Soutenance de thèse de Maria Paola Corti, CESCM (15 décembre 2014)

 

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, CESCM, Salle Crozet, lundi 15 décembre 2014, 14 heures.

Soutenance de la thèse « Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre », par Maria Paola CORTI, en vue de l’obtention du diplôme de Doctorat Sciences du temps et de l’espace, sous la direction conjointe des Professeurs Martin Aurell et Anne-Marie Legaré.

Membres du jury : Françoise AUTRAND (Présidente du jury), Martin AURELL, Anne-Marie LEGARÉ, Josefina PLANAS et Wim BLOCKMANS.

 Heures_Catherine_Cleves

Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre, est le point de départ d’une réflexion interdisciplinaire menée par Maria Paola Corti, à la croisée de l’histoire et de l’histoire de l’art. L’observation d’une similitude entre deux représentations du Christ voilé, présentes à la fois dans le livre d’heures de Catherine de Clèves et dans celui de son grand-père Jean Ier de Bourgogne, attisa sa curiosité et initia son questionnement. A partir d’un corpus élargi à une trentaine de manuscrits, produits par la parenté bourguignonne de Catherine de Clèves, l’image est conçue comme un instrument de proclamation de l’identité personnelle et familiale, selon une démarche à la fois identitaire et mémorielle. A la recherche des liens de parenté dans l’iconographie des livres d’heures, Maria Paola Corti examine méticuleusement les emblèmes, les couleurs et les diverses symboles représentant les ancêtres, placés au cœur de figurations pieuses. Elle introduit le concept novateur de « groupe-mémoire », forme de culture communautaire du lignage. Le livre d’heure est considéré comme un lieu vivant de mémoire personnelle, un locus memoriӕ. Ainsi, Maria Paola Corti constate la prédominance de références aux armes paternelles dans les livres d’heures féminins, privilégiées par rapport à celles de l’époux. La dévotion est cependant une activité de couple, unissant spirituellement les conjoints. Le livre d’heure est un objet de dévotion intime, sans ostentation, un objet qui agit sur l’individu au moment de la prière. La « performativité » de la prière est aperçue dans la gestuelle précisée par les rubriques des ouvrages. L’analyse de la possession et la circulation du livre révèle son usage en tant que lien de sociabilité.

Plusieurs points et interrogations soulevés par cette thèse ouvrent de nouvelles pistes d’approfondissement, telles la notion d’ « image-portrait », l’archéologie du livre, ou encore la transmission des livres par héritage. Maria Paola Corti réussit un véritable « tour de force » géographique et linguistique, en rédigeant sa thèse depuis le Chili où elle enseigne à l’université. Elle écrit dans une langue, le français, qui n’est pas sa langue maternelle et utilise également l’anglais, l’allemand, le flamand et le latin. Pour reprendre la teneur de la synthèse finale proposée par Françoise Autrand, l’apport théorique de la thèse de Maria Paola Corti est la superposition de trois niveaux d’analyse, partant de l’identité de l’individu au sein du groupe-mémoire afin d’appréhender la culture commune au groupe-mémoire et dessiner les contours d’une communauté dévotionnelle transcendante. La rigueur de son raisonnement et sa solide érudition ont ainsi permis à Maria Paola Corti d’obtenir la mention très honorable, avec les félicitations du jury.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *