Soutenance de thèse de Jérôme Devard, CESCM (28 novembre 2014)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des Actes, vendredi 28 novembre 2014, 14 heures.

Soutenance de la thèse « Parenté et Pouvoir(s) dans la Matière de France et le Roman de Renart. Approche socio-juridique de la représentation familiale aux XIIe-XIIIe siècles », présentée par Jérôme Devard pour l’obtention du grade de docteur en histoire, sous la direction de Stéphane Boissellier et de Claudio Galderisi.

Composition du jury : Claude Gauvard (présidente du jury), Martin Aurell, Roger Bellon, Corinne Leveleux-Teixeira, Stéphane Boissellier, Claudio Galderisidevard these

Résolument transdiciplinaire, la thèse de Jérôme Devard portant sur les notions de parenté et de pouvoir dans la Matière de France et dans le Roman de Renart offre une belle représentation de l’essence-même du CESCM, à savoir la valorisation de l’interdisciplinarité. Issu d’une formation de juriste, Jérôme Devard a eu l’audace de jongler entre le droit, l’histoire, l’anthropologie, la sociologie et les lettres médiévales. Pour ce sujet complexe, c’est principalement une approche d’historien sociologue, d’historien des faits sociaux qui nous est livrée.

Par l’analyse de soixante-treize chansons de geste appartenant aux cycles de la Matière de France, cette matière évoquant notamment les relations conflictuelles entre trois grandes familles que sont les Carolingiens, les Monglane et les Mayence, mais également du Roman de Renart, c’est une étude de la norme au travers des sources narratives des XIIe et XIIIe siècles qui nous est proposée. Le choix du sujet est né d’un besoin : pour la période envisagée, la question de la normativité n’avait été que peu étudiée par les historiens. Le recours à la matière littéraire permet de combler certaines lacunes et d’aborder d’autres dimensions ignorées dans les documents d’archives, telles que la dimension affective dans les liens sociaux.

Le système normatif médiéval présent dans les fictions repose principalement sur deux piliers. D’un part, nous avons la vassalité, dont le maître-mot est celui de la loyauté ; et, d’autre part, nous avons la famille, que cette dénomination renferme les liens familiaux au sens propre, mais aussi les parentés spirituelle et choisie. L’étude du corpus a permis de mettre en évidence que la norme apparaissait comme étant relative : en effet, les intérêts, aspirations ou postures influaient sur le respect ou non de la norme (sans en oublier les contraintes fictionnelles).

L’étude des liens affectifs n’est possible qu’au travers des textes littéraires. Ainsi, le lignage, cette structure familiale aristocratique identifiée par les historiens à partir des documents d’archives, n’est plus présenté comme le seul modèle de parenté. Dans les fictions, à l’axe vertical de parenté s’ajoute un axe horizontal. Il apparait également que les liens formant une parenté peuvent relever des liens du sang, mais aussi d’une alliance ou encore par simple proximité quotidienne. Quoi qu’il en soit, la parenté est toujours un motif permettant la circulation et la valorisation de certaine valeurs qui lui sont propres, permettant ainsi de réguler les relations sociales en vue d’un maintien de l’ordre.

Outre les deux premiers volumes de la thèse constituant le texte propre, s’adjoignent des volumes annexes. Parmi ceux-ci, deux méritent d’être relevés en raison de leur grande qualité et de l’usage ultérieur qui peut en être fait. Ainsi, d’une part, nous avons un répertoire des familles de la Matière de France, qui constitue un outil de référence complet de tous les personnages de ces chansons de geste. D’autre part, quatre arbres généalogiques ont été confectionnés offrant une vue d’ensemble des liens entre les divers intervenants d’un même cycle.

Ce travail constitue un véritable apport épistémologique proposant une synthèse originale et novatrice. Nous avons ici une forte réflexion sur le rapport entre les faits réels et la littérature de fiction élaborée dans le passé permettant également un regard neuf sur les procédés de fabrication de l’imaginaire médiéval.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *