Arrêt sur images (1) : la Bourgogne sur la base de données Romane

Depuis sa mise en ligne en octobre 2012, la base de données Romane du CESCM a été profondément enrichie par de nouvelles notices consacrées à l’art roman. L’important projet de numérisation et d’indexation permet, progressivement, une meilleure visibilité du patrimoine médiéval à travers la richesse du fonds photographique de la Photothèque. Si les régions sont encore inégalement couvertes par l’indexation, le corpus d’œuvres et d’édifices de l’actuelle Bourgogne a récemment été amplifié par le traitement de plusieurs sites (Vézelay, Autun, Anzy-le-Duc, Montceaux-l’Étoile et Saint-Julien-de-Jonzy). Bien sûr, la simple lecture de ces noms de lieux rend visible au moins une lacune, celle de l’absence de Cluny dont les photographies sont, pour l’instant, uniquement accessibles à la Photothèque. Pour chaque édifice, la base de données met à disposition des utilisateurs les photographies anciennes conservées à la Photothèque, mais également les clichés numériques récemment acquis par le service. Notons que les sites présentant un décor sculpté conséquent sont accompagnés par des plans, insérés dans chaque notice, facilitant la localisation des œuvres et donc, les études sur la place de l’image au sein du décor et des potentiels réseaux iconographiques.

Vézelay, portail central, tympan, détail d'un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)
Vézelay, portail central, tympan, détail d’un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)

Parmi les grands noms de la sculpture romane bourguignonne, l’ancienne abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (Yonne) s’impose par l’envergure de son architecture et son ensemble exceptionnel d’œuvres sculptées. L’importance du site justifie le nombre de notices présentes sur Romane et l’abondance des photographies (283 notices, 1196 images). L’église actuelle remplace un premier édifice carolingien qui, vraisemblablement, ne suffisait plus à accueillir les pèlerins. La dédicace des parties orientales de la nouvelles église est réalisée en 1104 par l’abbé Artaud et l’incendie survenu en 1120 marque le début de la reconstruction de la nef puis de l’édification de l’avant-nef, vers 1140-1150. Si la richesse iconographique et stylistique du grand portail de la nef n’est plus à présenter, on remarquera que les nombreux détails photographiques du tympan et des caissons présents sur Romane exaltent la finesse et la diversité des drapés, le traitement des visages et le mouvement des personnages.

Parmi les chapiteaux de la nef et de l’avant-nef, certains se distinguent par la rareté de leur iconographie et plusieurs sujets sont figurés deux fois. Dans le foisonnement des scènes hagiographiques se trouvent, entre autres, le miracle de saint Martin faisant abattre le pin sacré des païens ou encore une scène bien davantage représentée qui est la conversion de saint Eustache (que l’on retrouve notamment à Autun). Le chapiteau du voyage de Tobie et de l’archange Raphaël suivi par Tobie rendant la vue à son père est un bel exemple de scène vétérotestamentaire très peu figurée.

Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l'avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)
Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l’avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)

La cathédrale Saint-Lazare d’Autun (Saône-et-Loire), autre grand nom de l’art roman bourguignon a été élevée entre 1120 et 1146 à l’initiative de l’évêque Étienne de Bâgé  et du duc Hugues II de Bourgogne. Ce n’est cependant qu’en 1195 que l’édifice fut élevé au rang de cathédrale, date marquant le partage des offices religieux avec la cathédrale Saint-Nazaire. Un ensemble de 701 photographies réparties dans 174 notices est présent sur Romane. Comme pour le portail de Vézelay, le tympan du Jugement dernier exécuté par Gislebertus présente une très bonne couverture photographique.

Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)
Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)

À la différence de Vézelay où les scènes vétérotestamentaires et hagiographiques étaient majoritaires, à Autun de nombreux chapiteaux sont figurés de scènes de la vie du Christ. Parmi les œuvres du chœur et du transept, plusieurs d’entre elles appartiennent au cycle de l’Enfance tel le chapiteau du songe des Mages.

Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)
Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)

L’ancienne église priorale d’Anzy-le-Duc (Saône-et-Loire), autrefois placée sous le vocable de la Trinité et actuellement dédiée à Notre-Dame-de-l’Assomption, semble avoir exercé une grande influence artistique dans le sud de la Bourgogne au début du XIIe siècle. De fondation carolingienne, l’édifice roman a été érigé entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle. La base Romane propose 149 clichés et 68 notices. La sculpture de la nef et des espaces liturgiques constitue la majeure partie du décor (trois ateliers distincts), mais on remarquera également la présence d’une Ascension du Christ peinte dans l’abside (fortement restaurée au XIXe siècle). Le portail situé au sud de l’enceinte de l’ancien prieuré présente un décor très riche mettant en scène deux épisodes du Péché Originel, l’Adoration des mages et la séparations des Élus et des Damnés. Les liens stylistiques et iconographiques avec le portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon sont ici, non négligeables (site indexé sur Romane).

Anzy-le-duc, portail de l'enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)
Anzy-le-duc, portail de l’enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)

L’église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Montceaux-l’Étoile (Saône-et-Loire), de taille très modeste, dépendait du prieuré d’Anzy-le-Duc. La base de données Romane propose 30 photographies intégrées dans 11 notices. Érigé durant la première moitié du XIIe siècle, l’édifice se distingue par la richesse de son portail. Le tympan et le linteau sont sculptés dans un seul bloc de pierre et représentent l’Ascension du Christ. Sur les chapiteaux et coussinets du portail se déploient des sujets souvent mis en relation avec les œuvres de Vézelay et d’Autun. Le faune brandissant une fronde rappelle celui d’Autun ou encore la faunesse de Vézelay.

Montceaux-l'-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)
Montceaux-l’-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)

Enfin, l’église Saint-Julien de Saint-Julien-de-Jonzy (Saône-et-Loire) fut construite entre le second et le troisième quart du XIIe siècle. La base Romane propose 29 clichés et 11 notices. Le portail, en avant-corps, est composé de pilastres cannelés et de colonnettes surmontées de chapiteaux. Sur le tympan et le linteau, sculpté dans un seul bloc, apparaît le Christ en gloire, la Cène et le Lavement des pieds. La sculpture du portail est à mettre en relation avec celle de l’église Saint-Fortuné de Charlieu.

Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)
Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)

La base de données Romane est en constante évolution afin de répondre aux besoins des utilisateurs. L’importance du fonds photographiques de la Photothèque implique une mission de grande ampleur, engagée depuis plusieurs années et portée sur la numérisation et l’indexation. La progression des campagnes d’indexation favorise les recherches précises grâce au thésaurus de Romane et permet la constitution de corpus en architecture ou en iconographie.


Lien vers Romane


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *