Arrêt sur images (2) : les Pyrénées-Orientales sur la base de données Romane

La richesse du fonds photographique de la Photothèque du CESCM et l’aimable collaboration du Ministère de la culture et de la communication – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine – ont récemment permis d’amplifier les notices de plusieurs sites déjà indexés dans la base Romane, par le traitement de nouveaux documents et l’ajout progressif de références bibliographiques.

Un certain nombre de sites des Pyrénées orientales ont ainsi été augmentés par l’adjonction de contenu. La base de données met photographies anciennes, cartes postales, diapositives, clichés récents, relevés d’archéologie du bâti, plans et élévations à disposition des utilisateurs, le tout complété d’une bibliographie succincte et, autant que possible, issue des dernières recherches[1]. Celles-ci motivent en partie ce billet, dans le contexte de la récente parution du dernier volume des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa sur les cloîtres romans (disponible à l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine, BU Michel Foucault de Poitiers).

Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)
Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)

L’illustre abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps focalisé tout l’intérêt des chercheurs ; il est vrai que l’importance du site est indéniable et la richesse du fonds photographique du CESCM en témoigne (214 fiches et 279 photographies et documents). Au-delà des questions d’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art, l’histoire du lieu nous ramène également à l’histoire des Monuments historiques. L’ « affaire » de l’acquisition des chapiteaux du cloître par le sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard en 1907 et 1913 a joué un rôle dans l’élaboration de la loi française adoptée en 1913, justement, et au regain d’intérêt pour l’art roman, avec la reconstruction du cloître in situ dans les années 1950.Par conséquent, toute recherche sur Saint-Michel-de-Cuxa et sur les chapiteaux du cloître en particulier nécessite beaucoup de prudence et une profonde critique d’authenticité face à des reprises ou des copies contemporaines.

bis00007699c
Saint-Michel-de-Cuxa, cloître (crédit photo CESCM-Durand)

L’intérêt focalisé sur Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps éclipsé d’autres sites tout aussi fascinants. Il en est ainsi pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, laquelle compte parmi les ensembles monastiques majeurs de la Catalogne médiévale. Les documents d’archives attestent de la puissance et du rayonnement de la première fondation bénédictine de la région (vers 780), témoignage de l’architecture et de l’art claustral des XIe-XIVe siècles. L’église se démarque dans le paysage monumental par sa polarité occidentale, dont l’aménagement ne résulte d’aucune nécessité topographique mais peut-être d’une construction antérieure datant du IXe siècle et d’exigences liturgiques propres au culte des reliques des saints Abdon et Sennen.

bis00016690
Arles-sur-Tech, plan (crédit photo Ministère de la Culture et de la Communication, STAP 66- Raphaël Mallol

Si les premiers travaux historiques et archéologiques datent des années 1954 et 1955 avec le Congrès archéologique de France tenu en Roussillon, puis avec les études menées par Marcel Durliat sur le monument et son décor sculpté (Roussillon roman, Zodiaque, 1958, rééditions jusqu’en 1986) et celles d’Yvette Carbonell-Lamothe et d’Henri Loreto (Le paysage monumental autour de l’an mil, Picard, 1987), il faut attendre les nouveaux résultats issus des découvertes réalisées dans le cadre du projet collectif dirigé par Géraldine Mallet avec l’appui du laboratoire de Lattes (UMR 154, CNRS-UPV-MCC). Quatre campagnes de fouilles et d’études du bâti, réalisées de 2001 à 2004, un colloque tenu en 2013 à Arles-sur-Tech ainsi que des publications universitaires ont approfondi les connaissances sur l’ancien monastère. Actuellement, la base Romane offre 79 fiches référentes à autant d’images relatives à l’architecture et au décor monumental de l’église roussillonnaise.

Trois sites majeures pour la peinture monumentale ont également bénéficié d’une valorisation dans Romane. Il s’agit des églises de Saint-Julien d’Estavar (91 fiches, 91 images), de la chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar (97 fiches, 191 images) et de Saint-Nazaire-de-l’Écluse-Haute dans la commune des Cluses (59 fiches, 97 images). Comme pour tout site indexé, chaque image est décrite par une série de mots-clefs, permettant de repérer les occurrences d’un sujet, d’un thème ou d’un motif parmi des milliers d’images. Au-delà de l’aspect pratique de la constitution de séries thématiques autorisées par la rigueur de l’indexation à partir du TIMEL, celle-ci permet une analyse détaillée de chaque image et de l’espace dans lequel elle s’insère.

Estavar, abside (crédit phoho CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Estavar, abside (crédit photo CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)

Enfin, parmi les sites majeurs de la région, on ne peut omettre Le Boulou (18 fiches, 18 images) dont il ne subsiste aujourd’hui que l’ensemble du portail attribué au Maître de Cabestany plaqué sur la façade occidentale d’une église postérieure, Saint-Génis-des-Fontaines avec la Chapelle de Cabanes (2 fiches, 2 images) et le monastère Saint-Michel (43 fiches, 59 images), célèbre pour le linteau de la porte d’entrée daté de 1020.

Les perspectives à moyen terme concernent la mise en œuvre de la visite virtuelle de l’ensemble de ces sites, ainsi que l’indexation d’Elne et du cloître de Serrabone (commune de Boule-d’Amont), deux bijoux de l’art monumental roman dont le fonds iconographique, consultable à la photothèque, est riche pour le premier de 141 clichés noir/ blanc et de 109 clichés numériques issus de la collection Leonet-Bastien et pour le second, de 92 clichés noir/ blanc, de 67 diapositives et de 102 clichés numériques issus de la même collection.

[1] Mission en cours de réalisation pour l’ensemble des sites indexés jusqu’à présent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *