Soutenance de thèse de Guillaume Yatté, CESCM ( 4 mai 2016)

Le mercredi 4 mai 2016, a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Guillaume Yatté, dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et l’Université de Poitiers. La thèse s’intitulait : « La politique extérieure du roi Charles V de Valois : instrument d’édification de l’État monarchique (1364-1380) » et le jury était composé comme suit : Stéphane Boissellier et Laurent Hablot (co-directeurs de recherche), M’Bra Simon-Pierre Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, cotutelle), Jean-Marie Moeglin ( Université de Paris IV-Sorbonne, rapporteur), Xavier Hélary ( Université de Lyon III, rapporteur) et Jacques Paviot ( Université de Paris-Est Créteil)

Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v
Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V
Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v

La thèse de 527 pages s’articule autour de 3 parties équilibrées qui tiennent compte à la fois de la chronologie du règne et des grands enjeux « diplomatiques » de la politique de Charles V. Elle est fondée sur des sources originales et appuyée sur une importante bibliographie.

Dans une introduction très claire et dense, l’auteur situe les cadres généraux de l’étude, présente sa problématique, analyse les différentes sources et définit son sujet comme l’étude de « l’ensemble des décisions et des actions mises en œuvre, au nom de la Couronne, en vue d’établir des relations d’ordre politique et stratégique, non seulement avec les grands vassaux établis dans le royaume, mais aussi avec des personnalités étrangères qui sont détentrices d’autorité royale, princière et papale en Occident ».

La première partie (123 pages) propose une réflexion sur « l’espace politique français » et sur la question de la « souveraineté royale », posée notamment par l’affaissement de l’autorité du roi du fait des menées anglaises et navarraises. La « politique extérieure » s’exprime ici à l’intérieur des frontières du royaume, au prisme des revendications concurrentes de la couronne de France par le roi d’Angleterre Édouard III et par le roi de Navarre Charles « le Mauvais ». La deuxième partie (138 pages) développe les rapports entre le royaume de France et les puissances étrangères, avec en arrière-plan les rivalités franco-anglaise et franco-navarraise. Elle fait ressortir l’importance des stratégies d’alliance qui ont été orientées vers plusieurs États tels que le Saint-Empire Romain, le Saint-Siège, la Castille, la Couronne d’Aragon, l’Écosse, etc. La troisième et dernière partie (135 pages) se penche sur la « reconquête de la prépondérance française dans l’Occident médiéval ». Elle s’observe à travers la propagande et la communication politique au service de l’affermissement du pouvoir royal, la défense et la libération  de l’espace monarchique rendues possibles au préalable par une restructuration de l’armée et une redynamisation de la marine, enfin une reconstruction du prestige du roi de France auprès de l’Empire et de la Papauté.

Selon Jean-Marie Moeglin, les analyses conduites convainquent du bien-fondé de la méthode suivie et de l’intérêt de ses résultats. Évitant les écueils de l’événementiel, la thèse donne une très solide analyse de la politique menée par le roi. On peut toutefois reprocher une approche un peu « classique » dans un domaine, celui des « relations internationales », qui a connu d’importants renouvellements au cours des dernières années. Xavier Hélary souligne que dans l’ensemble, le travail convainc pleinement de la légitimité de la démarche suivie par l’auteur, même si on peut regretter que le choix n’ait pas été fait de mener un dépouillement plus intense des fonds d’archives.

Guillaume a également réussi à montrer l’originalité de son étude à travers des subtilités et des développements sur des concepts clefs qui enrichissent le débat sur l’histoire des « relations internationales » et de la diplomatie au Moyen Âge. Ce sont par exemple le respect des frontières du royaume, la communication politique et la considération de l’opinion publique, le mercenariat dans les domaines maritimes et militaires, le rayonnement artistique et culturel de la capitale parisienne, etc.

Ce travail rigoureux et solide a favorisé des échanges enrichissants entre le candidat et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury unanime a accordé le titre de docteur à Guillaume Yatté avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *