Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *