Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 5/5

Vendredi 17 janvier 2014

La matinée regroupait les conférences de Pierre Courroux, qui a tout récemment soutenu une thèse brillante en histoire médiévale, et Jean-Pascal Pouzet, maître de conférences en langue et littérature anglaises du Moyen Âge (Université de Limoges/CESCM).

Pierre Courroux a traité un sujet en lien direct avec sa thèse, Invention et imagination historique chez les chroniqueurs de langue française (XIIe-XVe s.). L’auteur s’est depuis trois ans attaché à réhabiliter un certain nombre d’historiens médiévaux, de Benoît de Sainte-Maure à Enguerrand de Monstrelet en passant par le célèbre Jean Froissart, jusqu’alors considérés par l’historiographie comme des chroniqueurs plus ou moins fantasques, partiaux et bien éloignés de notre conception actuelle de l’histoire. Pierre Courroux a démontré que le rapport de ces historiens avec leur sujet était plus complexe et réfléchi, en articulant sa présentation autour de trois thèmes. En premier lieu, ces auteurs conçoivent l’histoire comme la considéraient les Pères de l’Église auxquels ils se réfèrent parfois, c’est-à-dire comme la relation respectueuse de la vérité. Ils n’en recherchent pas pour autant, comme nous nous efforçons de le faire, la plus grande objectivité possible ; ils affirment toujours au contraire, en préambule, leur subjectivité comme gage de confiance. Ils se placent en position d’auteur, d’autorité, apte à porter des jugements impartiaux sur les faits et à « louer les preux » quel que soit leur camp. Cet effort d’impartialité est particulièrement manifeste chez Froissart et Monstrelet, qui l’explicitent parfois. Il s’agit donc pour eux d’instaurer un rapport de confiance avec le lecteur apostrophé, plus que de chercher l’objectivité.

Bataille_Stirling_Froissart

Pour renforcer cette confiance, les historiens médiévaux tentent souvent de prouver leur fiabilité en invoquant des preuves de fidélité envers les évènements qu’ils racontent. L’argument le plus récurrent étant bien sûr la citation ou la référence à un témoin antérieur, ou à une figure d’autorité, quitte à les inventer de toutes pièces ! Dans son prologue au Myreur des histors (v. 1400), Jean d’Outremeuse déroule sur cinq pages la liste de ses références, des plus incontournables aux plus fictifs, comprenant également un bon nombre d’auteurs auxquels il ne se réfèrera finalement jamais. Le geste, l’ostentation, la posture sont ici plus importants que la cohérence, même si cela n’implique pas qu’il affabulera en permanence par la suite. L’invention est quant à elle revendiquée comme un droit – une licence poétique – lorsque surviennent les vides. L’imagination permet de rendre vivant, tangible, vraisemblable le passé, fut-ce au prix de la fiction. Nous en arrivons ainsi au troisième aspect de l’écriture de l’histoire médiévale, qui est la croyance en un « logocentrisme », ce don divin du langage comme outil de description et d’appréhension du monde. Ces chroniqueurs ont conscience de construire un discours perfectible sur un passé révolu. L’importance ne réside dès lors pas dans la recherche de l’exactitude absolue, mais dans celle du respect du sens profond des évènements, maillons infimes d’un plan divin plus vaste. D’où l’importance de prouver au lecteur la fiabilité du chroniqueur, artisan de l’histoire vue comme une « fiction honnête et vraisemblable du plan divin ».

La conférence de clôture fut assurée par Jean-Pascal Pouzet, et consistait en une présentation de la méthodologie des études codicologiques menées par l’auteur autour de manuscrits anglais. Chaque manuscrit étant un produit artisanal singulier, ayant subi des aléas particuliers qui constituent son histoire, il importe au chercheur de se livrer à une véritable « archéologie du livre » pour en saisir chacune des dimensions. L’auteur a livré de très nombreux exemples et études de cas, dont nous nous excusons de ne pouvoir rendre compte ici, les aspects méthodologiques et techniques étant difficiles à retranscrire sans les images et tableaux que l’on a pu voir au cours de cette présentation érudite. Retenons tout de même les problèmes intéressants de l’identification d’unités au sein du « bloc » que constitue un codex – unité physique définie d’après les cahiers, les mains, les réglures ; unité intellectuelle suivant le texte ou la mise en recueil de plusieurs textes – ou celle de repentirs dans la composition des pages, autant de témoins des conditions d’élaboration et de transmission des manuscrits médiévaux et qui apportent parfois une lumière supplémentaire à leur interprétation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *