Nadia Barone et l’archéologie du son

Nadia Barone, post doc en archéologie médiévale sous la direction d’Éric Palazzo, est en train de conduire une recherche de post-doctorat sur l’archéologie du son, et notamment, sur les pots acoustique dans les églises médiévales et modernes.

Sous la direction de Bénédicte Palazzo-Bertholon et de Jean-Christophe Valière, elle participera au projet de recensement et d’étude des attestations de cette technique acoustique en France et en Italie.

Cliché V. Ernst-Maillet
Cliché V. Ernst-Maillet

Comment en êtes-vous arrivée là ? Quel est votre parcours, en quelques mots ?

J’ai conduit mon parcours universitaire entre deux villes : Pavie, et ensuite Rome, où je vis depuis dix ans, désormais !

À l’Université de Pavie j’ai fait des études sur la conservation du bâti ancien, avec un projet expérimental concernant l’application du système GIS (Geographic Informative System) pour l’analyse de la maçonnerie et des mosaïques, de la basilique paléochrétienne de San Vitale à Ravenna. Ce projet, conduit en collaboration avec l’Enea (organisme national de recherche), entre Pavie et Bologne, m’a suscité d’abord la curiosité particulière pour les thématiques liées au bâti médiéval et une envie de continuer à m’en occuper.

Toutefois, à « La Sapienza », Université de Rome, où j’ai fait mon Master pour m’entraîner à l’archéologie médiévale d’une façon plus spécifique, j’ai eu l’occasion d’approfondir mes connaissance de la céramique. C’est seulement avec le doctorat, et aujourd’hui avec le post-doc, que j’ai eu la chance de réunir ces deux cadres, de l’architecture et de la poterie médiéval, en étudiant le multi-usage de la céramique dans le bâti.

Est-ce que vous pouvez nous parler un peu plus de ce sujet ?

C’est effectivement un sujet tout à fait original et assez inédit : dans le cadre de mon Doctorat, j’ai examiné la céramique médiévale en tant que produit qui présente différentes utilisations synchroniques, ou « remplois secondaires », suite à la perte de sa fonctionnalité d’origine. La réflexion sur la multifonctionnalité (ceci est valable pour tous types de produits artisanaux médiévaux) peut permettre de révéler de nombreux aspects relatifs à l’emploi pratique et quotidien de la poterie médiévale, mais aussi à ses caractéristiques symboliques, esthétiques, idéologiques et rituelles.

Dans le bâti médiéval, nous avons  par exemple en Italie le phénomène des  bacini, correspondant à de la vaisselle colorée utilisée pour le service à table, mais aussi en tant qu’ornement architectural sur les façades et les campaniles des églises (par exemple sur le campanile de l’abbatiale de Pomposa).

Mais le « remploi secondaire » se rapporte aussi à l’usage des poteries dans la maçonnerie des édifices médiévaux, afin d’alléger leur structure (les voûtes, notamment). Il s’agit de produits céramiques, qui ont généralement perdu leur qualité d’origine (objets cassés, fissurés ou simplement rebus de cuisson et autres déchets d’ateliers céramiques).

J’ai écrit une thèse intitulée « Multi-fonctionnalité et remploi de la céramique médiévale dans le bâti médiéval en Italie », en cours de publication, sous la direction du prof. Guido Vannini, qui a conduit l’une des plus soignées et méticuleuses « fouilles » archéologiques du bâti sur l’église San Domenico à Prato (Florence), pour analyser les pots insérés dans les voûtes afin d’alléger leurs structures sur la maçonnerie de l’église.

Pourquoi donc avez-vous choisi de vous concentrer sur les pots acoustiques ?

L’usage des poteries en tant que dispositif acoustique nécessite d’être mieux étudié pour l’Italie, afin de compléter l’étude des poteries dans le cadre architectural. C’est pourquoi j’ai proposé d’approfondir cette question dans le cadre de ce post-doc, afin de définir un cadre homogène et cohérent à la naissance et au développement de cette technique associée au bâti, mais surtout à la reconstruction de son contexte historique, social et économique. En outre, nous avons des données préliminaires, tant au niveau chronologique qu’historique, qui nous mènent à proposer en fait une origine et un développement de cette technique acoustique à partir des territoires de l’ex empire Byzantin (Turquie, Grèce) jusqu’à la France, justement à travers l’ Italie.

J’ai eu la grande chance d’être accueillie dans le projet « Archéologie du son » par Bénédicte Palazzo-Bertholon et Jean-Christophe Valiére, qui ont réuni une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et mis en place une recherche systématique sur les édifices français. Ils arrivent à un total de 350 églises recensées en Europe et 200 en France, parmi lesquelles ils en ont visité une cinquantaine et mesuré les fréquences de résonance des pots contenues dans une vingtaine d’entre-elles, soit environ 600 poteries.

Mais le plus important, à leur avis, c’est d’avoir des correspondants étrangers qui travaillent sur le sujet, en partageant leurs propres données et inventaires. Malheureusement, l’étude des pots acoustiques en Italie est très rarement analysée avec la rigueur archéologique et scientifique nécessaire, et en outre cette recherche est rendue délicate par une bibliographie difficile à trouver et à interpréter.  Mes effort serons concentrés à remplir ce « gap » entre la France et les autres pays européens en ce qui concerne ce sujet : un des objectifs est d’acquérir les techniques d’étude des pots acoustiques, pratiqués par l’équipe « archéo-acoustique » de Poitiers pour l’appliquer aux exemples italiens après mon post-doc.

Une collaboration avec le laboratoire d’acoustique de « La Sapienza », via Erasmus + et le prof. Fabio Bisegna, permettra de mettre en œuvre ce protocole d’étude et de mesure à mon retour en Italie.

Pour finir, avez-vous des autres plans pour le future, des autres intérêts ?

Bien-sur ! Je n’ai jamais abandonné l’étude de la poterie médiévale et post-médiévale que je conduis depuis 2009, surtout sur les pièces provenant des fouilles de Leopoli-Cencelle, sous la direction de Francesca Romana Stasolla. Il s’agit d’une ville fondée sous l’époque carolingienne, par le Pape Lion IV, et qui fut abandonné définitivement au début du XVIIIe siècle. J’ai beaucoup travaillé sur ces poteries : j’ai publié des articles surtout sur la poterie des dernières phases d’occupation de Cencelle, j’ai collaboré à la préparation de l’exposition faite aux prestigieuses « Mercati di Traiano » à Rome, notamment pour le secteur dédié à la poterie. Depuis 2010 je fais aussi des cours pratiques sur la céramique pour les étudiantes à l’université « La Sapienza ».

J’espère pouvoir toujours réunir ensemble ces deux aspects de ma vie professionnelle !

Merci à Bénédicte Palazzo-Bertholon pour sa précieuse relecture


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *