L’érotique des dictionnaires de langues : compte rendu de l’atelier du 18 décembre 2014

Pour la deuxième séance de l’atelier de formation autour des ressources numériques organisé au CESCM, Estelle Ingrand-Varenne, Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Pierre-Marie Joris ont imaginé une thématique sur les dictionnaires de langues médiévales.

La présentation a débuté par une courte introduction de Pierre-Marie Joris. L’enseignant-chercheur en littérature médiévale a d’abord souligné avec enthousiasme la force des dictionnaires et leur capacité à faire entrer dans un monde à part entière, celui des mots. Il a ensuite communiqué à la petite assemblé présente son goût pour la poétique, et même pour l’érotique, de ces livres.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a abordé les ressources mises à disposition par l’université de Poitiers. Elle a dans un premier temps expliqué leur logique d’indexation. Chaque lien n’est indiqué que dans une rubrique thématique : sur le site du SCD, après avoir cliqué sur l’onglet « La doc en ligne », il faut parcourir la liste des entrées pour déterminer lesquelles sont pertinentes pour sa recherche. Les dictionnaires intéressants les médiévistes sont classés dans la rubrique « Langues et linguistique ». Il suffit ensuite de s’identifier avec son compte SEL pour y accéder. Dans un second temps, Anne-Sophie Traineau-Durozoy a montré comment retrouver la liste des dictionnaires de langues inventoriés et décrits sur le site de référence Ménestrel. La page consacrée aux dictionnaires des langues latine, française et germanique est accessible depuis la page d’accueil, en cliquant sur l’onglet « instruments » dans l’arborescence « Moyen Âge en bibliothèque ».Database of latin dictionnaries (2)

Estelle Ingrand-Varenne n’est pas intervenue en sa qualité d’ingénieure d’études pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale, mais comme latiniste chevronnée. Elle a fait découvrir une ressource utile lorsque les dictionnaires de premiers recours ne suffisent pas : la Database of latin dictionaries.

L’éditeur Brepols commercialise en effet une base de données rassemblant 17 dictionnaires de latin (antique, médiéval, moderne) qui permet d’affiner ses recherches en fonction de critères chronologiques ou géographiques. L’interface répercute en outre immédiatement ses requêtes dans les bases de données textuelles mises en ligne par Brepols : on peut donc interroger le sens d’un mot et voir en même temps son usage dans plusieurs grands corpus de textes, comme les MGH (dont il sera question dans un prochain atelier). Les possibilités d’investigation sont si grandes qu’il est fortement recommandé de lire les 96 pages du manuel d’utilisation ! Cette ressource précieuse est consultable via le SCD Poitiers.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a ensuite repris la parole pour rappeler que le fameux Du Cange n’est pas un dictionnaire, mais qu’il est utile pour comprendre l’usage d’un terme à partir de citations. Elle en a présenté une des versions numériques, éditée par l’École des chartes. Là encore, il est recommandé de lire la rubrique d’aide pour optimiser ses requêtes !

Le tour est enfin revenu à Pierre-Marie Joris qui a présenté avec Paula Gaubert, étudiante en master, plusieurs dictionnaires relatifs aux langues vernaculaires et aux patois médiévaux. Le Französisches Etymologisches Wörterbuch, alias FEW, est le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon). Sa version électronique permet des recherches beaucoup plus souples que l’édition imprimée car il n’est plus nécessaire ni de connaître le lemme latin du mot choisi, ni ne manipuler les nombreux volumes d’addenda… Le projet est consultable gratuitement sur le site de l’Atilf. Il en va de même pour le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes, qui, contrairement à ce que son titre suggère, n’est pas un simple dictionnaire : il permet également de retrouver les occurrences de mots dans toutes les œuvres de l’auteur médiéval. Les requêtes sont si paramétrables que l’on peut spécifier si l’on veut trouver toutes les formes d’un mot ou seulement une particulière. Il est également possible de faire apparaître l’association de deux termes séparés par plusieurs lettres.Dictionnaire Chrétien de Troyes

La séance s’est terminée sur l’invitation d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy à la contacter pour toute question concernant la recherche documentaire. Docteure en histoire de l’art médiéval, conservatrice du fond ancien du SDC de Poitiers, elle est également responsable du fonds Cadist : elle est donc particulièrement compétente pour répondre aux questions des médiévistes sur les ressources imprimées et numériques (Anne-Sophie.Durozoy@univ-poitiers.fr)

En une heure, les intervenants sont parvenus à faire découvrir des ressources peu connues ou rarement utilisées dans toutes leurs possibilités : quelle belle démonstration du potentiel érotique des dictionnaires revendiqué par Pierre-Marie Joris dans son introduction !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *