Soutenance de thèse de Maria Godlevskaya, CESCM (21 juin 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 21 juin 2013, 13h30.

Soutenance de la thèse Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale du Mans. Aspects iconographiques et stylistiques, présentée par Maria Godlevskaya pour l’obtention du doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt (Poitiers) et d’Alexei Rastorguev (Moscou).

Composition du jury : Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Bruno Boerner (président du jury), Elena Efimova, Claudine Lautier, Alexei Rastorguev.

Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale Saint-Julien du Mans forment l’un des plus importants ensembles authentiques de l’époque gothique qui soient presque entièrement conservés de nos jours, mais aucune monographie ne leur avait été consacrée. C’est désormais chose faite avec les deux riches volumes (étude et annexes – bibliographie, pièces d’archives, illustrations) qui composent ce travail de recherche, débuté en 2006 et pour lequel Maria Godlevskaya avait bénéficié d’une bourse de thèse en cotutelle (Poitiers-Moscou) du Gouvernement français.s200_maria.godlevskaya

Au fil d’une démarche menée en trois grandes étapes, c’est l’identité propre des vitraux du XIIIe siècle situés dans les chapelles rayonnantes, le déambulatoire supérieur et les fenêtres hautes du chevet de la cathédrale, qui se dévoile, et leur « portrait » que brosse l’auteur.
La présentation du cadre architectural et du contexte socio-économique et politique de création met en évidence le rôle qu’ont pu jouer l’évêque et le chapitre, commanditaires directs des œuvres, dans le chantier de la cathédrale, ainsi que la translation des reliques de saint Julien en 1254 (date-clé des sources) dans la réalisation de l’ensemble vitrée.
L’histoire des restaurations, qui plonge au cœur des archives du XIXe au XXe siècle, et plus particulièrement la critique d’authenticité des vitraux constituent la pièce majeure de cette recherche, saluée à l’unanimité (l’auteur avait fournit sur clé USB la critique d’authenticité de toutes les verrières étudiées et le corpus complet des photos).
Les aspects iconographiques, puis stylistiques de la vitrerie sont ensuite exposés plus succinctement, précédés par une réflexion sur les datations (entre 1230 à 1270 environ). Au « désordre iconographique » souvent relevé, l’auteur pointe au contraire plusieurs principes selon lesquels l’unité du vitrage du chevet a pu être construite (thème marial et épiscopal, lien tissé autour de l’image du saint et de ses reliques). Précédent la conclusion, le chapitre intitulé les « choix d’exécution », dont celui des couleurs et des cartons, prolonge l’analyse stylistique.
De nombreuses comparaisons entre les ateliers des vitraux Manceaux avec ceux du diocèse, de Chartres, Bourges, Tours ou la Sainte-Chapelle de Paris, ainsi qu’avec d’autres arts (enluminures, sculptures, peintures murales de la même période) permettent de montrer leur place dans le corpus des vitraux français de l’époque, et plus largement les particularités et les points communs dans une chronologie plus vaste.
Comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les vitraux du chevet de la cathédrale du Mans sont une vraie mine qui recèle encore des trésors à découvrir. Le travail de Maria Godlevskaya pose à la fois des fondements solides et ouvre de nombreuses pistes prometteuses à explorer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *