Signalement de polychromies à Saint-Marcel (36200), chapelle Saint-Marin

Régulièrement, la photothèque du CESCM missionne sa photographe Lisa-Oriane Crosland à travers la France pour assurer la couverture photographique d’un certain nombre d’édifices à peintures murales, en vue de les intégrer par la suite dans la base Romane. La dernière mission en date, du 28 août au 03 septembre 2023, fut l’occasion de parcourir le Berry afin de photographier les peintures murales de Saint-Loup-sur-Cher (41), Charly (18), Primelles (18) et Méobecq (36), mais aussi de se prêter au jeu de la prospection en quête de nouveaux édifices à répertorier. C’est ainsi que des polychromies anciennes furent découvertes dans la chapelle de l’ancien prieuré Saint-Marin, dépendant actuellement de la commune de Saint-Marcel, près d’Argenton-sur-Creuse (36)[1].

Erigée au XIIe siècle, la chapelle Saint-Marin est de taille modeste, sans aucune prétention. La nef à vaisseau unique aboutit sur un transept saillant dont chaque bras est doté d’une très petite absidiole. La croisée du transept, voûtée d’ogives, résulte d’un remaniement postérieur. L’abside carrée est percée d’une baie en plein cintre. Historiquement le prieuré de Saint-Marin était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe (première mention en 1226). Il doit son vocable à saint Marin, vénéré dans la chapelle axiale de cette abbaye. Une ancienne inscription d’autel, maintenant répertoriée par l’inscripthèque du CESCM, évoque une dédicace à la Vierge et à saint Marin[2].

Cliché Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

Les polychromies signalées sont visibles sous la couche de badigeon blanc qui recouvre la majeure partie des murs. Les fragments les plus évidents s’aperçoivent au niveau de l’arc absidal et des ogives de la croisée. En l’état actuel, il est impossible de dater la campagne picturale correspondante, ni même de savoir si toutes sont contemporaines. Les couleurs observées ne présentent aucune particularité : on reconnait du jaune, du rouge parfois orangé et quelques traces de bleu. Leur emplacement correspond à celui occupé la majeure partie du temps par des frises ou motifs décoratifs variables au fil des siècles, dont la fonction première est de souligner les principaux éléments d’architecture tels que les arcs ou les ogives.

Détails de l’arc absidal, côté droit. Clichés Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

 

Retombées de la croisée du transept. Cliché Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

Propriété de la commune depuis 1825, la chapelle n’est inscrite aux Monuments Historiques que depuis 2003 en raison de son ancienneté et du traditionnel pèlerinage des rechignoux qui s’y déroulait chaque premier samedi de septembre jusqu’à la fin du XXe siècle. En 2015, la réfection de la toiture et de la charpente a été financée grâce à un don de la Sauvegarde de l’Art français[3]. D’après les témoignages locaux, la détérioration du badigeon est liée à l’exposition prolongée des murs à l’humidité et aux intempéries avant les réparations de la toiture.

Ces polychromies, observées sur site le samedi 02/09/2023, ont été signalées aux services compétents de la DRAC du Centre-Val de Loire par mail le 17/10/2023.

 

[1] La chapelle est localisée le long de la Creuse, au lieu-dit Le Champ du Moulin, Saint-Marin, 36200 Saint-Marcel.

[2] Le Billet annonçant sa découverte est consultable via le lien suivant : https://epimed.hypotheses.org/3431

[3] La chapelle est référencée sur Monumentum, ainsi que sur POP Culture : https://monumentum.fr/monument-historique/pa36000012/saint-marcel-prieure-de-saint-marin

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA36000012


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Boisseau (30 octobre 2023). Signalement de polychromies à Saint-Marcel (36200), chapelle Saint-Marin. Carnets du CESCM. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlcl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.