Campagne photographique à Chemillé, Maine-et-Loire (avril 2024)

L.-O. Crosland et J. Ledan en séance photo au cœur de l’église Notre-Dame de Chemillé (Cliché Ouest-France)

Actuellement étudiante en Master Mondes médiévaux, je prépare un mémoire sur Les peintures murales des XIIe et XIIIe siècles de l’église Notre-Dame de Chemillé.

 

Dans ce cadre et à la suite d’une première visite ayant eu pour but de cibler les informations nécessaires à l’étude archéographique et technique des peintures en mars 2024, j’ai pu accompagner Lisa-Oriane Crosland, photographe au CESCM, pendant 3 jours en avril 2024, à l’église romane Notre-Dame de Chemillé (Maine-et-Loire) pour couvrir une mission photographique de l’ensemble des peintures murales de l’édifice.

La campagne photographique réalisée a permis de capturer chacune des peintures de l’édifice. Ces photographies serviront à alimenter le fonds de la photothèque du CESCM et sa base de données ROMANE, ainsi qu’à la réalisation de photogrammétries des peintures de l’abside. Cette modélisation 3D sera sujette à une reprise post-terrain permettant de comprendre la superposition des différentes couches picturales, que j’exploiterai lors de ma deuxième année de Master.

Cliché L.-O. Crosland (CESCM – photothèque)

Dans ses parties les plus anciennes, l’église Notre-Dame date des XIe et XIIe siècles. De taille modeste, l’édifice actuel témoigne des nombreux remaniements architecturaux réalisés au cours du Moyen Âge puis à l’époque moderne. La nef charpentée est accompagnée d’un bas-côté nord unique. Elle est séparée de la croisée du transept par un arc triomphal sur lequel se déploie une peinture murale de l’Assomption de la Vierge réalisée au XIXe siècle. Une coupole sur pendentifs surplombe la croisée du transept. Chaque bras du transept est doté d’une absidiole, qui communiquent toutes deux directement avec le chœur, aspect singulier qui se retrouve dans peu d’églises d’Anjou. Voûtée en berceau légèrement brisé, l’abside est semi circulaire.

Différentes campagnes picturales ont été réalisées dans l’église Notre-Dame, dont la plus ancienne remonte au milieu ou troisième quart du XIIe siècle. Plusieurs campagnes se succèdent à la période médiévale. Le cul-de-four de l’abside est ainsi recouvert d’une Maiestas Domini. La voûte présente une scène d’adoration de l’Agneau par les Vieillards de l’Apocalypse. Un cycle lié aux Rois Mages est peint sur les murs nord et sud du chœur. Séparant l’abside de la croisée du transept, un calendrier des travaux des mois et du zodiaque est figuré. Plusieurs scènes viennent également orner les retombées de la coupole, comme le Baptême du Christ ou des représentations de figures hybrides. Sur les pendentifs de cette coupole, ce sont les Évangélistes écrivant qui sont représentés. Un cycle lié à la première croisade est réalisé dans le bras nord du transept.

L’ensemble des peintures murales de l’édifice a été restauré entre 2012 et 2019, dans le cadre d’un chantier mené par la DRAC des Pays-de-la-Loire[1]. Recouvertes sous un badigeon au XIXe siècle, les peintures ont été progressivement redécouvertes à partir des années 1960. Des sondages amateurs ont d’abord été réalisés sur les enduits, avant que des sondages professionnels ne soient mis en place. Historiquement, l’église Notre-Dame était une église paroissiale qui dépendait du prieuré Saint-Pierre de Chemillé, situé un peu plus au nord de la commune. Au XIXe siècle, une nouvelle église est construite à Chemillé : Notre-Dame-la-Neuve. L’église romane est donc peu à peu inutilisée. Aujourd’hui, Notre-Dame est un espace utilisé par la commune, la paroisse de Chemillé et l’Association du patrimoine chemillois.

La campagne photographique réalisée par Lisa-Oriane Crosland a donc permis de capturer chacune des peintures de l’édifice. Ces différents documents me seront très utiles dans le cadre de mes recherches de Master, travaillant actuellement sur l’iconographie de ces peintures, puis sur leur technique et leur style. Originaire de Cholet, je connaissais déjà cette église et ces peintures passionnantes, qui ont été l’objet de mon projet de recherche pour les candidatures de Master. Passer de longues heures face à ces peintures est donc toujours un grand plaisir.

Pour Jean-Claude Cailleau, président de l’Association du patrimoine chemillois, « cette présence et ce travail de chercheuses sont bien la démonstration s’il en était besoin que Chemillé dispose, avec cette église, d’un élément de patrimoine remarquable mais qui reste encore insuffisamment reconnu[2] ».


[1] L’atelier de Brice Moulinier a restauré la nef et le transept de l’édifice. L’atelier de Véronique Legoux a quant à lui travaillé dans le chœur de l’église.

[2] Jean-Marc Vacher, « Nouvelles recherches en l’église romane Notre-Dame de Chemillé », Ouest France, 23 avril 2024 [en ligne] https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/chemille-en-anjou-49120/nouvelles-recherches-en-leglise-romane-notre-dame-de-chemille-070a171c-fe27-11ee-a710-10bb548a1004


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jeanne Ledan (6 mai 2024). Campagne photographique à Chemillé, Maine-et-Loire (avril 2024). Carnets du CESCM. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n2y


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.