Séminaire de Catherine Fernandez (Index of Christian Art)

La semaine du 11 au 17 avril prochain, le CESCM a la chance et le plaisir d’accueillir Catherine Fernandez, chercheuse à l’Index of Christian Art (Princeton University).

catherine-fernandez-final-cropped-2

Catherine Fernandez est docteur en histoire de l’art médiéval et chercheuse à l’Index de Christian Art depuis 2013. Ses intérêts de recherche concernent les trésors ecclésiastiques, la survivance et le remploi des objets antiques, et les échanges inter-culturels dans  l’espace de la Méditerranée médiévale. Catherine termine actuellement le manuscrit d’un livre intitulé Charlemagne’s Pectoral: The Medieval Afterlife of the Gemma Augustea at Saint-Sernin of Toulouse qui retrace l’histoire et l’utilisation du plus grand camée du temps d’Auguste, depuis sa création au Ier siècle ap. J.-C à Rome jusqu’à à sa vénération en tant qu’objet ayant appartenu à Charlemagne à Toulouse au XIIIème siècle.

Catherine Fernandez rencontrera Chrystel Lupant et Carolina Sarrade à la Photothèque du CESCM pour discuter des questions d’indexation auxquelles elles sont toutes trois confrontées dans la réalisation de Romane et de l’Index of Christian Art.

Catherine Fernandez nous fait également l’honneur de présenter ses recherches personnelles au cours d’un séminaire informel qui se tiendra le mercredi 13 avril à 10h30 au CESCM (salle Gaston Berger) sur le thème suivant : « La mutabilité de la mémoire institutionnelle : réexaminer le trésor de Saint-Sernin de Toulouse dans son contexte architectural ».

Au milieu du XIIIème siècle, Saint-Sernin de Toulouse était en possession de trois objets extraordinaires :  la Gemma Augustea, le grand camée romain du datant Ier siècle ap. J.-C., l’Évangéliaire de Godescalc du VIIIème siècle, et un olifant du XIème siècle. Ces dons prétendument effectués par Charlemagne à l’église toulousaine alimentent différents récits donnant une vision très locale de l’empereur dans son rôle de donneur et de saint guerrier. Pourtant, en dépit l’importance de la mémoire carolingienne à Saint-Sernin, cette question a été peu abordée dans la littérature. Haut lieu de l’innovation artistique et architecturale, la basilique romane a généré une bibliographie considérable relatives aux questions de style et à la chronologie, créant simultanément une rupture entre la forme du bâtiment et sa fonction. Ce séminaire examinera comment la persistance de la mémoire carolingienne a joué un rôle conséquent dans l’organisation des autels, le choix des caractéristiques iconographiques du programme sculptural, et l’exposition des objets du trésor dans l’église romane de Saint-Sernin. En examinant une variété de sources peu courantes, on verra comment il est possible de reconstruire certains vestiges de la basilique préromane conservés dans la nouvelle structure.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *