Soutenance de thèse de Thierry Grégor (11 janvier 2023)

Le mercredi 11 janvier 2023, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers a vu Thierry Grégor soutenir sa thèse de doctorat en Histoire et Archéologie intitulée « Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes ». Réalisé sous la direction de Cécile Treffort (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant une salle René Crozet comble et un jury composé de Philippe Bernardi (directeur de recherche au CNRS, LAMOP/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président du jury), Brigitte Boissavit-Camus (professeure des universités, ArScAn/Université Paris Nanterre), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, rapporteur) et Philippe Plagnieux (professeur des universités, HiCSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, École des chartes). À travers la diversité des disciplines représentées par les membres de ce jury transparaît le caractère interdisciplinaire de cette thèse de doctorat.

Le président du jury, Philippe Bernardi, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrant. Durant une vingtaine de minutes, Thierry Grégor présente son travail de thèse. Cette dernière est le fruit d’un parcours riche et pour le moins atypique. Après douze ans d’activité en maçonnerie et taille de pierre, il se tourne au milieu des années 1990 vers l’enseignement en devenant professeur de maçonnerie, de taille de pierre et de dessin bâtiment en lycée professionnel et dans l’Établissement Régional d’Enseignement Adapté de Saintes. C’est en 1996 qu’il débute des études d’Histoire. Très rapidement, au gré d’échanges et de communications, les différents spécialistes du travail de la pierre que Thierry rencontre, qu’ils soient archéologues ou épigraphistes, prennent conscience de la richesse et du potentiel de son regard de praticien sur leurs différents sujets d’étude. Durant près de vingt ans, Thierry échange, transmet et collabore avec de nombreux chercheurs en France et à l’international. En 2015, c’est sur une idée d’Estelle Ingrand-Varenne que Thierry propose à Cécile Treffort de diriger sa thèse. C’est ainsi que l’impétrant débute un travail de recherche qui durera sept ans et sera réalisé en parallèle de son activité d’enseignement en maçonnerie.

La motivation première de cette thèse a été d’étudier les techniques utilisées dans la réalisation des inscriptions, Thierry ayant à cœur de mettre ses compétences au service des épigraphistes et des archéologues afin de nourrir leurs sujets d’étude d’informations complémentaires. La principale difficulté a été pour lui le rassemblement du corpus, couvrant toute la période médiévale et circonscrit au Poitou-Charentes. Si les inscriptions jugées exceptionnelles par leur réalisation ou leur intérêt historique ont été aisément localisables, il en a été différemment de nombreuses autres qui avaient été disséminées ou égarées au cours du temps. La démarche scientifique de Thierry ne pouvant se passer de l’étude directe des objets, beaucoup de temps a ainsi été consacré à la recherche documentaire, à la quête des éléments lapidaires et à leur relevé.

 La thèse de Thierry Grégor s’organise en trois volumes. Le premier constitue l’étude proprement dite. À travers de nombreux exemples, Thierry met notamment en évidence la longue évolution des techniques de taille de pierre et de gravure de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Plus de trente techniques de gravure ont ainsi pu être déterminées et peuvent participer à affiner la datation des inscriptions. Le second volume consiste en une présentation exhaustive des outils de taille de pierre et de gravure. Les nombreuses photographies et illustrations, ces dernières ayant été en grande partie réalisées par son ami et collègue Bertrand Riba, ont été saluées à de multiples reprises par les membres du jury pour leur aspect très pédagogique. Le troisième volume est quant à lui composé d’un catalogue des 400 inscriptions étudiées par Thierry et de l’index. L’apport de son regard de praticien a permis à Thierry d’extraire de nombreuses informations des traces présentes dans la pierre, de l’outil utilisé à la position du corps du graveur, en passant par l’adaptation de l’un ou de l’autre en fonction de chaque situation. Cette démarche associant expérience professionnelle, observation des traces archéologiques et analyses iconographiques fait toute la richesse de ce travail.

Si Thierry admet que cette thèse incarne le résultat et l’aboutissement d’un parcours, il avoue néanmoins la considérer davantage comme une étape, au regard de la multitude de questionnements, de perspectives et de projets qu’elle a fait naître.

À l’issue de cet exposé, le président du jury donne la parole à Cécile Treffort. Celle-ci se présente comme la directrice de Thierry, mais aussi comme son amie, rôle double qui la voit aujourd’hui « heureuse et fière de le voir soutenir cette thèse ». Elle tient également à saluer l’assistance, qui a joué un rôle important dans l’accompagnement de Thierry lors de ce travail. Cécile Treffort rappelle que la thèse a été préparée en parallèle d’une activité d’enseignement très prenante, et que sa forte dimension pédagogique en est imprégnée. La directrice mentionne le caractère perfectible de ce travail dans son argumentation, sa rédaction et sa présentation, mais elle tient surtout à souligner l’ampleur du travail accompli, la volonté sans faille dont a fait preuve Thierry, et sa ténacité sur la prise en compte des remarques et des commentaires, qualités qui « forcent le respect ».

Pour Cécile Treffort, l’une des difficultés qu’a rencontrées Thierry résidait dans l’une de ses forces : il s’agissait de son expérience professionnelle dans le domaine de la taille de pierre, dont il a pu être difficile de se départir. Cela s’est ressenti dans la difficulté à concevoir la transformation technique autrement que comme des phénomènes de progrès ou de décadence, ou encore dans la difficulté de conceptualiser des pratiques qu’il avait acquises au cours de son parcours professionnel. Thierry a dû apprendre à passer d’un exposé pédagogique à l’argumentation scientifique. Tout cela n’a pas été facile mais a été une réussite. Pour Cécile Treffort, c’est un « travail fondamental » que présente Thierry, qui ouvre de nombreuses portes et perspectives dans de nombreux domaines.

Elle remercie enfin Thierry de lui avoir fait confiance tout au long de ses recherches, et se dit très émue d’être présente pour cette soutenance. À ses yeux, « c’est un évènement pour le laboratoire, pour le Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, pour l’archéologie régionale, mais aussi pour toute la communauté scientifique », et cela a été rendu possible par son travail et sa personnalité.

La parole est ensuite donnée par le président à Quitterie Cazes, rapporteur de la thèse, qui choisit de ne pas forcer un vouvoiement qui ne lui serait pas naturel. Elle introduit son propos en insistant sur le « grand plaisir » qu’elle a eu à consulter ce travail, le qualifiant de « très beau », « très intéressant », et de « fondamental ». Elle tient à mettre en avant le caractère original de ce sujet, développant de nombreux aspects techniques à partir de l’analyse des objets. Le fil directeur cohérent a conduit à la production d’une étude technique solide, d’une base de données très utile et d’un catalogue des outils qu’il sera nécessaire de publier. Pour Quitterie Cazes, ce travail de doctorat permet de ne plus voir les inscriptions de la même manière, et d’ouvrir de nouvelles et nombreuses portes. Une telle démarche était véritablement nécessaire aux yeux du rapporteur. Dans la méthode que Thierry expose, il insiste sur la nécessaire connaissance des matériaux, des outils, des traces, des contextes archéologiques, de l’étude physique des supports… Le rapport entre les praticiens et la pierre revient plusieurs fois dans la thèse et laisse transparaître l’expérience et la sensibilité de Thierry liées à sa pratique passionnée du travail de la pierre.

Quitterie Cazes souligne ensuite certains points qui auraient pu être approfondis, qu’il s’agisse de l’état des connaissances sur les métiers au Moyen âge ou des relations entre les graveurs et les sculpteurs à la période gothique par exemple. Elle admet cependant que ces manques sont justifiables, car la nature même de la thèse de Thierry ouvre à énormément de questionnements et qu’elle a nécessité d’opérer des choix. Si les interprétations ne sont parfois pas assez poussées à son goût, et que les propos auraient parfois mérité davantage de développement et d’argumentation, c’est aussi lié au fait que la frustration du lecteur est exacerbée devant les problématiques qu’ouvre la recherche de Thierry. Quitterie Cazes, comme tous les autres membres du jury, invite ce dernier à publier de nombreux articles pour progressivement compenser cette frustration. Cette thèse reste pour elle un « magnifique travail » qui s’inscrit dans l’histoire des techniques, et dont certains défauts sont largement compensés par la richesse du contenu et le soin pédagogique et scientifique de Thierry. Ce travail constitue pour Quitterie Cazes un « tournant historiographique important, comme le furent les travaux de Jean-Claude Bessac de son temps. ». Elle félicite à nouveau l’impétrant pour ce « très beau travail accompli » et conclue en déclarant qu’on « ne lira plus jamais les inscriptions de la même manière ».

Le président du jury donne ensuite la parole à Vincent Debiais, le second rapporteur de la thèse. Cette soutenance est pour lui source d’une grande joie intellectuelle et humaine. Il se dit très ému et très honoré car il a beaucoup appris auprès de Thierry au cours de ces vingt dernières années. Assumant cette posture complice et amicale avec l’impétrant, Vincent Debiais souhaite toutefois s’adresser à lui en le vouvoyant, ne serait-ce que pour « se calmer lui-même ». Comme pour appuyer cette prise de recul, le rapporteur commence par une forte critique, qui lui paraît dérisoire face à la pertinence des remarques de Quitterie Cazes, mais qu’il juge néanmoins importante. C’est vers le registre d’écriture utilisé par Thierry que vont ses reproches, considérant que la qualité de cette thèse mériterait un passage d’une langue « trop sur le bloc » à une écriture plus canonique. Les modifications que Thierry apportera à son manuscrit en vue de sa publication ne pourront que rendre encore plus grand le plaisir que Vincent Debiais a éprouvé lors de sa lecture.

Le travail de Thierry est aux yeux du rapporteur le fruit de plusieurs décennies de formation professionnelle, de connaissances qu’il est le seul à posséder et qu’il livre généreusement à la communauté scientifique. Mais pour Vincent Debiais, le travail est loin d’être terminé : cette dernière continuera d’avoir besoin de Thierry, malgré la publication future de sa thèse. Vincent Debiais félicite l’expertise et la solidité d’approche de l’impétrant, qui a « inventé une méthode » à la croisée de la taille de pierre, de l’archéologie et de l’épigraphie. Il est parvenu à mettre ces trois disciplines en résonnance, à tel point qu’il a pu être compliqué de relier son étude à l’Histoire médiévale elle-même. L’approche et la grande spécialisation de Thierry l’a en effet parfois empêché de prendre suffisamment de recul pour voir la lettre, la ligne, le texte au-delà de la trace, et de rattacher son corpus à un contexte historique, social, local, économique, politique… Cependant, ces frustrations sont très vite dépassées par ce qu’apporte Thierry de novateur, par ses « excellentes analyses » et la présentation de ce « formidable point de vue à adopter par les épigraphistes ». « L’horizon de références unique » de ce travail est le fruit d’un fascinant mélange entre la rigueur scientifique de Thierry et sa sensibilité, au point que l’ont ait parfois du mal à discerner ce qui relève de l’analyse ou de son « approche passionnelle du bloc ». Vincent Debiais émet le souhait que Thierry incarne plus encore le rôle d’entremetteur entre les différentes disciplines à l’avenir. En mettant généreusement à la disposition du lecteur une énorme quantité d’informations, Thierry « a converti une expertise technique en mérite doctoral ».

C’est ensuite à Brigitte Boissavit-Camus que Philippe Bernardi donne la parole. C’est avec un grand plaisir qu’elle voit l’aboutissement de ce travail, tenant Thierry « en grande estime pour son expérience, sa compétence et sa grande disponibilité lors de chaque sollicitation ». Ce sujet « original au sens propre » l’a grandement intéressée, notamment pour l’analyse de la matérialité des inscriptions et pour le choix de cette région. La recherche de Thierry est aboutie et présentée au travers d’un texte fluide. Si elle a noté au sein de la bibliographie l’absence de distinction entre les sources primaires et secondaires, elle trouve ce choix justifié au vu de la manière de Thierry d’exploiter chaque source comme une ressource à part entière. Brigitte Boissavit-Camus, à l’instar des autres membres du jury, met en avant le grand soin pédagogique mis en œuvre pour guider le lecteur à travers un discours clair, en particulier dans les différentes analyses et dans la présentation des outils et de de leur maniement. Afin de clarifier encore le propos, elle aimerait que dans la publication apparaissent davantage les sites de références pour les outils présentés, les lieux de conservation des inscriptions étudiées et peut-être des illustrations agrandies ou enrichies afin de mettre en valeur les traces exposées. Elle soulève à son tour le caractère original de la thèse de Thierry Grégor, et ainsi de la difficulté de l’inscrire au sein d’une discipline existante. Il s’agit pour elle d’une véritable thèse d’archéologie dans ses méthodes et ses démonstrations. Plus qu’une thèse d’histoire des techniques, elle s’apparente plutôt à une thèse d’archéologie des techniques. La vision de praticien de l’impétrant nourrit abondamment et de manière très novatrice le sujet de la réalisation des blocs et des inscriptions. Dans la succession d’interrogations que Brigitte Boissavit-Camus formule ensuite transparait le caractère fondamental du travail de Thierry et la multiplicité de questionnements nouveaux qu’il a suscité. Elle le félicite enfin et le remercie pour « ce beau travail qui va être très utile à la communauté pour la reconnaissance des outils et de leurs traces, qui livre un état des lieux tout en invitant à une approche globale et humaine par son propos novateur ».

Le président du jury donne la parole à Philippe Plagnieux, qui débute son propos en présentant sa catégorisation des impétrants en deux grandes familles. La première et la plus grande est composée de jeunes chercheurs qui se destinent à une carrière universitaire et desquels il est attendu un certain respect des normes académiques. La seconde rassemble les chercheurs engagés depuis de nombreuses années dans d’autres carrières, souhaitant traduire leur expérience dans une thèse, et qui ont plus de mal à se plier aux règles normatives de l’université, catégorie à laquelle appartient donc Thierry. Pour Philippe Plagnieux, cette thèse est un « vent de fraîcheur incitant à déplacer le regard », mais cela n’empêche pas selon lui la nécessité de revoir le texte en vue de sa publication. En lien encore une fois avec les portes ouvertes par Thierry, Philippe Plagnieux évoque le fait qu’il aurait été intéressant, bien que compliqué, de développer ponctuellement des dossiers, des études de cas thématiques, au sein de la thèse. Il insiste en particulier sur le sujet de la qualification des artisans par Thierry : tailleurs de pierre, lapicides, graveurs… statuts qui mériteraient d’après lui d’être explorés à l’avenir. Enfin, Philippe Plagnieux met en avant la qualité d’expert de Thierry, qui apporte beaucoup aux personnes avec lesquelles il collabore. Son travail constitue une « approche technique qui n’avait jamais été entreprise » qu’il a découverte « avec un véritable plaisir ». Chaque fiche d’analyse technique est un « travail fabuleux », « un petit bijou ».

C’est enfin Philippe Bernardi qui prend la parole en tant que président du jury. Lui aussi insiste sur le plaisir et le grand intérêt qu’il a eu à la lecture de cette thèse, qui « oscille entre étude technique et hommage aux travailleurs ». Le président évoque à son tour la difficulté à classer ce travail au sein des catégories classiques. Il ne s’agit pas à ses yeux d’une thèse en histoire des techniques applicable à l’épigraphie, mais plutôt d’une « histoire matérielle » en ce qu’on entre avec elle dans la matière, une « histoire technique des techniques ». Tout comme les autres membres du jury, il salue le véritable « manuel pour les spécialistes des autres disciplines » que constitue le volume traitant des outils. L’approche des évolutions de la gravure tout au long du Moyen Âge est très convaincante, et le catalogue présenté en troisième volume aiguise l’œil, et « invite à ne pas considérer les inscriptions gravées que comme des inscriptions gravées ». Pour Philippe Bernardi, il s’agit ici d’une importante base de travail témoignant tout à la fois de l’expérience, de la sensibilité et de la longue recherche de Thierry.

Cliché V. Ernst-maillet – CESCM)

Après une courte délibération, le jury insiste une dernière fois sur la grande nécessité de publier ce travail après application des quelques modifications suggérées. Le président du jury déclare que les membres ont unanimement accordé à Thierry Grégor le grade de docteur, et que leurs plus sincères félicitations sont de rigueur, bien que les mentions honorifiques n’existent plus. L’assistance dut encore patienter le temps que Thierry prête serment, avant de laisser éclater sa joie dans une très longue ovation.

À l’issue de cette soutenance, de nombreux collègues et amis de Thierry se sont joints à lui pour célébrer cet évènement, lui témoignant leur profonde affection et lui adressant leurs chaleureuses félicitations et leurs souhaits de réussites dans les projets à venir. Mais, plus encore, nous espérons tous avoir encore et aussi souvent que possible l’honneur et le plaisir de partager de ton temps. Nous sommes unanimes quant au fait que ton érudition, ta bienveillance, ta gentillesse et ton sourire ont toujours été et seront toujours les garants de beaux et riches moments. Bravo encore, cher Thierry !



Citer ce billet
Valentin Louineau (2023, 24 janvier). Soutenance de thèse de Thierry Grégor (11 janvier 2023). Carnets du CESCM. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mlam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.