De pourpre et d’or : Habilitation à diriger des recherches de Cécile Voyer, CESCM (28 novembre 2014)

Vendredi 28 novembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Cécile Voyer, maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches [HDR] le plus haut diplôme universitaire de France, qui permet ensuite de postuler à un poste de professeur des universités et de diriger des thèses.

Composition du jury : Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux-Montaigne), Lawrence Nees (Université de Delaware), Daniel Russo (président de jury, Université de Bourgogne).DSC_0039

Les premières minutes donnent le ton : émotion, force et humilité. Après l’énumération des diverses filiations intellectuelles ou matrices inspiratrices, allant de René Crozet (tout particulièrement dans la salle qui porte son nom) à Éric Palazzo, Jérôme Baschet, Daniel Russo, Anita Guerreau, Vincent Debiais, Isabelle Marchesin, Herbert Kessler, sans oublier le public venu nombreux, Cécile Voyer situe cette HDR comme « un rite de passage qui assure la continuité entre les générations ».

Cohérence du parcours, comme le souligne Daniel Russo, et réelle pratique de l’interdisciplinarité. Docteur en 2003, Cécile reçoit le prix régional de thèse en 2004 et devient maître de conférences à l’Université de Bordeaux-Montaigne l’année suivante, mais n’en n’oublie pas ses premières expériences d’enseignement en lycée-pilote. Cette « pédagogie active » exercée dans le secondaire, elle essaie toujours de la pratiquer avec ses étudiants en histoire de l’art, tout en leur transmettant sa « fascination pour le génie médiéval ». Geneviève Bührer-Thierry insiste d’ailleurs sur son important investissement auprès des étudiants. Le petit volume d’égo-histoire intitulé D’une image à l’autre et retraçant ce cheminement personnel et scientifique (car l’HDR est aussi l’occasion d’un travail de retour sur soi) est un bel exemple pour les (futurs) historiens, qui, selon Isabelle Cartron, mériterait d’être publié à l’instar de Patrick Boucheron[1].

Ce parcours est aussi visible dans la sélection des dix-sept articles (sur une trentaine) formant le recueil Inventer les images médiévales, au sens médiéval de ce verbe, ou encore « imaginer » les images médiévales, comme le propose Daniel Russo. Au fil des textes, Cécile V. mêle habilement approche théorique et concrète des œuvres d’art, qui sont pour elle des « agents qui ont un effet sur le monde ». Un goût pour la matière, dans sa tension avec l’image, se révèle à travers la variété des matériaux et matérialité traités, de la peinture murale au manuscrit en passant par la sculpture.

Le titre même du mémoire de recherche inédit le montre : De pourpre et d’or, Un livre d’Évangiles du XIe siècle à la semblance d’un manuscrit carolingien (Paris, Arsenal, ms. 592). Pourquoi ce choix ? Il y a des objets d’étude qui nous choisissent, explique Cécile, par la puissance esthétique qu’ils exercent. Le manuscrit 592 de la bibliothèque de l’Arsenal est un livre d’Évangiles d’apparat créé pour un grand et qui véhicule, à travers un savant remodelage/ actualisation, le passé lié à la royauté remis en avant au XIe siècle. DSC_0005

 Ce livre-signe de présence matérialise et enracine le pouvoir dans un lieu de la même manière que les ornements royaux ou comtaux. L’auteur ? Un moine franco-saxon anonyme, certainement un peintre-scribe qui a beaucoup voyagé et qui s’est forgé un vaste répertoire visuel, d’après Lawrence Nees, non présent dans la salle, mais dont la communication fut lue (avec accent et humour) par Éric Palazzo.

Pour éclairer l’étude iconographique de ce manuscrit, recours est fait à des concepts venant d’autres disciplines, notamment celui de translatio, rare sous la plume des historiens de l’art. Petit à petit l’objet, qui était le point de départ, permet d’aborder de nombreuses problématiques : le thème de la présence/absence, de l’incarnation et sa concrétisation dans l’objet et la mise en scène liturgique, de la visibilité et de l’invisibilité, de la création ainsi que nombre d’autres questions théologiques, notamment grâce aux initiales ornées, car le livre d’Évangiles est la fois le Verbe et le reliquaire du Verbe. Un tel travail renouvelle l’approche des livres d’Évangile illustrés du haut Moyen Âge, conclut Éric Palazzo.

« Le plaisir doit guider la recherche » écrivait Jacques Le Goff – phrase de conclusion de Cécile Voyer. Ce sont bien quatre heures d’échange, de partage et de plaisir scientifique que Cécile a offert au jury et public ce vendredi 28 novembre, à l’issue desquelles elle est déclarée habilitée.


[1] Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *