Guilhem (dit le Troubadour), comte de Poitiers, duc d’Aquitaine

L’Association Trobadas, présidée par Katy Bernard, organise régulièrement des rencontres scientifiques internationales autour des grands troubadours médiévaux. Sur une idée de Luc de Goustine (Association Carrefour Ventadour), les manifestations se déroulent dans les lieux même auxquels, en leur temps, les poètes ont été attachés. La figure et l’œuvre de Guillaume, premier troubadour connu et à ce titre père du trobar *, ont ainsi suscité 2 rencontres, en 2013 (20-21 septembre) et 2014 (12-13 septembre) ; l’une à Bordeaux-Lormont, dans le château du Prince Noir, l’autre à Poitiers, sur le site de l’ancien cloître de Montierneuf et dans la grand-salle dite « des Pas Perdus » du Palais de Justice de Poitiers, palais des comtes de Poitiers et ducs d’Aquitaine. Portées par l’Association Trobadas, placées sous l’égide de l’Association Internationale d’Études Occitanes (AIEO) et au bénéfice d’un partenariat avec le CESCM, la manifestation a débouché sur la publication en début d’été d’un ouvrage (402 p.) qui présente une vingtaine de contributions scientifiques, dont 6 émanent du CESCM. Le volume offre ainsi un vaste panorama des questions que ne cessent de soulever la personnalité complexe et l’œuvre météorique de celui que la critique s’accorde à nommer Guillaume IX ; le résultat éditorial tient la promesse des objectifs initialement fixés, à savoir :

« Situer les principaux lieux de séjour ou de règne du grand féodal, le replacer lui-même dans l’histoire, mesurer ses dimensions littéraires, la portée musicale de son art, tenter de détecter les influences qui ont pu jouer sur lui, celles considérables qu’il a exercées lui-même, enfin l’actualité toujours renaissante de ce poète fondateur paradoxal ».

guilhpeitp

Guilhem de Peitius, duc d’Aquitaine, prince du Trobar, suivi de « Hommage à Pierre Bec »

Cahiers de Carrefour Ventadour, 2015

ISBN : 978-2-916622-10-1

La Trobada de Poitiers avait prévu, en partenariat avec le CESCM et la Médiathèque François-Mitterrand, d’honorer Pierre Bec, grand animateur des études occitanes des décennies durant et acteur des précédentes rencontres. La disparition de l’homme de lettres poitevin en juin 2014, a conduit à lui rendre un hommage posthume dont l’ouvrage rend partiellement compte en donnant un échantillon représentatif de 4 interventions. Ont participé à cet hommage, modéré par Jean-Louis Glénisson, directeur de la Médiathèque : Katy Bernard, Joël Cohen, Robert Favreau, Jean-Claude Forêt, Éliane Gauzit, Jacques Gourc, Rosa Maria Medina Granda, Liliane Jagueneau, Pierre-Marie Joris, Georges Pon et Annie Salles.

Moment de commémoration et d’amical évocation que la quatrième de couverture rappelle en ces termes :

« Émus par la perte toute récente de leur maître et ami Pierre Bec, les historiens, linguistes et musicologues présents ont tenu à rendre hommage à l’occitaniste et au poète, en ajoutant ici le texte, en oc et en oïl, d’un de ses poèmes et d’une nouvelle – avec l’aimable autorisation d’IEO Éditions ».

Pour être complet on mentionnera, au titre des animations de la Trobada poitevine, la scénographie vocale réalisée autour du vers de dreit nien et de son adaptation par l’oulipien Jacques Jouet par Pierre-Marie Joris et les étudiants du master ReMediA ; le concert « Le duc en scène : Cansos de Guillaume de Poitiers » donné par l’Ensemble Tre Fontane et la lecture musicale « Le chant de Montfort » produite par la Compagnie Dies Irae et adaptée de La Chanson de la Croisade albigeoise, œuvre célèbre du XIIIe siècle occitan.

« Autant dire que si »,

comme le souligne Pierre-Marie Joris,

« l’oeuvre de Guillaume de Poitiers nourrit abondamment la critique académique savante, elle reste aussi en puissance de stimulante suggestion et irrigue à maints égards la fantaisie et la création d’aujourd’hui ».

* À entendre comme le geste de l’invention poétique troubadouresque, soit la trouvaille lyrique, poético-amoureuse.

 


Sommaire des interventions

« Introduction à la Trobada » par Guy Latry (Professeur émérite Univ. M. de Montaigne/Bordeaux III)

« Poitiers au temps de Guillaume IX le Troubadour (1086-1126) : le comte et sa ville » par Cécile Treffort (Directrice du CESCM/Univ. de Poitiers)

« L’infâme célébrité de Guilhem de Peitius » par Luc de Goustine (diplômé de l’EPHE, écrivain, historien)

« Guillaume IX et l’Islam » par Martin Aurell (CESCM/Univ. de Poitiers)

« L’évocation de la nature dans la poésie de Guillaume IX » par Sébastien-Abel Laurent (CESCM/Univ. de Poitiers)

« Guillaume IX d’Aquitaine et la tentation du néant » par Katy Bernard (Univ. M. de Montaigne/Bordeaux III)

« Guilhem IX et l’amour : l’obscène, le vivace et le bel aujourd’hui » par Valérie Fasseur (Univ. de Pau et des Pays d’Adour et CESCM)

« Donner sa langue au chat » par Jacques Gourc (Univ. de Toulouse II – Le Mirail)

« Pos de chantar m’es pres talenz : l’adieu au monde du comte-duc » par Walter Meliga (Univ. de Turin)

« La maturité du corps du ‘premier troubadour’ » par Alessandro Bampa (Univ. de Padoue et CESCM)

« L’invention de Guillaume IX » par Jacques Roubaud  (poète)

« Quand le son fait défaut : usages et contraintes du contrafactum pour la reconstitution mélodique de l’oeuvre de Guillaume d’Aquitaine » par Florence Mouchet (LLA-CReatis/Univ. de Toulouse II-Le Mirail)

« Les exécutions musicales de Guillaume d’Aquitaine : entre réécriture et reconstitution » par Christelle Chaillou-Amadieu (Collège de France)

« Du magister au maistre : des vantardises d’Ovide au gap du comte de Poitiers » par Roy Rosenstein (The American Univ. of Paris)

« Guillaume et le latin de son temps : quelques arrière-plans langagiers » par Michel Banniard (Univ. de Toulouse II-Le Mirail)

« Quand Guillaume devint Joufroi … Sens et élaboration du Joufroi de Poitiers » par Maria Luisa Meneghetti (Univ. de Milan)

« Ezra Pound et Guillaume d’Aquitaine » par Philip Grover (Professeur émérite Univ. de Sheffield, Poitiers et Limoges)

« Une épiphanie Guillaume » par Pierre-Marie Joris (CESCM/Univ. de Poitiers)

Part Lemozi : les pérégrinations du chat roux de Toulouse (1657) au Brésil (2004) » par Roy Rosenstein (The American Univ. of Paris)

« Chats jaunes » par Maïté Bouyssy (MCF honoraire, Univ Paris I)

« Postérité du comte de Poitiers » par Walter Meliga (Univ. de Turin)

Farai un vers de dreit nien, version anglaise de William S. Merwin

… Suivi de Hommage à Pierre Bec

François Pic, Une biographie

Pierre-Marie Joris, L’invention des troubadours ou comment un écrivain moderne (C.-A. Cingria) rencontre les troubadours et fait d’eux le levain de son écriture

Jean-Louis Glénisson, Pèire Bec, autor occitan contemporanèu, un aperçu de son œuvre dans une tentative de traduction : Lo Marqués de Poliandre – Le Marquis de Poliandre et Sonet Se Fin’Amor ei dens lo cr enclausa – Sonnet Si j’ai Fin’Amor tenue dans mon coeur

Jean-Claude Forêt, Pierre Bec, auteur occitan

L’écho du néant, petite scénographie vocale par Pierre-Marie Joris et les étudiants du Master ReMediA (Renaissances médiévales : des lettres antiques aux littératures du moyen Âge)

Le duc en scène, Cansos de Guillaume de Poitiers par l’ensemble TRE FONTANE

Le chant de Montfort, Lo Cant de Montfort, lecture musicale par la compagnie DIES IRAE

Billet réalisé avec l’aimable collaboration de Pierre-Marie Joris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *