Une chaleureuse passionnée au CESCM : Nancy Thebaut

Nancy Thebaut est chercheuse invitée au CESCM de septembre 2023 à juin 2024, elle s’intéresse à l’art du Moyen Âge, surtout aux objets et espaces liturgiques du haut Moyen Âge : nous avons souhaité faire sa connaissance

Bonjour Nancy, raconte-nous d’où tu viens et comment tu es arrivée au CESCM ?

Je suis Assistant Professor au département d’histoire de l’art de la faculté de Skidmore College à Saratoga Springs (état de NY) ; je suis lauréate de la bourse Fulbright 2023-2024, bourse qui a fêté ses 75 ans à la fin de l’année 2023 ; bourse qui permet des liens et des échanges entre les États-Unis et plusieurs pays du monde. Cécile Voyer m’a aimablement invitée à venir au CESCM cette année afin de poursuivre mes travaux sur un projet de livre, Lessons in Looking : Difficult Images of Christ ca. 850-1050.

Ça m’amène de te demander quel est ton sujet de recherche ?

Je travaille sur des images réalisées durant le haut Moyen Âge pour la célébration de la liturgie chrétienne, et je me concentre surtout sur l’iconographie de la vie du Christ dans les enluminures et les plaques d’ivoire qui faisaient partie des reliures précieuses. Dans mon projet de livre actuel, je m’intéresse à des images qu’on pourrait qualifier de « difficiles » :  c’est-à-dire qu’elles interrogent sur la difficulté de voir, de croire et d’interpréter les signes sacrés, y compris l’image-même. Elles figurent cette difficulté, parfois, mais elle peuvent aussi l’inciter. Autrement dit, l’image était conçue comme une sorte de test visuel et donc est intentionnellement difficile à interpréter.

The Ascension of Christ, ca. 980, Metz. Vienna Kunsthistorisches Museum Inv. nr. 7284.

Comment arrive-t-on à un tel sujet ?

Lorsque j’étais doctorante à l’Université de Chicago, j’ai visité le Victoria and Albert Museum de Londres et j’ai vu un objet qui m’a beaucoup frappé : c’était un ivoire fait à Saint-Gall au Xe siècle qui figure la Visite des saintes femmes au tombeau, après la résurrection du Christ. Dans cette image, nous voyons deux textiles qui ont des formes très étranges, ils sont comme suspendus dans l’air. C’est là où j’ai commencé à réfléchir aux passages narratifs dans la Bible qui posent un réel défi de représentation tant pour l’artiste et que le lecteur. Or ce narratif est constitutif du récit et par conséquent de l’image. Comment figurer l’absence du Christ dans son tombeau mais aussi qualifier cette absence – c’est-à-dire comment évoquer le fait qu’il a ressuscité – à travers l’image ? Cela m’a mené à une thèse que j’ai écrit sous la direction d’Aden Kumler (actuellement professeure à l’Université de Bâle) qui s’intitulait « Non est hic : Figuring Christ’s Absence in Early Medieval Art ». C’est cette thèse que je suis actuellement en train de transformer en livre !Il faut savoir qu’aux États-Unis, on ne publie pas sa thèse telle quelle, on doit la retravailler : je profite donc de mon séjour en France pour faire ce travail qui implique de nouvelles recherches et beaucoup de réécriture. Depuis mon arrivée, je partage des moments précieux avec des collègues comme Éric Palazzo et Cécile Voyer et ça m’aide vraiment à mieux savoir à quoi mon livre va ressembler.

Raconte-nous ta vie au CESCM :

Je me sens très chanceuse de pouvoir échanger avec des collègues et des étudiant.es ici cette année. Et c’est encore plus chanceux que ce soit l’année des 70 ans du CESCM, ce qui fait que je vais pouvoir suivre le colloque Art roman au XXIe siècle fin mai. Pour moi, le CESCM est une communauté chaleureuse et stimulante.

On m’a invitée à partager mes recherches à plusieurs reprises par exemple dans les séminaires, lors d’une journée d’étude sur la méthodologie, à l’occasion d’une rencontre Imago, et pour un café-débat organisé par l’association Janua sur les approches « queer » de l’art médiéval.


Tu connaissais Poitiers ? quel est ton ressenti ?

Je suis venue trois fois à Poitiers avant cette année : deux fois en tant que touriste, et une fois pour les Semaines d’études médiévales en 2023. J’aime beaucoup la ville et son patrimoine (bâti, enluminé… mais aussi culinaire ! J’adore le tourteau fromager), et j’ai hâte de continuer à découvrir encore des choses pendant les quelques mois qui restent. J’essaie d’en profiter au maximum !



Citer ce billet
Vanessa Ernst-Maillet (2024, 22 mars). Une chaleureuse passionnée au CESCM : Nancy Thebaut. Carnets du CESCM. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2hc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.