céleste une lumière se répand dans le monde, et Augustin dit à son frère:

V = Thomas est mon égal en gloire, mon supérieur par sa pureté virginale.

V = Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.

Laudes

  1. Aurum sub terra 2. antiphon II

L’or gît en terre et la lumière est cachée sous le boisseau, mais la puissance de Dieu se laisse voir par les rayons de ses miracles.

  1. Tumor gulo 5. antiphon V

Une tumeur de la gorge est vaincue, le lépreux est guéri, la lumière est rendue à l’aveugle, et le boiteux remarche.

  1. Militantis doctor 2. vesper I

Docteur de l’Église militante dans la fleur de ta pureté virginale, élu de la cour céleste triomphante, bienheureux Thomas, donne-nous la joie !
15.   Joseph 9. responsorium prolixum  I

R = La double gloire de Joseph annonçait déjà le docteur par des signes prophétiques : la victoire de la femme, les saints os laissés aux frères, et les membres transférés à Toulouse.

V = Reçois, Occitanie bénie, ce cadeau qui te revient de plein droit. R.

V = Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit. R.

Laudes  

  1. Aurora pulchra hymn I

a. L’aurore à la beauté rutilante/Nous offre sa splendeur teintée de rose

Et nous chantons en chœur dans la joie/Au docteur couronné de lauriers.

b. Lorsque l’étoile céleste/ Donne à nos yeux sa brillante lumière,/

Elle nous offre l’image de Thomas,/Donné comme lumière pour les siècles.

c. Déjà le ciel à l’occident/ Se remplit de ses rayons,/Et après sa longue course/Thomas est accueilli à Toulouse.

d. Les rayons de sa lumière/ Chassent toute sorte de doute,/Notre mère l’Église nous presse/De vénérer saint Thomas.

e. En attestent sa véridique/ Et noble doctrine,/ Sûre, ferme et lucide,

Semée de paroles divines.

f. Au roi éternel,/ Chantons gloire d’une voix joyeuse,/ Il nous offre ses grâces/ À la prière de saint Thomas.Amen.


 

Sources des pièces : Colmar, Bibliothèque Municipale Ms. 134, Ms. 137, Ms. 303, Ms. 309; Melbourne, Poissy, Ms. *096.1 R66A  f. 243V; Perugia, Biblioteca Comunale ”Augusta” Ms. 2799; Vat. lat. 10771. Orvieto, Archivio del Duomo, Ms. 190; British Library BL Add 23935; Bologna, Biblioteca dei domenicani, Ms. 39.

Traduction française : fr. Marie-Augustin, o.p.

46-140             logo CESCM          Black-KoneFoundation-logo1

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *