La naissance du concept des maladies héréditaires dans la médecine médiévale par Maaike Van der Lugt (15 janvier 2015, EMF)

Intervention de Maaike Van der Lugt, lors de la journée d’étude sur Les libertés de la pensée médiévale, dans le cadre de l’Atelier interdisciplinaire du 12 au 16 janvier 2015.

L’intervention remarquable de Maaike Van der Lugt, maître de conférence en histoire médiévale à l’université de Paris Diderot est venue clôturer cette journée d’étude sur les libertés de la pensée médiévale, grâce à laquelle nous avons pu voyager dans les limbes philosophiques de l’homme du Moyen Âge. C’est ainsi que Maaike Van der Lugt nous a présenté, avec une passion communicative, la naissance du concept des maladies héréditaires dans la médecine médiévale.

Le baptême de Clovis par saint Remi, vers 496. Enluminure (BnF, Paris)
Le baptême de Clovis par saint Remi, vers 496. Enluminure (BnF, Paris)

Tel que l’auteur nous le rappelle, ce concept d’hérédité illustre parfaitement le thème de la liberté de la pensée médiévale, puisque cette idée est une nouveauté difficile à appréhender pour l’homme du Moyen Âge. En effet, ce sont les médecins scolastiques qui ont inventé une transposition de cette notion d’hérédité empruntée au domaine juridique, vers le domaine de la médecine. Dès 1300, c’est le pouvoir de guérison des rois de France, transmis par le sacre, qui est questionné. Ce don par le toucher, que l’on fait remonter à Clovis, est expliqué par les maîtres en philosophie des universités de Paris, comme transmis des parents aux enfants.Ainsi la notion d’hérédité, bien que relativement récente, est déjà installée à cette époque. Certains spécialistes contemporains comme Luca Bianchi, voient dans cette explication de la faculté de guérir du roi, une véritable critique du pouvoir royal, l’hérédité dévalorisant alors le don du roi et son statut même. Le pouvoir de guérison ne relève plus alors du miracle, puisqu’il existe une explication rationnelle à ce phénomène. Notons l’importance et les limites du concept d’hérédité, diffusé vers 1280 avec la publication du dictionnaire médical de Jean de Saint-Amand et l’apparition de l’entrée : « morbus hereditarus ».

Cependant, ce n’est que lorsque la médecine se constitue en discipline scientifique et n’est plus seulement une pratique ou savoir-faire, que l’on découvre véritablement cette notion d’hérédité. Les traductions de textes médicaux arabes et grecs concourent à l’assimilation du terme hérédité, avec le corpus aristotélicien et sa philosophie naturelle. Au deuxième quart du XIIIe siècle, la notion même de maladie est plus précisément définie, elle n’est plus essentiellement basée sur le déséquilibre des humeurs selon Galien. Ainsi, trois textes vont avoir un rôle primordial pour la diffusion de la notion d’hérédité. Le Canon d’Avicenne, traduit à Tolède par l’équipe de Gérard de Crémone est cité à partir des années 1230-1240 et devient l’une des plus grandes références de la médecine jusqu’au début de l’époque moderne. Après avoir défini la maladie comme dérèglement des complexions ou humeurs, il différencie trois types de maladies : contagieuses, héréditaires (« hereditantu »), et les maladies particulières liées à certaines populations. Jean Damascène, dans son traité métaphysico-théologique « La Foi arthodoxe », consacre deux de ses aphorismes aux maladies héréditaires. Il mentionne l’analogie de l’hérédité de l’apparence physique et des vices de l’âme ainsi que l’effet héréditaire atténué d’une maladie si seulement l’un des deux parents est atteint de cette maladie. Enfin, la version arabo-latine du commentaire de Galien portant sur les aphorismes d’Hippocrate est un recueil de référence pour les médecins de l’époque où l’hérédité est mentionnée comme une des nombreuses causes de la goutte. Les termes utilisés par les auteurs latins sont repris des traducteurs, et principalement le verbe « hereditare » et le composé « morbus hereditarus ».

Miniature. Canon Medicinae - Avicenne
Miniature. Canon Medicinae – Avicenne

L’on doit notamment à Dino del Garbo, médecin italien, la transmission du terme juridique au domaine biologique. Il développe et explique cette analogie de l’hérédité par le fait que même si seuls les biens qui passent des enfants aux parents sont appelés héréditaires, ce mot peut s’appliquer de manière métaphorique aux maladies que les enfants héritent de leur parents. Les maladies héréditaires sont expliquées par deux causes principales, fondées sur deux concepts aristotéliciens. Tout d’abord la cause matérielle, puis la cause efficiente. Bernard de Gordon dans son Lilium medicinae , explique le cas de la lèpre, qui est développée dans l’utérus, auquel cas c’est parce que l’enfant a été conçu pendant les règles. Ceci étant une croyance répandue, par l’influence de la religion chrétienne. La lèpre peut aussi apparaître après la naissance, parce que le bébé est l’enfant d’un lépreux, ou bien parce qu’un lépreux a couché avec la femme déjà enceinte. Il n’existe pas encore, à l’époque, de différenciation possible entre les termes « héréditaire » et « congénital ». Ce sont les médecins scolastiques qui vont clarifier l’idée d’hérédité, décrivant un système de transmission de la maladie dicté par des règles complexes.

Au Moyen Âge, la lèpre et la goutte sont essentiellement connues comme maladies héréditaires, ainsi que la tuberculose, les calculs du rein, les maladies de peau, la cécité, l’épilepsie et la boiterie. Pour expliquer la cause de l’hérédité, deux modèles de transmission des maladies sont présentés par les scolastiques : l’infection de la semence et/ou des menstrues par de mauvaises « humeurs », et le pangénisme ou l’idée que le sperme provient de l’ensemble du corps, et donc forcément atteint par une maladie directement transmise aux enfants. Le modèle de Galien et de sa théorie des humeurs subsiste aussi, Hildegarde de Bingen cite la notion d’hérédité de la maladie comme désordre des complexions qui se transmet des parents aux enfants. La notion d’hérédité de la maladie reflète la volonté de l’homme du Moyen Âge d’expliquer le monde de manière rationnelle ou naturaliste, en excluant la religion.

L’exposé de Maaike Van der Lugt nous a montré que la réflexion sur les mots est essentielle au Moyen Âge. Expliquer la Nature et la nature de l’homme est le bien le plus précieux de l’héritage que nous ont légué les scolastiques.

Avec l’aimable relecture d’Estelle Ingrand-Varenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *