De la nécessité de voir : une heure au cœur de l’image médiévale (26 février 2015)

C’est avec une communication intitulée « Rendre visible l’invisible » qu’Éric Palazzo a ouvert le nouveau cycle de conférences proposé par l’UFR SHA de Poitiers : « L’heure nécessaire de Sciences Humaines ». Cette « Heure nécessaire » se veut être le rassemblement mensuel au cours duquel sont présentées les recherches conduites au sein de l’UFR et rendues possibles grâce aux efforts de l’ensemble des personnels.

Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)
Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)

Dans la lignée des recherches qu’il mène depuis plusieurs années et qui ont donné naissance à son dernier ouvrage paru aux éditions du Cerf[1], Éric Palazzo a guidé le public à la découverte de la sensorialité des images médiévales. Comme il l’a rappelé en ouverture du sujet, le thème des « cinq sens » intéresse les historiens et les historiens de l’art mais également les philosophes, les psychologues, les sociologues, etc. Les matériaux du médiéviste ne doivent donc pas être les seuls utilisés pour aborder ce vaste sujet car mettre l’interdisciplinarité au cœur des recherches en sciences humaines est devenu une nécessité. De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque les cinq sens dans le christianisme médiéval ? Pour répondre à cette question Éric Palazzo a expliqué la hiérarchie des cinq sens selon l’exégèse biblique, privilégiant la vue et l’odorat, l’interchangeabilité possible entre eux (entendre pouvant dire toucher, voir pouvant signifier sentir) et l’existence d’un sixième sens, intérieur, celui du cœur, dont l’activation est la finalité des cinq sens corporels et la justification de l’usage de ces sens dans la liturgie.

img-6[1]
Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.
L’étude de deux exemples précis a mené le public àmieux voir ce que l’image médiévale ne laisse pas toujours paraitre au premier abord. Éric Palazzo interprète ainsi l’aigle d’une initiale historiée ouvrant l’évangile de Jean[2] comme le porteur d’un double message.Il est à la fois celui qui prive Arius de ses organes sensoriels afin d’empêcher la diffusion de son hérésie – l’arianisme niant la divinité du Christ – mais également celui qui tire le moine vers l’activation positive de ses sens corporels.

Charte CanigouLe second exemple fut extrait du « cartulaire » de Saint-Martin-du-Canigou[3], charte de fondation de la confraternité de l’abbaye dont le rôle est l’entretien des luminaires de l’église et la célébration d’une messe hebdomadaire en l’honneur des frères défunts.La miniature contenue dans ce rouleau – exceptionnelle dans ce type d’écrit – témoigne de l’activation des sens dans la liturgie, de la théologie des cinq sens et de leur mise en image dans l’art médiéval, ici en renvoyant directement à Pâques et aux femmes au tombeau.

En entendant Éric Palazzo lors de cette « Heure nécessaire », chacun a pu voir le rôle crucial des cinq sens dans la liturgie médiévale et sentir que l’image se fait le reflet d’une théologie de ces cinq sens. En touchant de plus près à la polysémie de l’iconographie, le public a ainsi été mené au cœur des images médiévales et de leur perception sensorielle.

Conférence à voir ou à revoir sur UPtv


 

[1] L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, Cerf, Paris, 2014.

[2] Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.

[3] Bibliothèque de l’école de beaux-arts, Paris, ms. 28.

Avec l’aimable collaboration d’Estelle Ingrand-Varenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *