Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 1/5

L’atelier interdisciplinaire du CESCM s’est tenu du 13 au 17 janvier 2014 au sein de l’UFR Sciences Humaines et Arts, dans la Salle des Actes de l’Hôtel Fumé (voir programme). Il comprenait cette année une journée dédiée à l’histoire des sciences et techniques au Moyen Âge, organisée en partenariat avec l’Espace Mendès France, qui a d’autant plus renforcé la visée pluridisciplinaire de l’atelier qu’il s’agit d’une discipline encore non représentée au sein du laboratoire. Comme chaque année, les conférences étaient ciblées sur des thématiques en lien avec les axes de recherche du CESCM, ou venant les enrichir dans le cas de l’histoire des sciences. Les auditeurs ont ainsi pu suivre les avancées et les questionnements récents, parfois même en cours, de chercheurs en histoire, histoire religieuse, histoire de l’art, épigraphie, iconographie, héraldique, littérature, codicologie… Un programme riche, en accord parfait avec la philosophie de la recherche cultivée à Poitiers, et qui a largement rempli les attentes qu’il pouvait susciter.

Lundi 13 janvier 2014

Après un temps d’accueil étiré au fil des arrivées et des contingences matérielles, Cécile Treffort, actuelle directrice du CESCM, et Claude Andrault-Schmitt, professeure d’histoire de l’art, ont conjointement présenté le laboratoire et ses orientations scientifiques, ainsi que l’atelier et ses enjeux, manifestation de l’esprit de collégialité, d’ouverture et de curiosité qui devrait présider à la démarche de tout chercheur. La parole fut ensuite cédée à Anne Massoni, maître de conférences en histoire religieuse à l’université de Limoges, pour une présentation intitulée Recherches sur le clergé séculier, ou comment apprendre à se méfier des discours de réforme. Le lien entre ces deux thèmes s’est vu explicité au fil de cette brillante intervention qui a suscité, au vu des nombreuses questions qui l’ont suivie, un grand intérêt chez le public. Le premier point de l’auteure a consisté en un survol des différentes façons dont l’historiographie a pu considérer la notion de réforme, aussi chère aux hommes politiques qu’aux historiens qui en ont fait un « séquenceur » récurrent de l’Histoire (de la renovatio carolingienne à la Réforme protestante, en passant par la fameuse réforme dite grégorienne sur laquelle l’auteure a axé son propos). L’auteure a souligné la nécessité de tempérer les tableaux catastrophiques de ces temps de « décadence » qui précèderaient et engendreraient les réformes, et a illustré la déconstruction de cette vision moralisatrice de l’histoire en abordant la question des institutions canoniales durant la réforme grégorienne.

Le mode de vie des chanoines, défini en 816 par la Constitution d’Aix, s’est au fil des siècles sécularisé, les intéressés ayant abandonné réfectoires et dortoirs au profit de maisons et prébendes individuels. Cause de bien des vices à en croire les réformateurs, qui n’eurent de cesse de leur imposer un retour au modèle communautaire monastique. L’agrégation de textes de saint Augustin servit de base à la constitution d’une nouvelle « règle », donnant naissance au statut de chanoines dits réguliers au cours de la seconde moitié du XIe siècle. L’auteure a démontré que si l’historiographie a pu conclure à une adhésion inéluctable et unanime à cette réforme, c’est en partie du fait de n’avoir pas compté ses échecs et résistances, en particulier entre 1050 et 1100. Ce travail collégial [sic], long et laborieux a débuté et sera plus à même de mesurer les effets réels du mouvement de réforme, qui semblent déjà plus ou moins sensibles selon les diocèses. De même, l’interprétation de ces résistances ne doit plus se baser uniquement sur les discours réformistes, forcément dénonciateurs, mais doit aussi prendre en compte la spécificité spirituelle des séculiers, à savoir la mission prédicatrice qu’ils pouvaient tout aussi bien considérer comme une cause nécessaire et juste. Dans cette optique, l’auteure a souligné le fait méconnu que plusieurs communautés séculières ont entrepris, parallèlement à la réforme grégorienne ou peut-être conformément à elle, leur propre réforme interne, comme à Saint-Hilaire de Poitiers. Elle a ainsi prouvé le renouvellement qu’une démarche critique, envers les sources comme l’historiographie, peut amener à un sujet que l’on aurait pu croire tari.

Cliché V. Ernst-Maillet
Cliché V. Ernst-Maillet

Cette première journée s’est achevée à Saint-Jean-de-Montierneuf par une visite commentée, comme lors de l’introduction, par Mmes Treffort et Andrault-Schmitt, avec le concours amical de Mme Marie-Thérèse Camus. On a pu admirer la qualité de cette architecture du dernier quart du XIe siècle, de même que celle de la reprise du chevet vers le milieu du XIIIe siècle qui fait de Montierneuf un élément important du paysage monumental gothique de Poitiers, encore largement sous-estimé.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *