[5-8 juin 2013] Écriture et genre épistolaires, IVe-XIe s.

 Colloque international organisé par le CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Casa de Velázquez, Université d’ErlangenThomas DESWARTE (Université d’Angers) – Klaus HERBERS (Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg) dans le cadre de l’ANR-DFG EPISTOLA

Programme ANR-DFG EPISTOLA : « La lettre en péninsule Ibérique et dans l’Occident latin : héritages et transformations d’un genre littéraire (IVe-XIe siècles) »

Comité d’organisation : Bruno Dumézil, Jacques Elfassi, Nathanaël Nimmegeers, Cornelia Scherer, Hélène Sirantoine

E.NAU / CESCM
E.NAU / CESCM 

« Quelle douleur ! Les chrétiens ont oublié jusqu’à leur langue, et sur mille d’entre nous, vous trouverez à peine un seul qui sache écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s’il s’agit d’écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s’expriment dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu’elles composent des poèmes préférables, sous le point de vue de l’art, à ceux des Arabes eux-mêmes ». Ainsi s’exprime vers 840 Alvare de Cordoue, confronté à l’acculturation de ses corréligionnaires en al-Andalus. Selon lui, l’abandon du latin au profit de l’arabe s’accompagne de la pratique de la poésie, tandis que l’impossibilité d’écrire des lettres équivaut à l’oubli du latin ; bref, sous sa plume, le genre épistolaire est considéré comme caractéristique de la culture latine, comme la poésie l’est de la culture arabe…

Institutions partenaires : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Friedrich-Alexander Universität Erlangen-Nürnberg


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *