[Appel à communication] journée jeunes chercheurs Janua 2016

Les instruments de pouvoir

 

débat judiciaireJournée d’études Jeune chercheurs organisée par Janua, association des étudiants en Masters et doctorants en civilisation antique et médiévale de l’Université de Poitiers.

• Propositions de communications à envoyer avant le 5 février 2016 (inclus)
à association.janua@gmail.com

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou en anglais sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 mots
Elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.
Durée des communications : 20 à 30 min

• Date et lieu de la rencontre : 7 avril 2016, CESCM (Poitiers)

Télécharger l’appel à communications

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’études consacrée à la présentation des travaux de jeunes chercheurs : étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans, spécialisés dans l’étude des civilisations antique et médiévale. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Les intervenants devront s’attacher à respecter la thématique de l’édition 2016, étant d’aspect interdisciplinaire et méthodologique pour laisser place au dialogue. Le thème choisi est celui des instruments de pouvoir.

On définira le pouvoir tantôt par les « capacité, autorité, puissance, moyen d’action que détient une personne sur quelqu’un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », par la « puissance qui gouverne un groupe d’individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. Le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse. Ceci devrait permettre une diversité dans les communications amenant à des échanges et réflexions fructueux.reconstitution d'un palais babylonien

Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d’un pouvoir passé. C’est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l’histoire. Ils sont fédérateurs. Ils peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales). Cette multiplicité de formes qu’incarnent les instruments de pouvoir offre un large éventail de possibilités de propositions de communication, touchant tous les domaines d’étude.

En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants sont invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances.

Comité scientifique

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent Hablot (Maître de conférence en Histoire médiévale)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent Michel (Maître de conférences en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine Stouder (Maître de conférence en Histoire romaine)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *