ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *