IMC, Leeds, 7-10 juillet 2014 : Réflexions sur la notion d’Empire.

 

Au cours de quatre journées, entre le 7 et le 10 juillet 2014, 2060 chercheurs, de 50 pays différents – un record ! – furent réunis lors de l’International Medieval Congress de Leeds afin de célébrer l’histoire médiévale. Décor et salles de conférence soignés, personnel disponible, ce cadre propice à la réflexion offrit une image irréprochable de l’IMC de Leeds. Un unique dilemme fut laissé aux nouveaux arrivants : que choisir parmi les 545 sessions et tables rondes ? Chaque session comprenait environ trois communications. Regrettant le don d’ubiquité, les congressistes établirent leur propre sélection à partir du guide remis par l’IMC.

Cliché A. Rigollet (CESCM)
Cliché A. Rigollet (CESCM)

A cette occasion, le CESCM fut représenté lors de deux sessions organisées par Vincent Debiais (avec l’IRHT, Cap Digital et APICES) sur le thème de l’empire des lettres. Quatre communications furent également proposées par des membres du CESCM : Cécile Treffort analysa la silencieuse rébellion des scribes carolingiens, Estelle Ingrand-Varenne présenta l’empire des capitales dans les inscriptions du VIIIe au XVe siècle, tandis que Vincent Debiais étudia les inscriptions sur métal, et Amélie Rigollet commenta les relations entre la famille de Briouze et le roi Jean. Nos collègues Poitevins eurent le plaisir de croiser Hélène Sirantoine, chercheuse en histoire médiévale Ibérique, en contrat CNRS pour le projet ANR Épistola, en 2012-2013 au CESCM et désormais Lecturer à Sydney.

La thématique de « l’empire » proposée à la réflexion des chercheurs stimula les échanges lors de 204 sessions, notamment après la communication volontairement polémique de Stephen Church intitulée « What is an Empire ? », dont la suite conclusive est vivement attendue pour l’année prochaine. Car tout l’intérêt de l’IMC de Leeds réside dans ces débats et échanges. Les communications, porteuses des réflexions produites par le chercheur au cours de l’année précédente, résultent d’un travail solitaire. Mais en confrontant ses réflexions aux questions et remarques de ses pairs, et en les complétant par l’écoute de communications diverses, le chercheur collecte méticuleusement de nouvelles pistes de réflexion, étoffant ainsi ses pensées à venir. Une telle émulation est d’autant plus nécessaire que le retour à Poitiers mi-juillet apporte la tentation de l’été et du repos… Quoi de mieux qu’un séjour à l’IMC de Leeds pour repartir glorieusement affronter la page blanche ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *