Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers

Depuis le début de janvier 2014, le CESCM de Poitiers accueille Matteo Ferrari, docteur en histoire de l’art médiéval et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise (Scuola Normale Superiore), qui bénéficie d’une bourse postdoctorale de six mois financée par l’Université de Poitiers dans le cadre des Actions Incitatives à la Recherche 2013. Sous la direction de Laurent Hablot, dans la période de son séjour, il participera au programme CESCM-DRAC, Décors héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes, consacré au recensement et à l’étude des attestations héraldiques monumentales médiévales dans la région.

Cliché É. Mineo
Cliché É. Mineo

Spécialiste d’art médiéval lombard et travaillant spécifiquement sur la communication par l’image des communes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles, Matteo Ferrari a soutenu son doctorat à l’École Normale de Pise en mai 2011 (sous la direction de Maria Monica Donato). Sa recherche portait sur les décors peints dans les hôtels de ville de Lombardie (notamment de Brescia, Côme, Crémone, Mantoue et Milan), conservés ou documentées par des sources indirectes. Il s’agit d’un corpus vaste et hétérogène d’images, pour la plupart réalisées entre le milieu du XIIIème et le début du XIVème siècle, qui auparavant n’avait jamais été l’objet d’une étude systématique. On y trouve des représentations à sujet “historique”, des figurations infamantes ou sacrées, des éléments décoratifs, des armoiries ou des enseignes d’offices, des inscriptions, dont Matteo Ferrari a fourni une nouvelle interprétation tout en mettant en exergue le rapport entre l’image, son public et l’utilisation fonctionnelle des espaces.

A l’issue de sa thèse, Matteo Ferrari a été successivement chargé de recherches à l’École Normale de Pise et à l’Université de La Sapienza de Rome autour de programmes consacrés à la communication par l’image dans les Communes, dans l’objectif de parvenir à un recensement exhaustif des images peintes et sculptés, conservés et perdues, dans les palais communaux italiens (ce programme, actuellement en cours, est conduit sous la direction de Giuliano Milani, professeur à La Sapienza de Rome). Plus récemment Matteo F. a participé à l’organisation scientifique de l’exposition Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento (Florence, Galleria dell’Accademia, 14 mai-8 décembre 2013), consacrée à l’art civique florentin entre le XIIIème et le début du XVème siècle, la première initiative de ce genre jamais organisée en Italie1.

Dans le cadre de ces recherches Matteo a développé un intérêt spécifique vers l’héraldique qui, au bas Moyen Age était incontestablement un instrument essentiel de la présentation et de la représentation des individus aussi bien que des institutions civiles. Auteur de plusieurs travaux consacrés à cette thématique – avec Marco Foppoli, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini2 – et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique depuis 2013, il participe depuis quatre ans aux journées héraldiques organisées à Poitiers par Laurent Hablot et aux activités de son groupe de travail « héraldique et emblématique », dans le cadre de l’axe de recherche du CESCM, Signes, formes et représentation.

Le programme Décor héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes trouve son origine, d’un coté, dans la richesse du patrimoine régional en matière de figurations héraldiques et de l’autre, dans l’exigence de plus en plus manifeste de pouvoir encadrer scientifiquement leur analyse. Cette nécessité est d’ailleurs partagée par les institutions locales de conservation et de sauvegarde, notamment par la DRAC du Poitou-Charentes qui a accordé un soutien financier pour mener à terme l’initiative.

Le programme a été initié en 2013 par une enquête sur les témoignages héraldiques encore visibles dans la ville de Poitiers. Grâce au soutien scientifique et technique de Matteo Ferrari, ces premiers résultats seront bientôt étendus à l’échelle départementale puis régionale. L’objectif du programme est d’inventorier les décors héraldiques figurés (peintures et sculptures) conservés dans les édifices monumentaux civils et religieux de notre territoire, tout en complétant ces informations à partir des sources relatives aux décors disparus. L’enquête sera accompagnée par des missions de terrain qui nous permettront de vérifier la présence, l’emplacement et l’état de conservation des témoignages héraldiques, associée à une campagne de couverture photographique documentant un patrimoine jusqu’à présent très peu connu et rarement étudié. Cette matière fournira une base de travail pour une étude dépassant la seule identification des armoiries – qui reste essentielle pour la connaissance de l’histoire du monument – pour proposer des interprétations de mise en signe de l’espace, soulignant l’importance de ces compositions en terme de représentation sociale, politique, symbolique et religieuse. Cette enquête permettra d’élaborer un armorial monumental du Poitou médiéval, précieux outil de connaissance et d’analyse des pratiques héraldiques locales.

L’objectif final de cette enquête sera de contribuer à la compréhension, à la conservation et à la valorisation d’une production figurative qui enrichit le patrimoine artistique de la région, mais dont l’importance est encore trop souvent négligée et méconnue.

Liste des publications : https://scuola.academia.edu/MatteoFerrari

  1. http://www.uffizi.firenze.it/en/mostre/mostra.php?t=518b6364f1c3bc9013000053 []
  2. M. FERRARI i M. FOPPOLI, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini, Ghedi, Citta di Ghedi, 2009, 115 p. []

2 réflexions au sujet de « Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *