Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Le poste d’ingénieur·e de recherche en épigraphie médiévale pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale au CESCM est mis au concours par le CNRS : concours n° 50 BAP D – Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles.
 
Les candidatures sont à déposer avant le 10 juillet sur le portail emploi CNRS uniquement.
 
 
BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur·e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

 

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Éditer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.

L’ingénieur·e sera placé·e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il·elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il·elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il·elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il·elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Estelle Ingrand-Varenne (30 juin 2024). Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale. Carnets du CESCM. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11shl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.