Marjolaine Raguin, chercheur invité au CESCM

Marjolaine Raguin est accueillie comme chercheur invité au CESCM en décembre et janvier sous la responsabilité scientifique de Monsieur le Professeur Martin Aurell.

marjolaine.raguinParlez-nous de votre parcours universitaires lors de vos études :

J’ai fait des études de romanistique, avec une spécialisation en philologie occitane lors du doctorat. Étant donné que je savais depuis bien longtemps vouloir travailler sur des textes littéraires du Moyen Âge français et occitan écrit en contexte de conflit religieux militarisé (du type croisade), j’ai complété ma formation par de la théologie et du Droit. J’ai donc une licence (2006), un master (2008) et un doctorat (2011) de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, ainsi qu’une licence de l’Institut protestant de Théologie (Faculté de Montpellier, 2008) et un master de Droit (2015) de l’Université Montpellier I.

Mais surtout, et c’est ce que je retiens essentiellement de mon parcours universitaire, j’ai toujours voyagé dans le cadre de mes études (Italie, USA) et plus tard de ma vie professionnelle (Italie, Canada) et cela afin d’aller à la rencontre d’autres manières de penser, de travailler et d’enseigner. En 2005-2006, je suis partie en séjour Erasmus à l’université de l’Aquila en Italie, apprendre l’art de la philologie romane dans sa tradition italienne, sous la responsabilité d’Anna Ferrari. Ensuite, j’ai eu l’immense chance  d’être invitée par Beverly Mayne Kienzle à la Divinity School de l’Université Harvard (Etats-Unis) alors que j’étais doctorante, afin de travailler avec elle sur la partie de ma thèse consacrée à la prédication médiévale (on devrait dire cistercienne essentiellement) dans le contexte de la croisade albigeoise.

J’écrivais alors une thèse de langue et littérature médiévale d’oc intitulée aujourd’hui Propagande politique et religieuse dans la Chanson de la Croisade albigeoise, texte de l’Anonyme placée sous la codirection de Gérard Gouiran (Université Paul-Valéry Montpellier III) et de Jean-Pierre Chambon (Université Paris-Sorbonne). Auparavant, en master 1, j’avais travaillé, toujours en littérature et philologie, sur l’utilisation du texte biblique dans la rhétorique anti-hérésie dans un autre texte narratif occitan du XIIIe siècle, Las Novas del heretje, puis en master 2, propédeutique à la thèse, sur l’hérésie et l’hérétique dans la première partie Chanson de la Croisade albigeoise. On le voit, les ressorts stylistiques et intellectuels d’une argumentation visant à convaincre et persuader dans la littérature du Moyen Âge, et en contexte de conflit religieux et militaire, m’ont toujours vivement intéressée. Enfin, en master de Droit l’année dernière, des études reprises pour élargir mes connaissances – c’est la même démarche qui m’avait amenée en fac de théologie –, j’ai travaillé, toujours en philologue, sur le traitement de la femme et la colonisation lors du règlement juridique, à Pamiers en 1212, de la pacification des terres conquises par Simon de Montfort.

Enfin, je signale – car à mes yeux c’est important, et c’est une des forces de notre pays pour les étudiants (pour le stade postdoctoral c’est une toute autre affaire) -, que j’ai fait toutes mes études grâce à des bourses universitaires, et ai pu commencer ma vie professionnelle dès ma première année de thèse dans le cadre d’une allocation de recherche qui m’a aussi permis d’être monitrice de l’enseignement supérieur.

Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Montpellier ?

Après mon doctorat, bonne question. J’ai soutenu en novembre 2011 ; inscrite sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences dans les sections 9 et 73 du CNU (hiver 2012), au vu de l’absence de poste à dominante ancien occitan (quel euphémisme !) je me suis organisée afin de pouvoir continuer à faire avant tout de la recherche et à enseigner dans des conditions plutôt bonnes. Et en la matière, les maîtres mots sont mobilité et endurance.

D’abord je devais repartir directement aux USA en janvier 2012, accueillie à nouveau à Harvard par Beverly M. Kienzle. Nous avons eu en même temps un problème de santé (travailler derrière un ordinateur ou penchée sur des livres, est résolument mauvais pour le squelette) et j’ai donc dû différer mon voyage. Ensuite, j’ai dû m’occuper de la publication de ma thèse, écrire des articles, participer à des événements scientifiques, élargir mes champs de recherche, continuer à apprendre…et chercher du travail, tout cela en sachant que ce qui comptait pour moi par-dessus tout c’était de pouvoir exercer une activité de recherche, si possible complétée d’enseignement.

Sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

Mes études doctorales, soutenues par une allocation ministérielle de recherche et un monitorat de l’enseignement supérieur m’ont permis de commencer à enseigner à l’Université de Montpellier. Je dispensais alors des cours et animais des TD de Langue et littérature médiévales occitanes, et de civilisation médiévale essentiellement. Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j’ai aussi eu la chance de me voir confier pendant 3 mois la partie d’étude de textes de langue d’oc du séminaire de Beverly M. Kienzle, Christian Latin and medieval Christianity, et d’enseigner à un public de doctorants anglophones. C’était très agréable et convivial, nous étions tous bien jeunes aussi.

Pendant l’été 2012, j’ai été recrutée comme ATER de Langue et littérature françaises médiévales à l’Université de Haute-Alsace (2012-2013). J’ai aussi été enseignante invitée de philologie gallo-romane à l’Université de Messine (session intensive de 20h à l’automne 2012, Italie), puis à nouveau ATER à l’Université de Clermont-Ferrand en 2013-2014. Ensuite, j’ai fait un post doctorat au Département de français de l’Université de Toronto (2014). Je suis maintenant chargée de cours en langue et littérature françaises du Moyen Âge et histoire de la langue française auprès des Universités de Toulon et de Montpellier, et collaborateur postdoctoral à un projet anglo-italien sur les chansons de croisade françaises et occitanes dirigé à l’Université de Warwick par Linda M. Paterson. Voilà pour l’aspect administratif.

Mon activité d’enseignement est aujourd’hui focalisée sur les langues et littératures d’oc et d’oïl (et surtout d’oïl), la philologie gallo-romane et l’histoire de la langue française. Au cours de ces années, j’ai eu l’occasion de me constituer une expérience vraiment diversifiée : CM, TD, enseignements de spécialité ou trandisciplinaires, préparation au concours, séminaires de recherche, et d’être face à un public francophone, anglophone ou italianophone. Cela m’a obligée à une certaine flexibilité mais c’est intellectuellement et humainement vraiment enrichissant.

En ce qui concerne la recherche je me suis résolument tournée vers une approche conjointe en français et en occitan, des corpus lyriques et épiques.

Lors de mon post doctorat à Toronto, sous la direction de Dorothea Kullmann, j’ai travaillé sur les formules dans l’épique occitane. J’y cherchais à l’origine, car j’avais été recrutée pour cela, des influences du français ou des formules de pseudo-français dans le corpus épique occitan en comparant ses tournures formulaires avant les plus anciens textes épiques français, mais j’ai pu aussi mettre au jour des formulations typiquement d’oc. Tout cela constitue un énorme dossier, qui est toujours en cours de rédaction pour publication. De ce fait, j’ai décidé que, vu le peu d’intérêt de nos études pour l’épique d’oc, il fallait tenter une initiative pour conjuguer les forces de chercheurs épars ; et c’est ainsi que je suis devenue responsable d’un numéro thématique de la Revue des langues romanes (1, 2017 en cours d’écriture) consacré à l’épique occitane. J’ai aussi écrit sur des sujets plus variés : les réécritures de l’épique en prose aux XIVe-XVIe siècles, l’essor de la philologie au XIXe siècle et ses effets sur les idéologies renaissantistes d’oc ; je collabore avec Jean-Pierre Chambon pour une série de travaux philologiques.

Par la croisade en quelque sorte je passe de l’épique à la lyrique, bien que présenté ainsi cela reste schématique. J’ai entamé un projet au long cours – qui constituera à terme le principal document de mon dossier d’habilitation – sur les chansons de croisade françaises et occitanes à visée exhortative ou critique. Il s’agit d’en étudier, toujours du point de vue du philologue, les structures, les arguments etc. et surtout de percevoir l’originalité de leur discours et leur capacité à se faire prédication et écho de celle-ci. C’est un sujet vraiment très intéressant dont les disciplines connexes sont l’histoire et la théologie. J’ai la chance de pouvoir travailler sur un corpus initial entièrement revu et réédité pour la partie éditoriale du projet, presque terminé, et dirigé à Warwick par Linda M. Paterson Troubadours, trouvères and the Crusades auquel je collabore pour la partie d’étude des textes. Et c’est cette première étape qui m’amène parmi vous à Poitiers.

Pourquoi le choix du CESCM ?

Je suis ici dans le cadre de ma collaboration à ce projet de recherche Troubadours, trouvères and the Crusades mené principalement à l’Université de Warwick, afin d’écrire dans un ouvrage de Linda M. Paterson consacré au corpus des chansons de croisade françaises et occitanes, un chapitre sur la rhétorique (style et arguments) de ces textes. J’en profite d’ailleurs pour la remercier d’avoir su trouver les fonds dans le budget du projet pour me permettre d’être ici à Poitiers dans de bonnes conditions.

Le CESCM fut pour moi une évidence pour deux raisons. La première est la présence de Martin Aurell qui est l’auteur d’un ouvrage récent et essentiel sur la critique chrétienne de la croisade aux XIIe et XIIIe siècles, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle1 et a eu la gentillesse d’accepter de m’accueillir ici au CESCM comme chercheur invité, sous sa responsabilité scientifique, lorsque je l’ai sollicité. La seconde est bien sûr la richesse du fonds Moyen Âge de la bibliothèque universitaire, et les collections propres du CESCM.

L’intense vie scientifique de la médiévistique me permet ici d’espérer des échanges féconds enrichissants avec les médiévistes présents. Enfin j’ajouterai que Poitiers et le CESCM pour une occitanisante, furent aussi le lieu, en son temps, de Pierre Bec.

Vous avez récemment publié un ouvrage.

Oui c’est exact. Après ma soutenance, j’ai eu la chance d’obtenir un Prix de thèse, et de trouver un éditeur. Ma thèse est parue cet automne aux éditions Honoré Champion sous le titre Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise »2 . Préfacé par Beverly Mayne Kienzle, l’ouvrage est donc l’étude, dans le champ de la littérature médiévale épique, d’un discours de propagande en faveur du parti des Raimondins de Toulouse dans le cadre de la Croisade albigeoise. Parmi les révisions qui ont visé à rendre l’ouvrage plus accessible à un lecteur non spécialiste (ce qui me tenait à cœur), j’ai ajouté un avant-propos qui tente d’expliquer avec des mots simples un sujet assez complexe. Je suis très heureuse de cette parution, qui après avoir pris du retard, me permet enfin de finir de tourner la page.

Un dernier mot ?

Oui, je voulais remercier les personnels du Centre, ainsi que ma collègue de bureau Bonnie Effros, de la bienveillance de leur accueil, qui me permet de passer un séjour agréable en plus d’être fécond.

Ouvrir ce lien pour consulter la bibliographie complète de Marjolaine

Avec l’aimable participation d’Estelle Ingrand-Varenne

 

 

 

  1. Martin AURELL, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle, Paris, Fayard, 2013 []
  2. Marjolaine RAGUIN, Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise », Paris, H. Champion, 2015, 680 p. []

Une réflexion au sujet de « Marjolaine Raguin, chercheur invité au CESCM »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *