Autour des « raisons d’écrire » au Moyen Âge. La première madrilène du projet EPIMED (11-12 déc. 2014)

IMG_0765-1
Cliché E. Ingrand-Varenne / CESCM

Dans le magnifique cadre d’une Madrid ensoleillée, les 11 et 12 décembre 2014, la Casa de Velázquez a ouvert ses portes à la présentation du projet EPIMED (Épigraphie Médiévale). Plusieurs chercheurs se sont réunis, désireux d’échanger autour des « raisons d’écrire » au Moyen Âge, le sujet de ces journées, et d’en savoir un peu plus sur EPIMED.

Dès le commencement de la manifestation, les langues française et espagnole, alternent presque naturellement, autant dans les communications qu’au moment des questions, toujours dans le respect d’une compréhension globale. Et tout de suite un climat de collaboration amicale s’établit entre les participants.

En ouverture des travaux, les mots de bienvenu du directeur de l’Institut, Michel Bertrand, tiennent à souligner, entre autres, l’importance de ce genre d’initiative. La présence de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés pour animer ces deux jours représente parfaitement le but de la Casa, qui veut se placer avant tout comme une « école » pour les jeunes.

« Tous les mots ont une signification, tous les choix répondent à un projet »[1] : c’est en citant Michel Zimmermann _ que Carles Mancho, professeur d’histoire de l’art à l’Université de Barcelone ainsi que coordinateur du projet même, a introduit EPIMED. Ce projet triennal nait d’une idée de Vincent Debiais (chercheur CNRS, rattaché à l’Université de Poitiers), grand absent (justifié)[2]_ de ces deux journées, et Carles Mancho. Leur volonté commune est celle de raviver la réflexion autour du rôle de l’écriture au Moyen Âge. Le panorama scientifique actuel se veut toujours plus interdisciplinaire, mais il n’existe pas encore d’approche globale et globalisante de l’écriture médiévale. Ces deux journées madrilènes ont mis en lumière une fois encore la nécessité de faire collaborer les spécialistes de disciplines différentes autour de ce même sujet, qu’est l’écriture au Moyen Âge.

Dans le caléidoscope de sujets abordés pendant ces journées l’épigraphie est restée au centre de toutes les présentations.

Les deux premières communications ont traité la question de l’écriture médiévale d’une façon vaste, les deux présentant ce qui écrire signifie à cette époque, mais au sein de cultures très diverses. Cécile Treffort (professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers) a fait le point sur l’écriture dans l’occident médiéval chrétien, identifiant et expliquant ses fonctions de fixer, transmettre et afficher un message humain, qui peut aller au-delà des notions du temps et de l’espace. Merixtell Blasco (professeur de philologie sémitique à l’Université de Barcelone) a proposé un voyage dans un monde méconnu pour la plupart des auditeurs, illustrant ce qu’écrire signifiait pour la culture juive médiévale. Connaître les codes très stricts de l’écriture de livres sacrés juifs a fortement fasciné le public.

Qu’il s’agisse d’une approche d’historien, comme celle proposée par Morgane Uberti (docteur en histoire ancienne à l’Université Paris IV) ou d’une méthode historico-artistique, dont Emilie Mineo et Milagros Guardia nous ont fait part, l’épigraphie reste protagoniste. Morgane Uberti a  présenté l’étude d’un corpus d’épitaphes alto-médiévales de la région d’Aquitaine, faisant partie de sa thèse de doctorat, récemment soutenue. Elle a souligné comment la pratique de l’écrit épigraphique à cette époque et dans cette aire géographique reste élitaire et touche à une minorité des gens. Emilie Mineo (doctorante en histoire médiévale à l’université de Poitiers) a parlé de la signature d’artiste dans la production épigraphique et de sa double raison d’être. D’un côté ce geste nait de la volonté de cette figure professionnelle de revendiquer une position sociale au sein de la société ; d’un autre côté, par l’acte de signer, l’artiste veut faire reconnaitre son talent comme un don divin. Le professeur d’histoire de l’art Milagros Guardia (Université de Barcelone) a proposé l’analyse des écritures sur le mur, un support particulier autant que spécial sont ses plusieurs techniques de production de l’écrit. À l’aide d’images suggestives, elle a offert une promenade dans plusieurs belles églises catalanes.

Bien passionnantes ont été les interventions des deux chercheurs indépendants présents à la manifestation, qui ont réussi à transmettre l’ardeur qui anime leurs recherches. Antoni Cobos Fajardo a présenté son projet éditorial, L’epigrafia medieval del comtats gironins[3],  en cours de réalisation, dont trois volumes sur huit ont déjà paru. Cette collection vise à diffuser la connaissance de la production épigraphique de la province de Gérone entre le IXe et le XVIe siècle.  Marie Vallée a consacré sa communication aux graffitis des tables d’autel du midi de la France et de la Catalogne, entre les siècles IXe et Xe. Elle a proposé une réinterprétation de cette pratique, selon laquelle il faudrait ajouter à une volonté liturgique intrinsèque à un tel genre d’écrit, un aspect politique et juridique. Elle tient aussi à souligner l’importance du repérage de ces sources inscrites, trop souvent négligées.

Les communications de Rebecca Swanson et Tomasz Płóciennik, analysant en même temps la production manuscrite et épigraphique, ont animé la discussion. Rebecca (doctorante en histoire de l’art à l’Université de Barcelone) a introduit l’ensemble de la production écrite du diocèse de Roda de Isabena en faisant le lien entre l’important patrimoine écrit, le livresque de la bibliothèque ainsi que celui épigraphique du cloitre de cet évêché de frontière. Tomasz Płóciennik (professeur à l’Université de Varsovie), avec la sympathie qui le distingue a parlé des fautes présentes dans les inscriptions épigraphiques, en les justifiant par une lecture ou une interprétation erronée des minutes des textes destinés à être gravés.

Les deux intenses journées ont été clôturées par les conclusions du professeur Daniel Rico (Université de Barcelone) qui a insisté, encore une fois, sur la notion de pluridisciplinarité, comme clé du succès de ces deux journées. Et il revient sur les thèmes principaux qui ont animé cette rencontre, comme l’identification des plusieurs acteurs de la production e de l’utilisation de l’objet épigraphique, la perception de l’écrit au Moyen Âge ou encore la définition de la qualité de l’écriture épigraphique.

Les rendez-vous de réflexion organisés par les coordinateurs d’EPIMED ne s’arrêtent pas ici : la prochaine rencontre se déroulera en mai 2015 à Poitiers, autour du sujet « geste d’écrire » ; une troisième séance d’étude est prévue au début 2016 à Barcelone, afin de discuter les « écritures réservées ».

Le voyage d’EPIMED est encore long et on souhaite à ce projet une suite autant heureuse que son début l’a été !

Avec l’aimable relecture d’Estelle Ingrand-Varenne


[1] Michel ZIMMERMANN, Écrire et lire en Catalogne (IXe-XIIe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2003, p. 3.

[2] Vincent DEBIAIS est actuellement chercheur invité à l’Université de Princeton.

[3] Antoni COBOS FAJARDO, Joachim TREMOLADA TRILLA, L’epigrafia medieval del comtats gironins, Brau Edicion, 2013 (dernier tome paru).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *