Une hongroise à la recherche des saints à Poitiers

Marianne Sághy, Professeure associée du Medieval Studies Department (Central European University, Budapest) est au CESCM pour 2 mois.

Cliché J-P Brouard (CESCM)
Cliché J-P Brouard (CESCM)

Marianne, vous êtes une ancienne « poitevine » qui effectuez votre « grand retour » au CESCM en tant que professeure invitée. Quel a été votre parcours d’universitaire et d’historienne depuis votre premier séjour ici, en 1984 ?

Mon amour pour Poitiers date vraiment ! J’ai passé trois mois à Poitiers comme boursière du gouvernement français en 1984, en tant qu’étudiante de l’Université Eötvös Loránd de Budapest (spécialisation français-histoire-études médiévales). J’ai toujours désiré venir à Poitiers : toute autre destination en France me semblait inimaginable parce que je voulais être médiéviste. Or, Poitiers était alors l’unique centre pour les études médiévales – du moins je n’en connaissais aucun autre. Notre connaissance du monde était incomparablement plus modeste à cette époque qu’elle ne l’est aujourd’hui. Il n’y avait pas d’internet ! J’ai travaillé avec Pierre Bec, avec Mlle d’Alverny, et surtout à la bibliothèque, préparant mon mémoire de licence consacré au traité De recuperatione Terre Sancte de Pierre Dubois. À l’époque, j’ai rencontré aussi le professeur Bernard Guenée, qui a beaucoup apprécié mes recherches, mais malheureusement, il n’y avait pas de bourses pour que je puisse continuer mes recherches en France.

En 1985, j’ai pu revenir à Poitiers pour une inoubliable session d’été des Semaines d’études médiévales, et après, par le hasard du destin (et des bourses), je me suis retrouvée dans le monde anglo-américain de la recherche historique. En 1986-87, j’ai passé un an à Oxford, au Saint Hilda’s College (recommandé d’ailleurs par Mlle d’Alverny dont l’amie Beryl Smalley était de ce collège) ; en 1989, j’ai soutenu mon doctorat universitaire (du troisième cycle) à l’Université de Budapest, ou j’enseignais depuis 1985 en tant que boursière de l’Académie Hongroise des Sciences. En 1989,  j’ai reçu une bourse de doctorat (PhD) à l’Université de Princeton aux États-Unis, ce qui a changé la direction de mes intérêts et de mes recherches. Au lieu de faire des recherches sur la pensée politique française au Moyen Âge tardif,  je me suis mise à l’étude de l’antiquité tardive : du XIVe siècle, je me suis retrouvée au IVe siècle, et cela grâce à Peter Brown. C’est sous sa direction que j’ai fait ma thèse, sur le culte des martyrs à Rome sous le pape Damase (366-384). Les travaux de Peter Brown étaient très importants car ils étaient axés précisément sur les questions qui m’intéressaient alors. Il s’agissait d’une problématique religieuse et sociale d’une grande actualité (la sainteté de l’être humain, le corps, les miracles, le péché, la sexualité), fruit d’une époque multiculturelle et globalisée, bien semblable à la nôtre.

D’autre part, c’est une époque que le cursus universitaire semblait ignorer presque entièrement puisque sa connaissance était fondée sur les écrits des Pères de l’Église. Voici donc une période qui dispose d’un immense corpus de sources que la Kulturkampf a complètement écartée de l’université : l’étude de la littérature religieuse était reléguée aux séminaires théologiques, où on ne s’en est occupé que bien peu, tant cette littérature est complexe. Tout cela m’attirait énormément : j’ai comme objectif d’importer en Hongrie cette science merveilleuse qui est entre-temps devenue le moteur des études universitaires. À mon époque, à l’Université de Budapest, l’Antiquité finissait avec Auguste, tandis que le Moyen Âge débutait avec Charlemagne. Tout ce qui était entre les deux n’existait pas : seuls les archéologues s’en occupaient encore. Or, c’est la période entre le IVe et le VIIIe siècle qui définit le Moyen Âge : c’est à cette époque-là que l’on a écrit les textes fondateurs de la théologie, de la philosophie et de la société du Moyen Âge.

Vous enseignez dans une université plutôt unique et dans un département qui ressemble beaucoup au CESCM …

J’enseigne dans une université américaine pour les étudiants des 2nd et 3ème cycles, l’Université d’Europe Centrale à Budapest, fondée par George Soros, financier américain d’origine hongroise. L’université offre un enseignement en anglais qui aboutit à un diplôme de maîtrise ou de doctorat américain, c’est-à-dire reconnu par le New York State of Board. Un des objectifs, derrière la création de la Central European University (CEU), était d’arrêter le brain draining qui prenait des proportions dramatiques dans les années 1990-92, après la chute du communisme en Europe de l’Est et surtout après l’effondrement de l’Union Soviétique. L’Université de l’Europe Centrale offrait alors aux scientifiques est-européens, la possibilité de rester dans leurs pays et de maintenir le haut niveau d’enseignement, pour un salaire plus élevé que celui des universités d’état. J’ai toujours voulu enseigner dans mon pays : c’est un cadeau de pouvoir enseigner « chez moi » comme si j’étais aux États-Unis !

Ce qui me peine cependant, est le fait que les jeunes, étudiants et chercheurs, partent autant aujourd’hui qu’il y a 25 ans. Il se peut même que l’exode soit devenu plus intense, et sa cause est toujours le manque de postes dans les humanités, mais dans d’autres secteurs aussi. Les étudiants de l’Université Eötvös Lorand de Budapest et de son Collège (créé sur le modèle de l’École Normale Supérieure de Paris, au XIXe siècle) continuent de partir à l’étranger pour leurs études en master et doctorat. À contre-courant de cette tendance, la CEU permet aux chercheurs hongrois de rester dans leur pays et d’y développer leur réseau de contacts. Cela n’est pas sans importance parce qu’il arrive souvent qu’un étudiant faisant son parcours universitaire à l’étranger perde tout contact avec les collègues dans son pays, qui finissent par l’oublier. La CEU est un lieu unique en Hongrie où l’enseignement des sciences humaines se déroule en anglais, dès le master et pour le doctorat. La Hongrie en a grand besoin, notre langue n’étant pas une lingua franca.

Pourtant, contrairement aux universités des Pays-Bas, de la Belgique ou des pays scandinaves, les universités d’État hongroises n’enseignent nulle part les sciences humaines en anglais, ce qui complique le fonctionnement des programmes d’échanges universitaires internationaux. L’autre avantage de la CEU est que tous ses étudiants reçoivent une bourse ; j’y enseigne depuis 1993. Notre Department of Medieval Studies, fondé par Gábor Klaniczay et János M. Bak couvre un vaste champ d’études de l’histoire de l’Europe et de la Méditerranée orientale, de l’Antiquité tardive à la Renaissance. L’université est petite : nous n’avons que 700 étudiants venant de 80 pays du monde entier. Nous avons eu le privilège d’accueillir des professeurs comme le feu Jacques Le Goff, Patrick Geary, Natalie Zemon Davis, Stephanos Efthymiadis, Bryan Ward Perkins, Claudia Rapp, Neven Budak, John Tolan – ou encore Martin Aurell ! Le Center for the Study of the Eastern Mediterranean (CEMS) est particulièrement actif en matière d’organisation de programmes. La composition du corps des enseignants est très internationale : mis à part les hongrois, j’ai des collègues allemands, américains, autrichiens et belges. Notre département a vite pu acquérir une renommée planétaire grâce au haut niveau de l’enseignement. Mais je suis aussi restée fidèle à mon université de Budapest (ELTE) ou j’enseigne tantôt gratuitement, tantôt comme chargée de cours, tantôt à mi-temps. Mon rêve d’introduire l’étude de l’Antiquité tardive dans l’enseignement supérieure en Hongrie se trouve réalisé.

Sur quoi portent vos recherches ?

Mes propres recherches portent sur les rapports entre l’ascèse et l’autorité au IVe siècle. À la suite de mon livre sur les poèmes épigraphiques du pape Damase en 20031, j’ai examiné, dans un livre intitulé Les amis de Dieu (en hongrois, Budapest, 20052) à travers les textes hagiographiques de saint Athanase et de saint Jérôme, la question de savoir pourquoi l’autorité ecclésiastique avait choisi, pour propager la norme dogmatique et morale, le discours hagiographique plutôt qu’un autre ? Dans quel but et pour quel lectorat un ascète avisé fabrique-t-il des fictions narratives célébrant des ermites extraordinaires ?

Cette année nous célébrons la naissance, il y a 1700 ans, de saint Martin de Tours à Savaria (aujourd’hui Szombathely en Hongrie). J’ai d’ailleurs écrit la préface pour La vie de saint Martin de Sulpice Sévère, à paraître aux Éditions du Cerf. J’écris un livre en hongrois sur La vie de saint Martin de Sulpice Sévère qui, curieusement, n’a jamais été traité dans l’historiographie en Hongrie. J’ai recours à la méthodologie interdisciplinaire combinant théologie, anthropologie, narratologie avec l’histoire sociale et culturelle, pour démontrer que l’irrésistible avancée de « l’évêque-moine » – création de Sévère – est en effet une radicale critique sociale de l’épiscopat et du pouvoir séculier. La Vie de saint Martini apparaît ainsi comme un texte subversif plutôt que normatif. J’examine la Vita non en tant que fiction, mais en la situant dans le contexte de la « révolution ascétique » du IVe siècle, et surtout dans le contexte de création intellectuelle du cercle des aristocrates cultivés que nous connaissons par la correspondance de Sévère avec saint Paulin de Nole. Ces aristocrates lettrés, désireux de s’engager sur la voie de la perfection chrétienne, mais friands aussi de bonne littérature, ont créé l’imaginaire de « l’évêque-moine » – un modèle littéraire voué au long avenir. Les évêques de l’Antiquité tardive étaient non seulement les « impresarios » du culte des saints, mais aussi eux-mêmes des saints ascètes et des moines. Comment se fait-il que le renoncement au « siècle » devient le moyen de le contrôler ? C’est la question qui m’intéresse en premier lieu dans cette recherche. Le « non-pouvoir » de l’ascète ne représente pas seulement une autorité alternative à l’autorité officielle à force d’être charismatique : elle apparaît en fait comme le pouvoir unique et ultime. C’est ici que nous découvrons le message radical et subversif de l’hagiographie de l’Antiquité tardive. À Poitiers, j’espère trouver la littérature scientifique sur saint Martin de Tours qui est introuvable en Hongrie ; j’espère aussi pouvoir m’engager dans la discussion lors des séminaires de recherche. Je m’intéresse également à la « popularisation » de saint Martin, au fonctionnement de sa renommée et de la spiritualité « martinienne » auprès des élites et à la cour royale. La Vie de Geneviève est un bon exemple de la réception de l’héritage de saint Martin. Commissionnée de toute vraisemblance par la reine sainte Radegonde, la Vita fut rédigée par un moine de Ligugé, qui fut peut-être originaire de Poitiers. Dans cet écrit, « l’évêque-moine » subit une transformation inattendue en une « femme-évêque », car Geneviève semble y assimiler toutes les fonctions épiscopales. Je dois ajouter que je suis éblouie par la richesse de Poitiers en saints et je me sens privilégiée de pouvoir travailler dans la ville du grand Hilaire, de la rayonnante Radegonde et du génial Fortunat ! C’est bien dommage que la ville n’exploite pas du tout ce riche héritage des saints que lui envie le monde entier !

J’en viens au dernier pôle de mes intérêts et recherches, c’est-à-dire aux saints romains ou gallo-romains dans leurs rapports avec les Barbares. Mon projet de longue durée est d’établir une collection des Vies des évêques et des saints ayant rencontré, voire arrêté, Attila le Hun. Geneviève de Paris, Loup de Troyes, Aniane d’Orléans sont remarquables certainement en tant que protagonistes sur la scène historique ou religieuse, mais ils le sont aussi en tant que médiateurs entre la barbarie et le christianisme gallo-romain. La communication entre Barbares et chrétiens est-elle possible ? Quelles sont ses voies explorées ou proposées par l’hagiographie ? Les hagiographes étaient eux–mêmes des maîtres en matière de communication : est-ce la raison pour laquelle leurs héros et héroïnes le devenaient aussi ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

J’ai traduit, avec la coopération d’Alexis Léonas, le pamphlet de Pierre Dubois sur la reconquête de la Terre Sainte datant de 1306, qui est censé paraître bientôt, dans une édition bilingue, chez les Belles Lettres à Paris. Je suis en train de traduire en italien mon livre sur Damase intitulé Padrone dei santi, et j’écris un tout nouveau texte sur Damase en anglais aussi. J’ai organisé plusieurs colloques internationaux à Rome et à Budapest. Je viens de publier Pagans and Christians in Late Antique Rome, Cambridge University Press, 20153, et je continue avec un second volume, Pagans and Christians in the Late Roman Empire.

Un autre colloque portait sur la grande fondation de sainte Irène-Piroska, la fille du roi saint Ladislas de Hongrie, impératrice de Byzance, le Pantokrator, qui était à la fois un monastère, un mausolée dynastique et un hôpital ultramoderne pour l’époque.

Les contacts byzantino-hongrois ont attiré mon attention, avec la présence du christianisme orthodoxe dans le royaume de Hongrie médiéval. J’édite les actes du colloque avec le meilleur expert du Pantokrator, le Professeur Robert Ousterhout. J’ai également organisé un colloque sur le Roman de la Rose qui sera publié en hongrois.

La France et l’historiographie française resteront toujours mes premières amours. J’ai fait pas mal de traduction du français, dont récemment le livre sur l’éducation dans l’occident barbare de Pierre Riché4 que j’estime énormément. Je viens de proposer la traduction du livre de Martin Aurell sur les légendes arthuriennes à un éditeur en Hongrie.

À part de la recherche, vous étiez aussi diplomate, représentant votre pays à Paris, dans l’Institut hongrois…

Oui, de 1999 à 2003, j’ai été directrice scientifique à l’Institut culturel hongrois, où j’étais responsable de la coopération scientifique entre la France et la Hongrie, pour les colloques et le cinéma – je me rappelle de joyeuses missions à Annecy au festival des films d’animation, ou à Valenciennes au festival des films d’aventure. J’ai notamment travaillé avec la mère de László Nemes, qui a décroché cette année l’Oscar du meilleur film étranger.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

J’aimerais établir une coopération régulière entre le CESCM et la CEU. Il y a beaucoup de terrains où nous pourrions collaborer, comme l’échange des étudiants et des professeurs et les projets de recherche communs.

Il faut dire que malgré mon parcours international, je suis toujours restée une des meilleures ambassadrices du CESCM. La preuve que tous les étudiants hongrois qui ont participé à la session d’été dans ces vingt-cinq dernières années, la connaissaient grâce à ma propagande enthousiaste et c’est moi qui les y ai littéralement envoyées. J’espère que mon activisme sera un jour reconnu par l’Université de Poitiers !

Je me sens très inspirée par le travail du programme de recherche du CESCM « Culte des saints et mémoire des morts », la même problématique qui a dominé mes recherches sur le pape Damase de Rome et sur les martyrs romains. Je travaille avec Edina Bozóky – à qui je suis très reconnaissante parce que c’est elle qui a initié mon invitation à Poitiers – sur les saints et sur l’hagiographie en Gaule et en France aux IVe-VIe siècles. Pour mes recherches sur le monachisme martinien, visites et travaux dans les monastères de Ligugé et de Marmoutiers sont de rigueur. Je ne cache pas que je serai intéressée pour donner des conférences dans les sessions d’été du CESCM dans les années à venir sur les textes hagiographiques, la représentation du pouvoir des femmes dans des textes mérovingiens, mais aussi sur les grandes questions de l’histoire de l’Antiquité tardive et médiévale en Hongrie. Le royaume de Hongrie était un des plus stables, plus grands et plus riches royaumes du Moyen Âge, qui n’est pas très bien connu en France. Je me rappelle une amie de l’époque, la tunisienne Amina Chenik, qui a couru visiter la Hongrie après la session d’été de 1985, toute enthousiaste, cherchant d’immenses cathédrales et de magnifiques reliques des saints rois. Il n’en reste pas beaucoup, à cause de l’occupation et des guerres turques, mais il nous restent des sources passionnantes qui méritent d’être étudiées !


Marianne Sághy présente une conférence le mardi 22 mars à 18h30 au CESCM :

Conférence_MMA822032016-1

Quelques lectures d’articles de Marianne … en français !

“Dévotions diplomatiques. Le pélérinage de la reine-mère Élisabeth Piast à Rome.” In: La diplomatie des états angevins aux XIIIe-XIVe siècles, Zoltán Kordé, István Petrovics (Eds.) – Rom, Szeged : Accademia d’Ungheria, 2010, pp. 219-224.

« Le révolté ‘hongrois’ : Conspirations, attentats, et conflits nationaux dans le Royaume de Hongrie à la fin du Moyen Âge. », Hg. Philippe Depreux, Revolte und Sozialstatus von der Spätantike bis zur Frühen Neuzeit/Révolte et statut social, de l’Antiquité tardive aux Temps modernes. – München : Oldenbourg, 2008 (Pariser Historische Studien 87) pp. 205-213.

« La notion du ’lieu saint’ dans les premières vies de saints.”, B. Caseau, J.-Cl. Cheynet, V. Déroche (Eds.), Pèlerinages et lieux saints dans l’Antiquité et le Moyen Âge. Mélanges offerts à Pierre Maraval. – Paris : Centre de recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, 2006, pp. 430-442.

“Les femmes de la noblesse angevine en Hongrie.”, N. Coulet, J.-M. Matz (Eds.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge – Rome : École française de Rome, 2000, pp. 165-174.

 “Le baptême de saint Étienne de Hongrie.”, Michel Rouche (dir.), Clovis. Histoire et mémoire, vol. II. Le baptême de Clovis, son écho à travers l’histoire. – Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 1997, pp. 437-452.

 “La christianisation de la Hongrie,” N. Charbonnel, J.-E. Lung (Eds.),  Gerbert l’Européen. Actes du colloque d’Aurillac. – Aurillac : Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne, » 1997, pp. 255-262.

  1. Marianne Sághy, Versek és vértanúk. A római mártírkultusz Damasus pápa korában, 366-384. [Rimer les martyrs: Damase et le culte des martyrs romains au quatrième siècle] Budapest: Kairosz, 2003 []
  2. Marianne Sághy, Isten barátai. Szent és szentéletrajz a késő antikvitásban [Les amis de Dieu. Saints et hagiographies dans l’antiquité tardive]. Budapest: Kairosz, 2005 []
  3. Marianne Sághy, Pagans and Christians in Late Antique Rome (Cambridge University Press, 2015 []
  4. Pierre Riché, Éducation et culture dans l’Occident barbare : VIe-VIIIe siècle, rééed. au Seuil []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *