Exposition : Les armoiries racontent… Dans les fragments héraldiques de l’Hôtel Fumé les vestiges d’un Poitiers oublié

Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé.
Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé. Photographie : I. Fortuné

• du 19 septembre au 23 octobre 2015
Ouverture exceptionnelle lors des Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre.

• Poitiers, cour de l’hôtel Fumé
Faculté des Sciences humaines et arts – 8 rue René Descartes

• Exposition réalisée par Matteo Ferrari et Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du programme de recherche ARMMA (ARmorial Monumental du Moyen Age).

• Entrée libre.
Horaires d’ouverture : de 9h à 18h

Présentation

Apparues au milieu du XIIe siècle et, ensuite, rapidement répandues dans toute l’Europe, les armoiries désignaient une personne ou un groupe de personnes par le biais d’un signe figuré, le plus souvent reproduit à l’intérieur d’un écu. Adoptés par toutes les classes sociales et les institutions, ces signes d’identité parsemaient les espaces publics et privés, répondant à des fonctions variées. Pourtant, à cause de nombreuses idées reçues, les décors héraldiques demeurent largement méconnus et exposés aux périls de l’abandon.

Dans le but de contribuer à la connaissance et à la valorisation de ce type d’images, dès l’automne 2013, Laurent Hablot et Matteo Ferrari (CESCM) conduisent le programme de recherche ARMMA (Armorial Monumental du Moyen Age) visant à recenser et analyser les décors héraldiques « monumentaux » produits dans la France médiévale. Un premier volet de cette étude a été consacré au patrimoine héraldique du Poitou-Charentes. Au cours de cette recherche, la ville de Poitiers a révélé une richesse surprenante de témoignages héraldiques, datés pour la plupart entre XVe et XVIe siècles. À celles encore visibles sur ses monuments les plus représentatifs (cathédrale Saint-Pierre, église Notre-Dame-la-Grande, Palais des Comtes, remparts…), s’ajoutent de nombreuses pièces armoriées déposées dans les collections municipales, provenant d’édifices détruits au cours du XIXe et XXe siècles.

C’est le cas des pierres conservées dans la cour de l’Hôtel Fumé, seuls témoins de trois églises disparues ou fortement mutilées du centre ville.
Longtemps oubliés, ces fragments dialoguent avec d’autres présences héraldiques, celles mises en place par les différents propriétaires d’un des plus beaux et singuliers hôtels particuliers de notre ville.

Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné
Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *