Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014)

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014) : La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt.

Enquêtes croisées Les Amis du Musée de Cluny à Paris organisaient, mercredi 8 octobre 2014 à 18h30, une séance présentant l’ouvrage dirigé par Claude Andrault-Schmitt relatif à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, paru en 2013 aux éditions Geste1. Ce rendez-vous s’est déroulé en la salle Notre-Dame, au sein de cette institution culturelle parisienne chère aux médiévistes. Devant un auditoire constitué d’une quarantaine de personnes, Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École des Chartes, a dirigé la rencontre pendant une heure.

La lecture de cette monographie permet de connaître dans les détails de nombreux aspects de cet emblématique monument poitevin à l’époque gothique. L’ouvrage est le fruit d’une œuvre collective de vingt-six auteurs, et c’est ce qui forme le caractère innovant de cette importante entreprise scientifique et éditoriale aux multiples approches et domaines. L’objectif de la soirée était de savoir comment consacrer collectivement et avec succès un ouvrage à un édifice, en l’occurrence ici une cathédrale conçue et construite au Moyen Age. Philippe Plagnieux a précisé que ce n’était pas la première fois qu’une équipe pluridisciplinaire était constituée pour créer cet apport scientifique sur ce type de monument. Mais il a estimé que ce travail scientifique orchestré par Claude Andrault-Schmitt sur la cathédrale de Poitiers est un véritable dialogue entre tous les auteurs de ce livre qui ont œuvré collectivement, en s’échangeant les résultats de leurs travaux respectifs sur l’édifice. Le lecteur passe aisément d’un chapitre à l’autre grâce aux transitions réalisées de façon claire et pertinente. Trois invités ont ensuite présenté successivement le livre : sa coordinatrice, une spécialiste de l’histoire de l’art médiéval qui a contribué à sa rédaction et un conservateur du patrimoine ayant consacré un ouvrage à la cathédrale de Bourges.

Invitée à s’exprimer, Claude Andrault-Schmitt a précisé que le travail interdisciplinaire en équipe existe depuis longtemps au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers. Cette réflexion collective a déjà été entreprise au sein de l’ouvrage qu’elle a codirigé avec Marie-Thérèse Camus concernant l’église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, publié à Paris par Picard en 20022, en lien avec le CESCM. Elle estime que si la monographie collective est un idéal, ce type de travail ne peut pas être réalisé pour toutes les cathédrales françaises (c’est le cas notamment pour celle de Reims) et il ne permet pas d’être exhaustif.

Précisant au public que le CESCM est spécialisé dans le recensement et l’étude des inscriptions médiévales en France, Claude Andrault-Schmitt a cependant indiqué qu’il n’existe aucun document original relatant la construction de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Des marqueurs temporels ont néanmoins été retrouvés sur le bâtiment en lui-même. Ainsi, la clé de la première voûte achevée portant la date de 1167, cette datation permet de savoir que les fondations du monument ont été posées environ douze ans auparavant (en se référant à ce qui se passe pour d’autres cathédrales au même moment), c’est-à-dire vers 1155. L’important contexte intellectuel de l’époque de son édification est notamment illustré par les évêques poitevins Gilbert de La Porrée (1142-1162) puis son successeur Jean de Canterbury dit Bellesmains (1162-1182). Les marques sur les pierres et les charpentes, notamment celles laissées par les outils, mais aussi les inscriptions peintes, sont multiples. L’iconographie de la cathédrale est d’ailleurs très riche et variée. Une fouille archéologique complète des combles a été entreprise pour la première fois. Plusieurs découvertes importantes ont été réalisées à partir des nombreux clichés réalisés au cours de ce labeur qui a duré cinq ans (de 2008 à 2013). Durant cette période, les chercheurs ont régulièrement discuté entre eux sur l’avancement de leurs travaux respectifs sur l’édifice, et des bilans d’étapes consacrés à ce sujet ont été présentés à Poitiers lors de manifestations scientifiques ou de conférences destinées à un plus large public.

Cliché E. Avril/CESCM
Cliché E. Avril/CESCM  

L’intervention de Claude Andrault-Schmitt était illustrée par de nombreux clichés et par la table des matières de l’ouvrage. Nous nous permettons de rappeler ici l’interview de Claude Andrault-Schmitt réalisée par Vanessa Ernst-Maillet, pour les carnets du CESCM, lors de la parution de l’ouvrage en décembre dernier.

La parole a ensuite été donnée à Éliane Vergnolle, professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté. Cette spécialiste de l’art roman en France a consacré un important ouvrage publié aux éditions Flammarion à Paris en 19983. Dans le livre dirigé par Claude Andrault-Schmitt, elle est l’auteur d’une contribution très synthétique de quatre pages sur la taille des pierres de la cathédrale de Poitiers. Il est impossible d’avoir une analyse complète de cet aspect pour tout le monument, étant donné sa taille. Aucune évolution dans les techniques de taille de pierre ne peut être observée pendant toute la durée du chantier, c’est-à-dire au cours de plusieurs siècles. Le monument présente un important aspect homogène qui est un choix de l’architecte initial. La pierre a été extraite des carrières entourant la ville. Éliane Vergnolle a été très heureuse d’être associée à cet ouvrage. Le mode de travail en équipe était vraiment inédit dans cette ampleur grâce à ses membres dynamiques et soudés. Jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ont pu s’exprimer sur un pied d’égalité, ce qui était très stimulant. Les discussions entre eux ont été fructueuses.

Béatrice de Chancel s’est ensuite exprimée. Conservateur du patrimoine, actuelle pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art, elle a réalisé une monographie sur la cathédrale Saint-Etienne de Bourges, publiée en 2008 aux éditions Faton à Dijon sous forme de dictionnaire4. Seul auteur à l’écrire, elle a présenté son ouvrage comme elle le souhaitait. Elle salue l’approche pluridisciplinaire mise en place pour le livre sur la cathédrale de Poitiers, soulignant l’intervention de la DRAC et des Monuments historiques, et des différents spécialistes qui ont tous contribué au succès de ce travail.

Plusieurs questions ont ensuite été posées. Claude Andrault-Schmitt a notamment répondu qu’aucune étude ne peut plus être faite sur les objets médiévaux de la cathédrale de Poitiers. Ceux-ci ont en effet été détruits par les troupes protestantes qui ont occupé la ville au cours du printemps puis de l’été 1562. Ils sont seulement connus par le procès-verbal les recensant, lequel a été dressé après le départ des soldats huguenots. Richesse pour l’historien, ce document a été conservé.

Il s’agissait de la deuxième manifestation organisée par les Amis du Musée de Cluny en ce début d’année à propos de cet ouvrage pour lequel Claude Andrault-Schmitt a reçu le prix spécial du jury La Dame à la Licorne ; il lui a été remis le 23 septembre au sein du même lieu. Une présentation des résultats des fouilles archéologiques en cours à Poitiers suivra, le 11 février prochain. Ces événements contribuent à présenter le riche passé médiéval de la cité pictave au public parisien.

 

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT, Cl., La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : enquêtes croisées, la Crèche, Geste éditions, 2013, 407 p. []
  2. CAMUS M.-Th., ANDRAULT-SCHMITT Cl., Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : l’oeuvre romane, Paris-Poitiers, Picard-CESCM-Univ. de Poitiers, 2002, 344 p. []
  3. VERGNOLLE É, L’art roman en France : architecture, sculpture, peinture, Paris, Flammarion, 1998, 383 p. []
  4. CHANCEL-BARTHELOT, B. de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges : suivi d’un répertoire des saints dans la cathédrale, Dijon, Faton, 20087, 239 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *