Le grand « Zoo » de Kalamazoo

L’International Congress on Medieval Studies qui s’est tenu à Kalamazoo (Michigan) du 8 au 11 mai 2014, est une véritable institution qui fêtera son cinquantième anniversaire l’an prochain. La première fois que l’on tente l’expérience de ce grand « Zoo » – comme le nomment les Américains, car il s’agit du plus grand congrès mondial de médiévistique – le plus impressionnant n’est finalement pas de devoir traverser l’Atlantique ou de découvrir l’immensité du campus kalamazien, mais bien de voir que l’intérêt pour le Moyen Age peut aujourd’hui réunir, pendant quatre jours, autant de personnes dans un même lieu !

Quelques chiffres pour cerner l’ampleur de cet événement : 3000 médiévistes ; 370 sessions, tables rondes, ateliers, conférences plénières ; 90 réunions et réceptions ; 70 exposants dont de nombreuses maisons d’édition, 29 600 diapos de Power Point…Kalamazoo 2014

Passée la joie de la découverte vient la frustration : celle de devoir accepter qu’il n’est pas possible d’assister à tout ce qui peut nous sembler intéressant ! Pendant quatre jours les sessions se suivent donc, mais ne se ressemblent pas. En effet, si la plupart d’entre elles permettent d’ouvrir de réelles perspectives en proposant des réflexions nouvelles et nous plonger dans les courants et sujets qui traversent la médiévistique actuellement (tels que les émotions, le material turn, les femmes ou encore les digital humanities), d’autres sont plus anecdotiques et quelques unes vraiment en dessous du niveau que l’on attend d’un tel rassemblement. Mais soyons bon joueur, cette année plus de bonnes surprises que de mauvaises. La diversité des intervenants a cependant un avantage, celui d’offrir un grand panel de méthodes et de comprendre les différences d’approche américaine et européenne. Il est extrêmement enrichissant de pouvoir se rendre compte qu’il y a bien des façons de faire de la recherche et de la diffuser.

La philosophie de Kalamazoo est en fait simple : rassembler les médiévistes et faciliter la rencontre et l’échange intellectuel, sans hiérarchie entre les intervenants (chercheurs, enseignants, doctorants, auteurs, universitaires, ou indépendants) ; offrir un large panel sur les études touchant au Moyen Âge, jusqu’aux travaux de Tolkien et aux jeux vidéos, en encourageant la diversité et la liberté de proposition, et surtout en rendant très simple l’organisation des sessions.

Si l’émulation intellectuelle et scientifique est au rendez-vous, ce qui l’est également, peut-être même davantage, c’est le réel aspect « social » du congrès. C’est en effet le moment de rencontrer de nombreux chercheurs, de tous horizons, géographiques et disciplinaires. Une large place est faite aux repas, « wine hours » – réceptions organisées par différentes sociétés d’études médiévales – et divers moments de rencontre, jusqu’au bal du samedi soir, pour permettre l’échange entre les participants. Kalamazoo se fait ainsi alors le lieu de naissance de nombreux projets communs.

Le CESCM était bien représenté cette année, avec quatre interventions :

Pamela Nourrigeon « Talking Empty Scroll : Zechariah’s Images in the Rationale divionorum officiorum« ,

Estelle Ingrand-Varenne « The Shift from Latin to Vernacular Languages in Epigraphic Texts : A Sociolinguistic Change »,

Barbara Haggh-Huglo « Carlier’s Tribute to Fulbert in a Cambrai Marian Officium« ,

Vincent Debiais « Writing in Silver and Gold: Interaction between Material and Letters in Medieval Inscriptions of Metalwork Objects ».

Riche de rencontres, de sujets, de projets, de nouvelles pistes, c’est une expérience souvent surprenante, assez inoubliable, en tous les cas unique au monde, que ce grand « Zoo » de Kalamazoo.

Billet co-écrit avec Estelle Ingrand-Varenne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *