Cahiers de civilisation médiévale 55/hors-série : Les 5 sens au Moyen Âge

Couv_220bis_web2Le fascicule hors-série 2012 des Cahiers de civilisation médiévale est paru !

Retrouvez le sommaire sur Academia.edu.

Pour le commander, c’est ici.

Les articles ont été sélectionnés sous la direction d’Éric Palazzo. La publication a reçu le concours du programme de recherche mené par Éric Palazzo sur les cinq sens au Moyen Âge, financé par l’Institut universitaire de France

Avant-propos

Les auteurs des Cahiers continuent d’explorer les cinq sens au Moyen Âge. À l’époque carolingienne, les savants sont convaincus qu’une lumière émane de l’œil dont le champ d’action est considérable, en écho à l’exégèse de l’« énamourement » du roi David par son regard jeté sur Bethsabée. G. Bührer-Thierry développe l’idée du roi carolingien et de ses évêques dont le pouvoir et la hiérarchie se concrétisent dans leur rôle de speculatores (« observateurs », voire « espions ») au sens propre et figuré. Dans les hiérarchies médiévales relatives à la croyance, le toucher se situe bien plus bas que la vue. Il se retrouve confronté à ses enjeux théologiques, vers 1100, dans les ivoires de Salerne représentant le Noli me tangere, ordre par lequel Marie Madeleine est écartée du corps glorieux du Christ, et dans de Thomas, qui veut mettre les doigts dans ses plaies pour croire en la Résurrection. Les conceptions médicales de l’école salernitaine transparaissent peut-être derrière ces images (F. Dell’Acqua). Le voir et le toucher concernent l’enluminure de la Majestas Domini de l’Évangéliaire de Sainte-Croix de Poitiers. Cette image fut maintes fois touchée avec dévotion, alors que, par ses effets inattendus, elle trompe l’œil du spectateur et le conduit à une véritable exégèse visuelle (L. Herbert).

L’ouïe figure toujours en bonne place. C’est à travers elle que le croyant est saisi par la foi : fides ex auditu (Rm 10, 17). Il entend continuellement les cloches qui scandent sa journée, lui signalant les heures de la liturgie. Un tel instrument est voix de Dieu qui indique à chacun le chemin à suivre. Voué à une si haute fonction, il ne saurait être fabriqué de façon profane. La fusion de son métal au four s’accompagne d’exorcismes et de bénédictions, tout comme son installation au clocher fait l’objet d’un baptême qui lui accorde un nom (E. Neri). Souvent, la vibration des cordes vocales, captée par l’ouïe, se mêle inextricablement à l’image. Lors de la veillée de la Pâque juive, l’ancien récite par cœur, dans chaque foyer, l’exode d’Égypte. À partir du xiiie siècle toutefois, l’écrit et l’image accompagnent la mémoire, et participent de l’expérience sensorielle du rituel, comme dans ces beaux manuscrits de la Haggadah dont les enluminures complètent par l’iconographie la commémoration orale et son audition (A. S. Cohen). Si, avec la renaissance du xiie siècle, l’alphabétisation progresse, la théologie connaît également des bouleversements. L’un d’entre eux consiste à délaisser le binôme visible-invisible au profit de naturel-surnaturel. Une comparaison entre Saint-Bénigne de Dijon au xie siècle et Saint-Andrew de Wells au xiiie siècle tendrait à soutenir cette thèse. Semblant faire écho à des conceptions de l’univers différentes, les dispositifs architecturaux des édifices et les liturgies qui y furent pratiquées à deux siècles d’intervalle stimulaient de manières différentes les sens des participants à des rituels précis (C. M. Malone). C’est par l’odorat que le croyant sent l’encens au cours des cérémonies religieuses. Il vit son expérience spirituelle dans la synesthésie, tous les sens se joignant à l’odorat. La description des différents encensoirs du haut Moyen Âge, qu’ils soient païens, juifs, chrétiens ou musulmans, nous engagent dans un comparatisme religieux de bon aloi (L. Nees).

Les articles recueillis ici font écho à la seconde table ronde organisée par Éric Palazzo au CESCM les 29, 30 et 31 mai 2013. Ils prolongent les enquêtes sur les modalités selon lesquelles les sens sont conçus et activés au Moyen Âge, tout en ouvrant de nouvelles perspectives sur la manière dont ils contribuent à forger pratiques et mentalités, monuments, images et objets. Confrontée au rituel religieux, à l’acte de dévotion, à la pratique du pouvoir ou à l’expérience intime de la foi, l’histoire des sens offre un nouveau regard sur les champs d’investigations classiques des médiévistes.

Martin Aurell et Blaise Royer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *