Un chercheur à New York

Après avoir passé trois mois à la Casa de Velásquez à Madrid, Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS,  rejoint New York pour deux mois en tant que visiting fellow au CIRHUS.

 Le CIRHUS (Center for International Research in the Humanities and Social Sciences) est une unité mixte internationale entre le CNRS et l’Université de New York (UMI 3199 CNRS-NYU) qui accueille des chercheurs en résidence pour des séjours de plusieurs mois .

CIRHUS (Cliché V. Debiais)
CIRHUS (Cliché V. Debiais)

Dans quelle thématique de recherche du CIRHUS s’inscrit votre projet ?

Les recherches que je mène actuellement au CIRHUS concernent la thématique du silence au Moyen Âge et sa représentation. Il s’agit de développer à New York le volet théorique et théologique de cette approche avant de l’appliquer à l’exploration des images médiévales.

Au cœur du campus de l’Université de New York à Manhattan, quelles possibilités et quel cadre vous offre le CIRHUS ?

Le CIRHUS est situé à quelques mètres de la bibliothèque centrale de NYU et de ses 9 étages en libre accès. L’amplitude des horaires d’ouverture et les conditions de mise à disposition de la documentation sont tout à fait considérables ! L’offre de séminaires, workshops, rencontres scientifiques est elle aussi très importante, ce qui permet de rencontrer des chercheurs et des étudiants dans le domaine de la médiévistique et bien au-delà.

L’interdisciplinarité est une réalité également au CIRHUS où cohabitent des chercheurs venant de l’ensemble des sciences sociales. Les échanges et discussions informelles sont fortement encouragés dans les locaux de l’UMI mais également au dehors. De telles conditions de travail ouvrent de nouveaux horizons de recherche et des perspectives intellectuelles très stimulantes.

New York University (Cliché V. Debiais)
New York University (Cliché V. Debiais)

Quel est votre programme pour ces deux mois ?

Un programme en trois temps. Les chercheurs américains ont beaucoup produit, depuis les années 1990, sur les notions telles que le silence, dans tous les domaines des sciences sociales (esthétique, morale, histoire des idées et des formes, sociologie). Au cours de ce séjour de recherche, je compte me familiariser avec cet aspect de la recherche, un monde en soi vu depuis l’Europe ! Beaucoup de titres de cette riche bibliographie sont difficilement accessibles en France.

Je compte d’autre part rencontrer un certain nombre de ces chercheurs, à New York, à Philadelphie et à Princeton, afin d’échanger sur la question du silence et de son application à la culture visuelle médiévale.

Enfin, le séjour à New York sera l’occasion d’étudier in situ certaines des images constituant les pièces maîtresses de la recherche sur le silence ; elles sont conservées à la Morgan Library pour les manuscrits, et au Metropolitan Museum of Art, pour l’orfèvrerie.

Jeudi 17 avril, vous proposez une communication intitulée « Empty : The Inscription of Blankness », qui est le deuxième volet de la journée consacrée au silence, à Poitiers, le 14 février dernier. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette recherche ?

La séance du jeudi 17 avril est menée à l’invitation de Brigitte Bedos-Rezak, professeure d’histoire du Moyen Âge à NYU, dans le cadre de son séminaire annuel « Materializing the Middle Ages ». Après une introduction générale sur les relations entre écriture et matière, cette séance sera l’occasion de présenter les premières conclusions tirées à l’issue de la journée de réflexion collective de Poitiers. Elle permettra aussi de soumettre un certain nombre d’études de cas à la discussion, comme ce chapiteau d’Usson représentant un lion.

Cliché V. Debiais
Cliché V. Debiais

Au cours de son séjour aux États-Unis, Vincent Debiais organisera avec Art-Hist une session au 49e International Congress on Medieval Studies de Kalamazzo, le plus grand congrès annuel de médiévistique (8-11 mai). Sous le titre “Sonorous and Brilliant Emptiness: Visual Approaches to White, Empty and Silent in Medieval Art”, cette session rassemblera de jeunes chercheurs et sera une belle occasion de croiser les approches et d’élargir les perspectives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *