Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *