La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).

 


Une réflexion au sujet de « La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015) »

  1. Voilà un résumé qui donne vraiement envie de se plonger dans la lecture de l’habilitation de Vincent Debiais. Merci Estelle pour cette belle note. Il me tarde donc de lire la publication que j’espère rapide .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *