[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2015

Humanités numériques. Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’étude offrant aux jeunes chercheurs (étudiants en master recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans) en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Lettres et Musicologie, l’opportunité de parler de leurs travaux. La thématique proposée pour l’édition 2015 de la rencontre est, comme chaque année, résolument méthodologique, afin de favoriser le dialogue transdisciplinaire entre les périodes antiques et médiévales, raison d’être de notre association.

Image Pompéi (2)Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter la conservation et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines.  

L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, archéométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Musicologie ou Lettres. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

Comment les jeunes chercheurs s’insèrent-ils dans le grand champ des digital humanities ; quelle place les outils numériques ont-ils dans leurs méthodes et pratiques de recherche, quelles transformations ont-ils permis et quelles perspectives offrent-ils ?

Comment cette modification de l’approche des sciences humaines se manifeste-t-elle concrètement ; quels sont les outils disponibles, comment fonctionnent-ils et qu’apportent-ils réellement ?

Quelles sont les éventuelles limites de ces pratiques, comment éviter de tomber dans les travers du numérique pour le numérique ; quelle peut être la pérennité de ces nouveaux instruments de travail face à l’évolution rapide et éparse des outils disponibles ?christine-de-pizan-multi-tasking

Les intervenants sont invités à parler de leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, et auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antiques et médiévales peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua. Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse : association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 caractères avant le vendredi 6 février 2015 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.


Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)
Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)
Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)
Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)
Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)
Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)
Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Date limite des candidatures : 6 février 2015 (inclus)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *