Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives

Hablot(2013-06-20)Les 11 et 12 juin dernier se sont tenues à Poitiers les 3e journées d’études héraldiques consacrées cette année au thème des partages héraldiques. Une quinzaine de chercheurs européens, comptant parmi les meilleurs spécialistes actuels, se sont retrouvés pour confronter leurs analyses des diverses situations qui conduisent un même individu à porter dans ses armoiries celles conjointes de sa famille et d’un tiers : armes d’alliance matrimoniale, de fonction religieuse ou civile, d’affiliation politique ou communale, de prétention, mémoire d’une affinité vassalique, militaire, d’un lignage de la parentèle, distinction honorable, etc.La richesse des communications et des échanges a permis de souligner un certain nombre de points essentiels à la compréhension de ce phénomène qui concerne près de 10% des armoiries des XIVe et XVe siècle.

Cette rencontre a notamment confirmé l’étendue du sujet, la diffusion de la pratique et sa relative cohérence chronologique. Ces partages sont le reflet d’un système sémiologique parvenu à maturité, de sa volonté et de sa capacité de répondre aux besoins des hommes de ce temps en matière de représentation sociale et politique. Cette richesse et cette diversité imposent toutefois l’élaboration de définitions claires des situations de partages qui manquent encore à la science héraldique

Ces cas de partages révèlent également l’incroyable souplesse du système du blason qui joue littéralement avec les infinies possibilités d’un type de signes pourtant extrêmement codifié et encadré par des règles. Loin de traduire la sclérose de l’héraldique couramment dénoncée, ces partages en révèlent l’incroyable créativité. Cette inventivité impose toutefois à ses interprètes modernes de posséder un « œil » particulièrement exercé qui leur permettra d’identifier et de traduire les multiples combinaisons. Ces partages, parfois si subtils, confirment qu’il existe bien une véritable culture héraldique, un langage dont les contemporains ont dû plus ou moins maîtriser les clefs dans la mesure où ils étaient alors en totale immersion dans ce monde héraldique que nous nous efforçons de percevoir aujourd’hui.

Toutefois la variété des cas de figures présentés n’interdit pas de souligner un certain nombre de constantes. Ces partages ont à l’évidence comme fonction d’augmenter le caractère honorable des armoiries portées. Ils exposent publiquement un pouvoir, des droits – réellement exercé ou seulement revendiqués – une fonction honorable, un événement glorieux, une ascendance illustre, une affinité prestigieuse. C’est un outil de valorisation avant tout, une surenchère de l’honneur déjà contenu dans les armoiries. De ce fait ces combinaisons sont étroitement liées à la mémoire et contribuent à renouveler ou à susciter une lecture symbolique de ce signe emblématique. On ne doit donc pas s’étonner des nombreuses légendes familiales venues se greffer à l’époque moderne sur ces armoiries partagées.

Ces partages sont là pour nous questionner sur leurs raisons d’être et nous avons tenté, durant ces deux jours, de répondre de notre mieux à ce séduisant appel. Nous espérons vivement qu’une prochaine publication permettra au plus grand nombre de partager ces réflexions héraldiques !

 

 


Une réflexion au sujet de « Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *