Pouvoir et solidarités d’une famille seigneuriale

Pouvoir et solidarités d’une famille seigneuriale. Le « Parentat » Lusignan entre France, Îles Britanniques et Orient latin (Xe-XIVe siècles)

Clément de Vasselot de Régné

Turnhout : Brepols, 2024

(Histoires de famille. La parenté au Moyen Age, vol. 24)

ISBN : 978-2-503-59615-0 (hardback) / 978-2-503-59615-0 (e-book)

795 p. – 125€

La famille châtelaine de Lusignan est un excellent exemple du phénomène de diffusion dynastique de l’aristocratie française. Elle connaît à la fin du XIIe siècle et surtout au début du XIIIe siècle, une ascension fulgurante, étendant son emprise sur le Haut puis le Bas-Poitou, s’emparant du comté de la Marche puis de celui d’Angoulême, imposant sa domination sur le nord du duché d’Aquitaine. Une série de mariages ajoute au patrimoine de ses membres le comté d’Eu, en Normandie, celui de Penthièvre et les seigneuries de Fougères et de Porhoët, en Bretagne, ainsi que, dans les îles Britanniques, les honneurs de Hastings et de Tickhill, l’évêché de Winchester, les comtés de Pembroke et de Wexford. La couronne de Jérusalem et son substitut, le trône chypriote, reste leur plus marquante acquisition, d’autant qu’elle est directement liée à la perte de la ville sainte.
Cet ouvrage est né d’une interrogation sur le potentiel politique que pouvait constituer un tel ensemble familial, pourvu que les liens du sang perdurent. De fait, la famille de Lusignan forme un groupe cohérent, structuré par les liens de la parenté, dont les membres partagent une identité entretenue par un certain nombre de repères communs ainsi qu’un réseau de coopération et de soutien mutuel. Leur union constitue une véritable puissance politique et territoriale, qui transcende les limites des royaumes et des principautés. Le concept de « parentat » a été forgé à partir d’un vocable latin emprunté à une chronique médiévale pour saisir de manière holistique ce pouvoir politique réticulaire fondé sur la solidarité des membres d’une même famille, ayant rassemblé, au fil des générations, une grande diversité de principautés et de seigneuries parfois voisines, parfois très dispersées.
Cette étude du parentat Lusignan s’intéresse à sa propagation transrégionale, au pouvoir exercé, à l’échelle de l’individu, comme à celle du groupe familial, sur les hommes et les biens, aux pratiques de gouvernementalité, aux procédés de matérialisation du pouvoir comme aux modes de sa contestation, ainsi qu’aux dynamiques familiales qui concourent à structurer le parentat politiquement et socialement, qui entretiennent sa cohésion, forgent sa mémoire, construisent son identité et affermissent son unité.

Introduction

Partie I : Pouvoir et gestion d’un groupe familial

Chapitre I. La propagation arborescente d’un lignage
Chapitre II. Maîtriser les hommes et l’espace
Chapitre III. Pouvoirs concurrents et conflictualités

Partie II : De la parenté vécue au parentat

Chapitre IV. Structures d’une cohésion familiale
Chapitre V. Les mécanismes de la perpétuation lignagère
Chapitre VI. Les pratiques religieuses : affirmation spirituelle et temporelle

Conclusion


Ancien élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat en histoire médiévale obtenu à l’Université de Nantes, Clément de Vasselot de Régné enseigne actuellement en tant qu’ATER à l’Université de Lille.



Citer ce billet
Suivi éditorial (2024, 21 mars). Pouvoir et solidarités d’une famille seigneuriale. Carnets du CESCM. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w288

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.